Les frères Onfroy sauvent le bilan français

03/07/2017

Crédit Photo : FFA (Emmelieke Odul)

Forcément déçu, car perdre est une option mais jamais un objectif quand on fait du sport de haut niveau. Mais au-delà du résultat brut, je suis surtout frustré ! Frustré de ne pas avoir pu m’employer physiquement à 100%. Je mets toujours un point d’honneur à ce que ce soit le cas, mais il arrive parfois que certaines choses ne dépendent pas de nous. C’était peut être le cas aujourd’hui. Et ça me rend encore plus triste sachant que nous représentions la catégorie. J’aurais préféré être battu en m’écroulant sur la ligne d’arrivée, en n’ayant plus suffisamment de force pour regagner le ponton. Tant pis ! Nous sommes malgré tout restés combatifs jusqu’au bout dans ce match à mort par équipe…Pourtant, tout avait bien commencé : nous avions fait un bon départ et la direction ne nous avait pas causés de problème. Nous comptions alors une pointe d’avance jusqu’à ce que la machine néozélandaise se mette en route. A ce moment le ratio s’inversa et l’écart se creusa. Mais nous restions au contact, et je sentais que nous pouvions suffisamment nous exprimer pour les faire douter…Hélas, dans un duel sans balisage pour matérialiser le couloir de chacun, le chassé-croisé peut vite arriver. Les connaisseurs le savent, cela fait partie intégrante du jeu ici à Henley. Mais n’ayant jamais connu cette situation auparavant, je dois admettre que ce n’est pas exactement la finale à laquelle je m’attendais. Enfin bon, tout cela appartient désormais au passé. Nous avons déjà les yeux rivés sur Lucerne. Départ ce midi en avion, un vol direct Londres-Zurich, pour finir ensuite avec le Bus jusqu’à l’hôtel. Nous allons courir ce matin pour garder la possibilité de refaire une petite séance ce soir, si le cœur nous en dit.

Je conclurai avec la superbe performance de notre paire française. En remportant cette édition, Théophile et Valentin Onfroy auront décidément montré qu’ils étaient les plus forts en « deux sans barreur ». Chapeau bas messieurs, je crois que vous garderez bien au chaud ce petit gobelet en souvenir !


David contre Goliath en Finale

02/07/2017

Crédit Photo : Anthony Benoit

Même si nous ne nous attendions pas à cette physionomie, la course d’hier était prédictive. Surtout après l’élimination du 2- italien face à nos rameurs français (les frères Onfroy). Car on peut déplacer des montagnes, mais il reste encore difficile de changer la nature humaine. Face au patriotisme avéré de nos amis transalpins, nous savions qu’ils combattraient jusqu’au bout, jusqu’à se sacrifier pour sauver l’honneur de leur délégation. C’était donc une course digne de finale qui nous attendait !

L’échauffement sur l’eau et la montée au départ furent tout aussi laborieux que la veille, voire pire ! La circulation était si forte qu’il était impossible d’enchainer les coups. Mais tout le monde semblait être à la peine, de quoi se rassurer quand la frustration gagne trop de terrain. Une fois dans les starting-blocks l’attente ne fut pas trop longue. Ce fut néanmoins l’occasion de se redire les choses avec Pierre. N’ayant aucun repère visuel fiable pendant la course, il était prévu que je lui annonce chaque 500m (grâce à mon GPS). Quant à lui, s’il sentait une opportunité, qu’il n’hésite pas à place une série, quel que soit notre position et notre avancée sur le parcours. Enfin, il faudrait gérer au mieux la direction et la vague de fond. La course risquait d’être longue, il était donc important d’aborder cette demi-finale comme un 2000m traditionnel.

