Dépasser ou Déplacer ! Alors, Limitless….ou pas ?

14/04/2018

Bonjour, je profite de la pause déjeuner à Cazaubon et de cette veille de finale pour vous écrire quelques lignes. Premier championnat de France à la maison pour moi depuis…2006 ! J’aurai aimé faire le déplacement mais j’avoue avoir assez vite abandonné l’idée quand j’ai vu le temps qu’il m’aurait été nécessaire pour venir de Valenciennes. C’est donc depuis mon ordinateur que je vais suivre les résultats. Il me manque forcément l’ambiance, l’atmosphère, les speeches du coach, les regards complices, les anecdotes d’anciens, les encouragements du public…mais être de l’autre côté a aussi du bon. Pas de pesée, pas de stress, on ne garde que le plaisir : celui de voir ramer, de voir de belles courses, de voir les rictus sur les visages et leur soulagement après la ligne d’arrivée, ce moment de plénitude dans l’effort quand on arrive à dépasser déplacer ses limites ! Voici d’ailleurs le lien du TEDx que j’ai fait à Lyon le mois dernier sur le sujet (dépasser vs déplacer ses limites). Il m’a semblé intéressant mettre en lumière cette nuance pour comprendre la différence qui existe et qui les sépare.

J’étais sur Marseille mardi dernier pour le même style d’intervention (TEDx KEDGE). Le thème : « Hors-Norme ». Le contenu était donc différent. Je mettrais la vidéo en ligne dès le lien sera disponible. Ce passage dans le Sud fut extrêmement rapide. Je n’ai pas pris le temps de visiter ou voir du monde. Le timing était trop serré, je me suis concentré sur la prestation qui motivait  mon déplacement.

Indépendamment de mon passage sur la capitale phocéenne cette semaine, l’actualité a encore été chargée le mois dernier.

Je suis allé sur Rome mi-Mars pour visiter. C’est tout l’avantage d’être à proximité de l’aéroport de Charleroi et d’avoir accès aux compagnies aériennes low-cost qui le desservent. C’est aussi l’avantage d’être jeune retraité. Beaucoup de questions ne se posent plus : savoir si l’hôtel est équipé d’une salle de fitness pour faire les séances imposées par le programme d’entrainement. Pas de procédure de géolocalisation pour respecter le protocole imposé et obligatoire en cas de contrôle anti-dopage inopiné. Pas de régime drastique à faire alors que la prochaine compétition et l’agenda l’auraient imposé si j’avais continué. Bref, de vraies vacances même s’il ne s’agissait que d’un week-end. J’ai visité le Colisée et le Vatican. Sûrement les deux monuments les plus emblématiques de la ville romaine. Le reste s’est fait à pied. La météo n’était pas celle qu’on attendait mais les prévisions furent meilleures que celles finalement annoncées. Malgré la période les rues débordaient de touristes. Je crois que j’ai de plus en plus de mal à fréquenter les lieux trop « bondés ».

La semaine d’après je suis descendu sur Paris pour intervenir à CentraleSupélec. C’est après avoir rencontré des étudiants de l’école en Décembre dernier lors de mon passage à Polytechnique sur le plateau de Saclay que l’invitation m’a été faite. Nous étions quatre intervenants à partager notre expérience, tous d’horizons différents ! Certains parcours de vie étaient vraiment impressionnants. Mais ce que je retiendrais de ce beau moment d’échange, c’est qu’indépendamment de leurs différences, ces histoires ont toujours la même morale : la réussite passe toujours par le travail.

La semaine qui suivi fut presque exclusivement dédiée à ma pratique professionnelle. Il est finalement rare en fait que je fasse semaine complète au cabinet avec toutes ces sollicitations.

C’est à Bruges, Gand et Knokke le Zoute que je suis allé pour le week-end de Pâques. Il n’existait pas meilleur destination pour acheter du chocolat je crois. La météo était « locale » mais ne nous a pas empêchés de visiter. Si je devais faire un choix entre ces trois-là, j’aurais une préférence pour Gand. Difficile d’expliquer pourquoi. Peut-être l’ai-je trouvé un peu plus agréable, un peu plus à taille humaine, un peu plus reposante que les autres. L’avantage de la Belgique, c’est qu’elle ne bénéficie pas que d’un joli patrimoine historique, les grandes brasseries donnent aussi la possibilité de gouter ce qui se fait de mieux en bière sur la terre.

La régate de Valenciennes était organisée le week-end dernier. Cette compétition annuelle sur 1000m rassemblait une bonne partie des clubs des Hauts de France. Ces quelques heures passées sur les berges de l’étang du Vignoble à voir les jeunes ramer furent les bienvenues. C’était l’alibi idéal pour sortir de l’appartement et ne pas rester prisonnier à faire ma comptabilité, autre « joie » de l’activité libérale de kiné.

Les dernières relectures de mon livre sont en cours. La sortie est prévue dans un mois. Je vous tiendrais rapidement informés de la date officielle de sortie.

Je conclurais en vous disant que j’ai passé plusieurs examens médicaux, pour m’assurer que ce départ à la retraite et que cette diminution d’activité n’avaient pas perturbé la mécanique bien huilée de ces dernières années. 6 mois après…Rien A Signaler. Les nouvelles sont bonnes. Les bilans aussi, le bonhomme est en pleine forme !

Bien à vous.

Publicités

Et de ∞

21/04/2017

Bonsoir. Avec mon déménagement sur Valenciennes je n’ai pas trouvé le temps de vous écrire plus tôt. L’attente aura été longue mais voici enfin quelques lignes pour revenir sur la finale de Cazaubon.

