Welcome to Poznan

15/06/2017

Crédit Photo : FFA (Lionel Piquard)

Racice – Valenciennes – Lyon – Bourges – Valenciennes – Aiguebelette – Bergerac – Aiguebelette – Poznan…

Les voyages forment la jeunesse parait-il ! Mais disons plutôt qu’ils donnent au temps une toute autre dimension. Et parfois même, à cette fréquence, l’impression de ne pas pouvoir en profiter… mais ça reste éminemment plus grisant que la routine (bien qu’elle puisse me manquer par moment).

Nous ne sommes restés qu’une semaine sur Aiguebelette pour préparer cette Coupe du Monde. Cela peut paraitre court, mais c’est un format qui me plait. En effet, l’enchainement des compétitions à cette période modifie quelque peu notre rythme : les grosses séances d’entrainement se font essentiellement à la maison, tandis que le travail de vitesse se fait en stage. Il y a beaucoup plus d’alternance entre les cycles de « charge » et de « décharge ». Le repos est donc plus présent pour respecter le principe de surcompensation et garantir une forme minimum pour chaque régate. En résumé (et pour caricaturer), notre quotidien se résume à faire des courses et nous reposer. S’il n’y avait pas de régime au milieu de tout ça, ce serait probablement le meilleur moment de la saison. Mais indépendamment de sa durée, notre stage en Savoie s’est bien passé. La météo a été bonne et nous avons pu ramer tous les jours. Le bateau glisse de plus en plus et nous sentons bien que les kilomètres nous aident à progresser. Le moral est donc bon et nous sommes pressés d’en découdre.

Les tirages viennent de tomber. Il était annoncé que nos amis italiens seraient absents, mais la surprise vient aujourd’hui des anglais. Initialement inscrits sur la liste des engagés, ils sont donnés forfait. Nous n’en savons pas plus pour le moment, juste que plusieurs autres bateaux de la flotte anglaise sont dans le même cas. Donc affaire à suivre…Chez nous, d’autres embarcations se sont aussi retirées. Nous ne nous retrouvons plus qu’à douze. Le système de qualification se voit donc aussi modifié. En conclusion : si nous remportons notre Série demain midi nous serons directement qualifiés pour la finale de dimanche. Une véritable aubaine pour le régime. Car même si nous sommes au poids, les pesées officielles restent astreignantes !

Voici donc nos adversaires sur l’Éliminatoire :

JAPON 1 / JAPON 2 / FRANCE / PÉROU / ALLEMAGNE / CHINE 2

Course prévue à 12h40 ! Pour résumer, seul le vainqueur ira directement en finale, les autres devront passer par les repêchages. Pour l’instant nous ne connaissons que les allemands. C’est un bateau en reconstruction qui risque d’avoir progressé depuis le championnat d’Europe. Pour les autres, c’est l’inconnue. Il faudra donc rester vigilant !

A demain !


En route pour la demi-finale

26/05/2017

Crédit Photo : FFA (Lionel Piquard)

La journée se termine doucement ici à Racice. Le bilan est plutôt bon pour la flotte.

Les températures n’ont cessés de grimper pendant la matinée. Assez d’ailleurs pour que nous décidions de ramer en combinaison seule. Dans les starting-blocks, tous les voyants étaient au vert : la pesée avait été validée sans trop de souci, l’échauffement au sol avait été rapide mais efficace, le speech de l’entraineur avait été court mais percutant…Nous n’avions plus qu’à nous libérer, à nous faire plaisir et à donner le meilleur pour prendre des repères pour la suite. Le seul petit changement venait de notre placement dans le balisage. Nous étions ligne d’eau 1, complètement à l’extérieur. A cet endroit on se sent vite isolé, loin des autres. C’est aussi un avantage : personne ne vous voit, vous échappez facilement à la vigilance des adversaires.