Dès que le drapeau s’abaissa, nos bateaux s’élancèrent dans l’arène sensiblement à la même vitesse. Après 200m, une légère avance sembla apparaitre en leur faveur. Un peu plus collé contre la berge, ils semblaient plus abrités du courant et des vagues. Il fallut donc attendre, rester au contact, ne surtout pas leur laisser d’occasion, ne rien concéder, jouer les chasseurs ! Chaque coup de pelles semblait nous faire gagner de précieux centimètres. A côté ils ne cessaient de relancer pour éviter de subir le rythme que nous leur imposions. Alors que je m’apprêtais à communiquer à Pierre notre passage de la mi-course, il lança une série ! Pas le temps de réfléchir, il fallait foncer. Et en l’espace de 10 coups nous venions de prendre l’ascendant. Cette petite longueur d’avance nous suivit jusqu’à l’entrée des derniers 500m. A cet instant nous pouvions définitivement tuer la course. Le bateau regagna encore de la vitesse, l’écart continua de se creuser…mais je crois que dans mon subconscient j’avais définitivement calibré mon effort pour 2000m et non 550 yards. Les 112 derniers mètres me parurent excessivement long, allant même jusqu’à réduire l’écart entre nos deux embarcations. Le bruit de la corne arriva comme une délivrance, je n’en pouvais plus. Il me fallut une bonne et longue récupération pour éliminer chaque lactate de mon organisme…mais l’essentiel était assuré : nous venions de nous qualifier pour la grande finale.

Dans l’autre manche ce sont logiquement les poids lourds néozélandais qui se sont imposés. Ce seront donc nos adversaires du jour. Un match encore particulier ou David affrontera Goliath. Le duel risque d’être encore plus relevé qu’hier, mais en tant qu’ambassadeur de la catégorie poids léger, nous aurons à cœur de donner le meilleur, quel qu’en soit l’issue !

Je vous donne donc rendez-vous cette après-midi à 16h10 pour le dénouement final !

Voici également le lien pour suivre le Direct ainsi que celui de la course d’hier pour ceux qui l’ont raté !


Régates Royales d’Henley 2017

01/07/2017

Crédit Photo : FFA (Emmelieke Odul)

Quand une chose continue d’exister au-delà des siècles, c’est qu’elle a acquis une forme d’immortalité. Les Régates Royales d’Henley semblent en faire partie. Créées pour la première fois en 1839, elles ont su résister au temps ! Les bateaux bois sont remplacés par les bateaux carbones, le parking compte moins de voitures d’exceptions, mais pour le reste rien n’a changé : le format de course est toujours de 550 yards (2112m), il n’existe pas de catégorie de poids (poids légers et poids lourds sont mélangés), l’opposition se fait encore sous forme de duel (où seul le vainqueur continue l’aventure), les deux embarcations partagent le même champ de course (aucune ligne de bouée n’est matérialisée pour délimiter le couloir de chacun), le public profite du spectacle depuis la berge ou depuis les bateaux de plaisance…Enfin, il est impératif de respecter le « Dress Code » pour accéder aux tribunes : costard-cravate pour les hommes, chapeau et robe pour les femmes.

Je n’ai participé qu’une seule fois à cette compétition, c’était en 2014 avec Stany. Nous avions remporté la finale devant le bateau britannique. Faisant suite à notre 4ème place de Londres, cette victoire garde encore aujourd’hui un goût particulier : car nous avions battu un bateau poids lourds, anglais, dont les deux rameurs appartenaient au Leander Club (club local : le plus important d’Angleterre), qui plus est, à la photofinish. Bref, cet exploit d’un jour nous valut d’être nommé par la presse « plus belle course de la journée », et de voir nos noms gravés à jamais sur le trophée du DOUBLE SCULLS CHALLENGE CUP.

Malgré l’énorme volonté des organisateurs de conserver la tradition de cette compétition, l’édition 2014 fut la dernière à échapper aux rediffusions. Car depuis trois ans maintenant, les courses peuvent être visionnées en direct sur internet. Pour autant, l’essence même des régates est conservée, de quoi rassurer les puristes.