Si tous les 2000m pouvaient être aussi courts ce serait le Nirvana. En y repensant, je crois avoir fait l’une de mes plus belles courses d’aviron. La journée n’avait pourtant pas bien démarré avec une balance m’affichant 72,9kg au réveil. Ce fut un véritable coup de massue. Une première en 10 ans. En plus de ne rien manger, j’allais devoir m’activer pour me délester de 400g. Quinze minutes à transpirer sur l’ergomètre suffirent à me ramener au poids réglementaire. Ce n’est jamais ce qui est recommandé. Mais cette fois je n’avais guère le choix. Moi qui ne fais habituellement pas de réveil musculaire, ce changement ne fit qu’ajouter du stress à ma préparation…un stress positif finalement. L’enchaînement fut donc rapide : juste après être monté sur la balance officielle je me suis empressé de boire et manger pour avoir le temps de digérer. J’ai ensuite pris quelques minutes pour m’allonger et me reposer. Je sentais que le bonhomme en avait besoin. L’heure de l’échauffement arriva peu de temps après. J’ai alors enfilé mes baskets et ôté mon manteau, puis me suis élancé sur le chemin de halage. Je me suis rapidement retrouvé seul, accompagné du seul bruit de mes pas. Chaque foulée venait effacer la précédente, ne gardant que l’énergie cinétique nécessaire à l’entretien du mouvement. Cette course automatisée me permettait de libérer mon esprit, de le laisser libre. Tantôt focalisé sur la course, tantôt complètement vide. Comme si l’alternance des deux était nécessaire pour maintenir une forme de relâchement, de détachement sur ce qui allait arriver. Avec les années, ce mécanisme semblait s’imposer de lui-même, comme automatisé, pour éviter que le stress ne vienne me paralyser…le bénéfice de l’âge ! J’étais conscient que la journée n’avait pas démarré comme je l’entendais, mais la raison m’avait rapidement remis sur les bons rails. En repensant à tous les entraînements accumulés cet hiver je venais de tuer le doute. Depuis le début du week-end la forme était excellente, ce n’était pas 15 petites minutes d’ergomètre qui allait impacter ma performance sur la matinée. Avant de rebrousser chemin je pris le soin de faire plusieurs grosses respirations pour aussi préparer mes poumons à ce qui allait arriver. Quelques étirements et mouvements articulaires vinrent également rythmer le retour. Mon corps était prêt, le discours du coach allait maintenant conditionner mon esprit. En arrivant au bassin je fis un crochet par le minibus du club pour troquer mes chaussures contre des adilettes, et récupérer mon strock ainsi que ma gourde. J’étais opérationnel. Bénéficiant encore de quelques minutes avant l’embarquement, je fis un premier voyage pour amener mes pelles au ponton. Mon entraîneur observait la scène, attendant que je veuille bien le rejoindre pour démarrer son « speech ». Chaque mot permit de redéfinir la stratégie. L’intonation, quant à elle, était là pour me galvaniser, me transformer en véritable machine à ramer. En me poussant au large, ce fut un dernier regard, le traditionnel clin d’œil. J’y étais ! La confiance transmise venait de se canaliser en énergie. Je pouvais monter au départ sans qu’aucune interrogation ne vienne me parasiter. Jusqu’au dernier moment tout se déroula sans encombre. Mais une fois installé dans les starting-blocks, de nombreuses algues semblaient stagner à la surface. Devant l’enjeu de la finale je n’ai pas hésité à lever la main et signaler le problème aux arbitres. L’horaire dut être décalé pour enlever et nettoyer les lignes d’eau. Tout le monde reprit ensuite ses positions. L’arbitre appela les équipages et donna un départ rapide. Il n’était pas question de s’économiser sur l’entame de course. Je devais absolument coller à Pierre, lui concéder le moins d’avance possible. Sans me soucier de la cadence, j’ai essentiellement focalisé mon attention sur le rythme et ma respiration. Mes efforts ont vite payé. Au premier point de passage nous étions bord à bord. Mais cela ne suffisait pas. Les jambes répondaient encore et le souffle suivait, il n’était donc pas question de baisser en régime. Les coups s’enchaînèrent, encore, et encore. Sans jamais regarder mon strock, je restai concentré sur ma course et mon geste. Les écarts commencèrent à se creuser, centimètre par centimètre. Tout comme dans la deuxième moitié de parcours, il n’y eu pas de cassure. Chaque coup de pelle semblait m’éloigner un peu plus de mon premier poursuivant. A l’entrée des bouées jaunes la victoire me tendait les bras. Les derniers coups de pelles furent donnés avec convictions. Ce n’est qu’une fois la ligne d’arrivée franchie que le chrono me fut communiqué. S’emparer du record de France et du bassin sur la finale, je crois qu’il n’y avait pas meilleur scénario. Quel week-end !

Malgré toutes ces émotions, le retour sur Lyon ne parut pas moins long. Ni mon déménagement sur Valenciennes le lendemain d’ailleurs. Mais tout s’est bien passé. Me voici donc installé là-haut pour un an. Les températures sont fraîches mais l’ensoleillement est sensiblement le même qu’à Lyon pour l’instant. Pourvu que ça dure. J’ai fait ma première sortie sur l’eau hier. Le bassin est vraiment top. Seules quelques péniches viennent perturber la navigation.

Nous repartons déjà lundi en stage. Direction le Jura et la Base Nautique de Bellecin. L’enchaînement ne laisse pas beaucoup de temps entre chaque échéance, mais c’est ainsi. L’ambiance nous fera rapidement oublier ce « petit » détail.

Voici le lien pour revoir les finales de Cazaubon. La nôtre démarre à 3h05.

Bon week-end.