Malgré un bon départ, le bateau slovaque prit la tête de la course pendant 500m. Même si cela ne déclencha pas de stress ni d’angoisse particulière, l’effet de surprise fut authentique. Puis, coup après coup, l’écart se réduisit, jusqu’à inverser la tendance. Réguliers dans l’effort, dans notre manière de faire, appliqués sur notre technique, nous remportons finalement notre manche avec 9 secondes d’avance sur les espagnoles. Les slovaques termineront cinquième, à plus de 40 secondes. Une partie de notre récupération se fit sur l’eau, le reste sur le vélo. Au débriefing, nos impressions furent bonnes, comme si le « job » avait été fait, bien fait !

Dans les autres manches il y eut quelques surprises : les anglais se firent battre par les allemands, les irlandais se firent battre par les polonais (comme à Belgrade il y a 15 jours), et les tchèques se firent battre par les italiens. Même si ces principaux favoris réussirent malgré tout à se qualifier pour demain sur les repêchages de cette après-midi ; la hiérarchie de la dernière Coupe du Monde fut bien chahutée sur ce début de compétition.

De notre côté, nous avons profité du reste de la journée pour nous reposer, passer entre les mains du kiné et nous étirer. Nous sommes d’ores et déjà prêts pour la course de demain. Et il va falloir, car notre tirage est plus musclé qu’aujourd’hui :

ESPAGNE / RÉPUBLIQUE TCHÈQUE / FRANCE / ALLEMAGNE / IRLANDE / GRÈCE

Nous sommes dans la première demi-finale, à 12h04.

Même si les irlandais ne semblent pas aussi forts que l’an dernier ; les allemands, eux, semblent de retour. Et les tchèques auront probablement à cœur de briller à domicile. Donc pas de question à se poser pour nous, il faudra marquer les esprits et confirmer notre forme du moment.

Bonne soirée et rendez-vous demain midi.


Here we go !

25/05/2017

Crédit Photo : Lionel Piquard

Nous y sommes, moins de 24h nous séparent de notre première course maintenant. Ce championnat d’Europe va définitivement lancer la saison internationale.

La préparation sur Bellecin aura été courte mais parfaite. Les conditions météo auront été bien meilleures que sur le dernier stage. De quoi optimiser chaque séance avant d’arriver ici. Une excellente chose, car les bassins de compétitions ne sont pas réputés pour leur calme et leur tranquillité…ils sont plutôt des lieux d’égarements techniques, d’usure psychologique, d’agacement et de frustration. Car le trafic et la vague de fond forment une onde permanente, instable, imprévisible et inconfortable. Il est donc important d’arriver sur place avec des certitudes techniques pour éviter de se perdre ; et chercher quelque chose en réalité inaccessible à l’entrainement sur site. La sortie d’hier et de ce matin se sont donc bien passées malgré tout.

Bien que le voyage se soit fait en deux temps, l’enchainement n’a pas été trop sollicitant. Le physique ne semble pas avoir été impacté par notre périple. Après 10 ans, je pensais avoir écumé tous les bassins internationaux, en vain. C’est la première fois que je mets les pieds en république tchèque. Il s’agissait aussi de mes premiers coups de pelles. L’hôtel où nous sommes hébergés est bien. Nous le partageons avec l’Irlande, la Turquie et l’Azerbaïdjan. La navette met 30’ pour nous amener au plan d’eau. Sur place, le cadre est rural ! Le décor est verdoyant mais peu vallonné : il n’y a presque aucune montagne à l’horizon. L’architecture du site est, quant à elle, « standard ». Le vent dominant semble favorable même si nous avons vu hier qu’il pouvait être tourbillonnant et en rafales.

La « startlist » vient de sortir. Voici notre Série pour demain :

FRANCE / ESPAGNE / FINLANDE / PORTUGAL / SLOVAQUIE / DANEMARK

Nous sommes dans la première manche, celle de 11h20 ! Seul le vainqueur sera directement qualifié pour la demi-finale de samedi. Sur le papier nous héritons du meilleur tirage. Mais comme à notre habitude, nous aborderons cette course avec beaucoup d’envie. Nouvelle olympiade, nouvelle concurrence, il ne faudra pas sous-estimer nos adversaires. L’envie est là, il ne nous reste plus à mettre en application le travail de l’année !