Nous sommes arrivés là-bas mercredi soir. Autre spécificité : nous sommes logés chez l’habitant. La répartissions se fait par petits groupes ou par embarcation. Il s’agit généralement d’anciens rameurs, ou de spectateurs, mais pas que ! La ville restant à taille humaine, tous les déplacements se font à pied. Pour l’instant la foule reste modérée, mais cela risque de changer ce week-end.

L’affluence sur le bassin est telle qu’il est difficile de faire de l’aviron de qualité. Hélas, cela fait aussi parti du folklore. En tant que membres de l’Equipe de France nous avons attaqué la compétition hier sur les quarts de finale. Nous sommes tombés contre un double anglais : deux jeunes rameurs poids légers champions du monde U23 l’an dernier. De très bons clients pour entamer cette compétition. La bagarre fut âpre les 800 premiers mètres, avant qu’ils ne cèdent et nous offrent la victoire. Dans deux autres manches, les rameurs poids légers eurent raison de leurs homologues poids lourds (Italiens et Allemands). Nous tombons donc cette après-midi en demi-finale contre le bateau transalpins, le même qu’au dernier championnat d’Europe de Racice. Le combat risque d’être encore plus relevé. Surtout dans une configuration pareille, où il n’y a pas de deuxième mais juste un vainqueur et un vaincu.

Rendez-vous donc aujourd’hui à 15h pour le duel. Voici le lien pour suivre en Live !


L’Avi Sourire réussit Marseille-Calvi

22/06/2017

La préparation et l’entrainement donnent les ressources pour palier à certains imprévus, mais encore faut-il le faire ! Et c’est bien ce qui est arrivé hier soir à 23h59. L’association Avi Sourire a réussi son pari, son défi et sa grande traversée entre Marseille et Calvi. Après un départ dimanche 18 Juin au soir, il fallut 52h (contre 60 initialement prévues) de rame pour relier la capitale phocéenne à l’ile de beauté. Ce périple et cette aventure humaine comptant 11 rameurs en situation de handicap et 14 « solidaires » auront tissé des liens, mais surtout donné une belle leçon de partage, de solidarité et d’espoir à tous ceux qui connaissent le sport et l’aviron de mer plus particulièrement. Au-delà de la fierté qui doit se dégager de la participation à une telle épopée, c’est plus généralement la grande famille de l’aviron qui est fière de compter parmi ses rangs, des hommes et des femmes, passionnés et bénévoles, n’ayant que le partage et la générosité comme moteurs. En tant que parrain, je n’ai pas été très présent, mais je tiens malgré tout à vous remercier. Merci pour eux, pour l’aviron, pour ce que vous faites. Et surtout….Bravo !

Pour ceux qui ne connaitraient pas l’association, ou qui voudraient revivre l’aventure, voici les liens du Site et de la page Face Book.


Sunday, golden sunday !

18/06/2017

Crédit Photo : FFA (Daniel Blin)

Malgré l’entrainement, la volonté et la technique, il arrive parfois que rien ne puisse vous résister. Comme un sentiment de grâce devant vos adversaires. C’était peut-être le cas aujourd’hui. C’est du moins l’impression que j’en ai eu. Mais soyons clairs, cela ne rime pas avec facilité, pas du tout. Chaque course, chaque finale, sont de nouvelles occasions de se remettre en question et de donner le maximum. C’est ce qui fait l’invincibilité de ce bateau depuis tant de saisons.

En nous réveillant ce matin nous disposions encore d’une marge suffisante pour déjeuner à notre faim. La configuration de la matinée était idéale : la course était ni trop tôt, ni trop tard. Idem pour la pesée officielle. Après être rentré de notre footing d’échauffement le long du lac Malta, j’ai eu la confirmation que nous étions bien les seuls à courir. Nous n’avons croisé aucun concurrent ! Nos adversaires doivent probablement faire de l’ergomètre en remplacement, mais je trouve ça surprenant que nous soyons vraiment les seuls à chausser les baskets et varier les types d’échauffements. Bref, à chacun ses habitudes. Ne changeons surtout pas les notre, elles semblent bien fonctionner pour l’instant.

