Sunday, golden sunday !

18/06/2017

Crédit Photo : FFA (Daniel Blin)

Malgré l’entrainement, la volonté et la technique, il arrive parfois que rien ne puisse vous résister. Comme un sentiment de grâce devant vos adversaires. C’était peut-être le cas aujourd’hui. C’est du moins l’impression que j’en ai eu. Mais soyons clairs, cela ne rime pas avec facilité, pas du tout. Chaque course, chaque finale, sont de nouvelles occasions de se remettre en question et de donner le maximum. C’est ce qui fait l’invincibilité de ce bateau depuis tant de saisons.

En nous réveillant ce matin nous disposions encore d’une marge suffisante pour déjeuner à notre faim. La configuration de la matinée était idéale : la course était ni trop tôt, ni trop tard. Idem pour la pesée officielle. Après être rentré de notre footing d’échauffement le long du lac Malta, j’ai eu la confirmation que nous étions bien les seuls à courir. Nous n’avons croisé aucun concurrent ! Nos adversaires doivent probablement faire de l’ergomètre en remplacement, mais je trouve ça surprenant que nous soyons vraiment les seuls à chausser les baskets et varier les types d’échauffements. Bref, à chacun ses habitudes. Ne changeons surtout pas les notre, elles semblent bien fonctionner pour l’instant.

En quittant le ponton tout semblait clair dans nos têtes. Comme évoqué en introduction, la stratégie était relativement simple : imprimer le plus gros tempo possible à nos adversaires, au coup par coup, sans lancer de séries. Nous avions chacun nos petits axes techniques à respecter pour que le bateau glisse et que chacun puisse s’employer à 100%. L’échauffement sur l’eau fut très traditionnel. Trois petites accélérations suffirent à nous mettre en confiance et nous sentir prêt.

L’attente dans les starting-blocks me parut interminable. Les minutes n’en finissaient plus. Je n’arrêtais pas de bâiller. Je me sentais complètement atone. Ce n’était pourtant pas le moment. Mais heureusement, une fois allumé, le feu changea quasi instantanément de couleur. Notre départ fut bon et nous plaça rapidement aux avant-postes. De son côté Pierre semblait en pleine forme et impulsait sur chaque coup. Ce fut alors l’occasion pour moi de le laisser faire, de lui donner assez de longueur et de fréquence pour qu’il puisse s’exprimer à fond. De mon côté j’étais focalisé sur ma technique, sur mon rôle : celui de métronome. Malgré la bagarre juste derrière nous, l’écart se creusa de plus en plus. A l’entrée des derniers 500m plus rien ne pouvait nous arriver. Mais cela ne nous empêcha pas de relancer encore, et encore…jusqu’à que la ligne d’arrivée nous arrête dans notre élan.

Notre joie au ponton d’honneur fut encore plus énorme en constatant que le 2- des frères Onfroy avaient également remporté l’or. Participer à un doublé français, j’avais encore jamais fait ! Dommage qu’aucun hymne ne soit joué sur les Coupes de Monde, je crois que ça aurait été juste parfait d’en enchainer deux d’affiler.

Nous rentrons demain matin en France. La semaine va être musclée, car le programme d’entrainement est conséquent en prévision d’Henley et de Lucerne. Il va falloir gérer la fatigue sur cette période, ce sera l’enjeu des prochains jours : donc ce soir couché tôt !

Voici le lien pour revivre la course en direct.

Bon dimanche et n’oubliez pas d’aller voter.

Bien à vous.