Cazaubon 2017

15/04/2017

Crédit Photo : FFA

Cazaubon et sa digue ! Deux inséparables qui n’évoquent qu’une seule chose dans la tête des rameurs : l’aboutissement ! Chacun ici est venu chercher quelque chose. Parfois identique, parfois différent, mais l’envie de donner le meilleur reste la même. Pour cette année, la météo semblait s’être accordée avec l’agenda pour que nous bénéficiions de conditions parfaites. C’est du moins ce qui avait été annoncé au petit écran. Dans les faits, le vent aura soufflé légèrement plus fort que prévu hier…mais dans le bon sens. Difficile donc de se plaindre quand le chronomètre défile plus vite qu’à l’accoutumé. C’est sûrement la première fois que je signe un aussi bon temps sur le contre-la-montre. Mais face aux alizés favorables se formaient de bonnes vagues. Le bassin était technique et peu docile, notamment dans la deuxième partie de course. Il était donc important d’assurer un premier 1000m solide pour ensuite surfer et jouer les équilibristes. J’aime ces bassins agités, où doit ressortir l’agilité et la dextérité du rameur. Rebelote le soir même sur les Séries. Malgré quelques petites fautes j’ai pris du plaisir. Porté par les rafales, la cadence ne voulait plus descendre. Le chrono allait forcément être au rendez-vous…Et ce fut le cas ! Je franchis la ligne d’arrivée en 6’50’’46, nouveau record de la catégorie sur le lac de l’Uby. L’intention n’était pas là, mais je ne vous cache pas ma joie.

Ce matin se couraient les demi-finales. L’intensité allait inévitablement prendre un cran, mais la forme était bonne, et la pesée fut plus facile que la veille. Le ciel était bas et le vent complètement nul. Les températures étaient revenues aux normales de saison. Je retrouvais à mes côtés Damien Piqueras. La stratégie était simple : profiter de cette course pour préparer la finale de demain. Mais cette volonté de bien faire ne m’empêcha pas de rater mon départ. Bien heureusement, cela ne me pénalisa pas par la suite. L’enchaînement fut plutôt bon, et ce, jusqu’au dernier coup. Dans l’autre manche Pierre devança Stany. Au regard des résultats la bagarre s’annonce rude demain. J’espère que le spectacle sera à la hauteur. Comptez sur nous en tout cas pour donner le meilleur.

Rendez-vous donc demain matin, à 11h50 sur les berges, ou devant votre écran d’ordinateur pour suivre l’évènement en direct depuis la chaîne Dailymotion de la FFA.

Bonne soirée.


Un mouton, deux moutons, trois….

07/08/2016
Crédit Photo : FISA / Detlev Seyb

Crédit Photo : FISA / Detlev Seyb

La nuit fut perturbée par le bruit et le vent ! Mais la matinée avait bien démarré. La forme était au rendez-vous, c’était le jour ! J’étais au poids avec suffisamment de marge pour m’alimenter correctement jusqu’à la pesée. Aucun bouchon n’a retardé notre voyage en bus. Beaucoup de voyants étaient donc au vert pour entamer ces Jeux.

La première nouvelle tomba dès notre arrivée sur le bassin. L’entraineur nous informa que les courses étaient décalées d’une heure, mais qu’il restait possible de se peser à l’horaire initialement prévu, sauvé ! Peu de temps après, une seconde information arriva, repoussant d’une heure supplémentaire les courses. Le choix s’imposa de reprendre une collation pour éviter l’hypoglycémie pendant le 2000m. Ce fut sur le trajet du self que la décision de tout annuler tomba.