En quittant le ponton tout semblait clair dans nos têtes. Comme évoqué en introduction, la stratégie était relativement simple : imprimer le plus gros tempo possible à nos adversaires, au coup par coup, sans lancer de séries. Nous avions chacun nos petits axes techniques à respecter pour que le bateau glisse et que chacun puisse s’employer à 100%. L’échauffement sur l’eau fut très traditionnel. Trois petites accélérations suffirent à nous mettre en confiance et nous sentir prêt.

L’attente dans les starting-blocks me parut interminable. Les minutes n’en finissaient plus. Je n’arrêtais pas de bâiller. Je me sentais complètement atone. Ce n’était pourtant pas le moment. Mais heureusement, une fois allumé, le feu changea quasi instantanément de couleur. Notre départ fut bon et nous plaça rapidement aux avant-postes. De son côté Pierre semblait en pleine forme et impulsait sur chaque coup. Ce fut alors l’occasion pour moi de le laisser faire, de lui donner assez de longueur et de fréquence pour qu’il puisse s’exprimer à fond. De mon côté j’étais focalisé sur ma technique, sur mon rôle : celui de métronome. Malgré la bagarre juste derrière nous, l’écart se creusa de plus en plus. A l’entrée des derniers 500m plus rien ne pouvait nous arriver. Mais cela ne nous empêcha pas de relancer encore, et encore…jusqu’à que la ligne d’arrivée nous arrête dans notre élan.

Notre joie au ponton d’honneur fut encore plus énorme en constatant que le 2- des frères Onfroy avaient également remporté l’or. Participer à un doublé français, j’avais encore jamais fait ! Dommage qu’aucun hymne ne soit joué sur les Coupes de Monde, je crois que ça aurait été juste parfait d’en enchainer deux d’affiler.

Nous rentrons demain matin en France. La semaine va être musclée, car le programme d’entrainement est conséquent en prévision d’Henley et de Lucerne. Il va falloir gérer la fatigue sur cette période, ce sera l’enjeu des prochains jours : donc ce soir couché tôt !

Voici le lien pour revivre la course en direct.

Bon dimanche et n’oubliez pas d’aller voter.

Bien à vous.


Finale à Poznan

17/06/2017

Crédit Photo : FFA (Daniel Blin)

J’ai préféré attendre que les repêchages d’aujourd’hui livrent leurs verdicts pour faire d’une pierre deux coups dans cet article.

D’abord revenir sur la journée d’hier :

Au réveil, en montant sur la balance, nous disposions d’une marge suffisante pour déjeuner à notre faim. Ces occasions sont rares. Car pendant le régime nous calibrons généralement nos efforts pour pouvoir grignoter avant la pesée officielle, mais jamais jusqu’à satiété…heureuse nouvelle donc ! Sinon la météo prévoyait beaucoup de vent et de pluie. Fiables et précises, les prévisions polonaises ne mentirent pas. Juste avant d’entrer dans les starting-blocks le ciel se faisait si menaçant que l’organisation s’apprêtait à suspendre les courses. Heureusement pour nous ce ne fut pas le cas. Je ne me voyais pas rentrer au ponton et attendre que l’anticyclone arrive. La consigne de l’entraineur était claire : faire la plus grosse course possible, peu importe sa physionomie. C’est donc sans retenue que nous avons pris le départ. Les écarts se creusèrent rapidement, et ce fut en cavaliers seuls que nous franchîmes la ligne d’arrivée. Le bilan fut positif malgré quelques petites fautes techniques dans les 500 derniers mètres. Nous signâmes le meilleur temps des Séries, deux secondes devant les irlandais vainqueurs de l’autre manche.