Le bassin était impraticable. Le retour au village se fit rapidement derrière pour que nous puissions nous entrainer. Pendant ce temps, une réunion fut organisée par la FISA. Les conditions météo ne devraient pas s’améliorer d’ici à mercredi, mais la décision a été prise de nous faire ramer demain. Nous verrons bien…

Nos adversaires ne changent pas, juste l’horaire change. Notre manche courra à 12h10 (17h10 en France). Cette donnée est toujours à mettre au conditionnel, car il n’est pas impossible que le vent nous joue encore des tours.

A suivre….


Nous y sommes….enfin !

06/08/2016

Rio de Janeiro

Nous y sommes ! Quatre ans presque jour pour jour des derniers Jeux Olympiques. Un tirage favorable mais des conditions météo relativement capricieuses pour l’instant. Beaucoup d’équipages en ont fait les frais aujourd’hui même si la flotte française a su tirer profit de la situation. Il faudra donc avoir le pied marin demain matin si nous voulons assurer la victoire et la qualification directe pour la demi-finale.

Voici notre tirage :

POLOGNE / JAPON / CUBA / ANGOLA / FRANCE

Cinq bateaux pour deux petites places ! L’embarcation polonaise sera à surveiller. Elle est souvent charnière mais régulièrement à la bagarre pour une place en finale. Nous ne devrons donc pas la sous-estimer. Si le comité d’organisation ne change pas l’horaire au dernier moment nous devrions courir dans la troisième manche, à 11h40 (16h40 en France). Voici le lien pour suivre la course en direct.

Il est possible de que le vent reste le même. Il faudra adapter notre stratégie de course en conséquent et profiter des premiers mètres pour creuser les écarts avant que les éléments ne dictent leur loi. A suivre…

Nous ne sommes pas allés à la Cérémonie d’ouverture hier. Nous avons regardé un bout depuis la télé de l’appartement. Décision délicate mais sage face aux sacrifices de ces dernières années. A 48h de la première course il n’est plus question de cumuler de la fatigue. L’enjeu est trop gros, le rêve trop beau pour hypothéquer et concéder ne serait-ce qu’un peu d’énergie.

Bonne soirée !


Les LXMEN sur le Rotsee

27/05/2016
Crédit Photo : AvironFrance

Crédit Photo : FFA -Eric Marie-

C’est parti ! Ce matin les LXMEN étaient de sortie et se sont encore faits remarqués sur les berges du Rotsee. Première course depuis Cazaubon pour Stany (alias Wolverine) qui sort les griffes en Série et s’impose avec autorité devant le hongrois en signant un beau 7’07. Premier grognement et premier message envoyé aux adversaires. Le ton est donné. Et une demi-heure après, l’arbitre nous appelait. Nous avions à cœur de faire résonner le tempo imposé en début de matinée par notre Phoenix. Sur le papier la concurrence n’avait pas de quoi nous inquiéter. Mais l’expérience m’a toujours appris à me méfier. C’est d’ailleurs le discours tenu par l’entraineur juste avant d’embarquer. Comme il s’agissait de notre premièr parcours, il n’était pas question de s’économiser. Il fallait faire une course pleine pour finir de régler quelques petits détails. Nos amis polonais nous ont grandement aidés dans notre tâche. Car ils sont toujours restés au contact et engagés. Nous avons donc pu travailler dans les meilleures conditions pour mettre en application ce qui nous avait été demandé. Le premier bilan est bon. Les sensations aussi. Nous signons le meilleur chrono en 6’20. Dans les autres manches les leaders ont répondu présent.

Le tirage de la demi-finale vient de tomber :

JAPON / BRÉSIL / FRANCE / AFRIQUE-DU-SUD / USA / AUTRICHE

Rendez-vous donc demain à 15h08. Même si nous ne rencontrons pas de problème avec le poids, cet horaire rend difficile sa gestion. Mais depuis le temps que je suis sur le circuit, j’ai cru comprendre qu’un certain nombre de paramètres, notamment la santé des athlètes, n’était pas une priorité pour la FISA.

Voici le Lien pour suivre la course de demain.

Bonne soirée.