Puis sur aujourd’hui :

Ce matin nous sommes allés ramer tôt. A peu de choses près je crois que la météo était pire qu’hier. Nous avons malgré tout fait 12km et quelques accélérations. Même si nous avons passé une bonne partie de la journée à l’hôtel, le temps est passé relativement vite. Notamment en suivant les courses des équipages français en lice aujourd’hui.

Enfin sur demain :

Suite aux repêchages de ce midi, nous connaissons désormais la liste complète de nos adversaires de demain. Voici le tirage :

CHINE / POLOGNE / IRLANDE / FRANCE / ALLEMAGNE / JAPON

Nous connaissons déjà les polonais, allemands et irlandais qui étaient contre nous en finale du championnat d’Europe à Racice. Les japonais étaient dans notre manche hier. Le bateau chinois reste donc le seul que nous n’ayons encore jamais rencontré. La météo devrait être bonne. Pour la forme il faudra attendre demain pour en être sûr, mais la journée de récupération semble déjà avoir fait son petit effet.

L’heure de la finale a légèrement été avancée par rapport au programme prévisionnel. Notre passage est prévu à 11h03. Voici le lien pour suivre en Direct.

Bonne soirée.


Welcome to Poznan

15/06/2017

Crédit Photo : FFA (Lionel Piquard)

Racice – Valenciennes – Lyon – Bourges – Valenciennes – Aiguebelette – Bergerac – Aiguebelette – Poznan…

Les voyages forment la jeunesse parait-il ! Mais disons plutôt qu’ils donnent au temps une toute autre dimension. Et parfois même, à cette fréquence, l’impression de ne pas pouvoir en profiter… mais ça reste éminemment plus grisant que la routine (bien qu’elle puisse me manquer par moment).

Nous ne sommes restés qu’une semaine sur Aiguebelette pour préparer cette Coupe du Monde. Cela peut paraitre court, mais c’est un format qui me plait. En effet, l’enchainement des compétitions à cette période modifie quelque peu notre rythme : les grosses séances d’entrainement se font essentiellement à la maison, tandis que le travail de vitesse se fait en stage. Il y a beaucoup plus d’alternance entre les cycles de « charge » et de « décharge ». Le repos est donc plus présent pour respecter le principe de surcompensation et garantir une forme minimum pour chaque régate. En résumé (et pour caricaturer), notre quotidien se résume à faire des courses et nous reposer. S’il n’y avait pas de régime au milieu de tout ça, ce serait probablement le meilleur moment de la saison. Mais indépendamment de sa durée, notre stage en Savoie s’est bien passé. La météo a été bonne et nous avons pu ramer tous les jours. Le bateau glisse de plus en plus et nous sentons bien que les kilomètres nous aident à progresser. Le moral est donc bon et nous sommes pressés d’en découdre.

Les tirages viennent de tomber. Il était annoncé que nos amis italiens seraient absents, mais la surprise vient aujourd’hui des anglais. Initialement inscrits sur la liste des engagés, ils sont donnés forfait. Nous n’en savons pas plus pour le moment, juste que plusieurs autres bateaux de la flotte anglaise sont dans le même cas. Donc affaire à suivre…Chez nous, d’autres embarcations se sont aussi retirées. Nous ne nous retrouvons plus qu’à douze. Le système de qualification se voit donc aussi modifié. En conclusion : si nous remportons notre Série demain midi nous serons directement qualifiés pour la finale de dimanche. Une véritable aubaine pour le régime. Car même si nous sommes au poids, les pesées officielles restent astreignantes !

Voici donc nos adversaires sur l’Éliminatoire :

JAPON 1 / JAPON 2 / FRANCE / PÉROU / ALLEMAGNE / CHINE 2

Course prévue à 12h40 ! Pour résumer, seul le vainqueur ira directement en finale, les autres devront passer par les repêchages. Pour l’instant nous ne connaissons que les allemands. C’est un bateau en reconstruction qui risque d’avoir progressé depuis le championnat d’Europe. Pour les autres, c’est l’inconnue. Il faudra donc rester vigilant !

A demain !