Cazaubon 2017

15/04/2017

Crédit Photo : FFA

Cazaubon et sa digue ! Deux inséparables qui n’évoquent qu’une seule chose dans la tête des rameurs : l’aboutissement ! Chacun ici est venu chercher quelque chose. Parfois identique, parfois différent, mais l’envie de donner le meilleur reste la même. Pour cette année, la météo semblait s’être accordée avec l’agenda pour que nous bénéficiions de conditions parfaites. C’est du moins ce qui avait été annoncé au petit écran. Dans les faits, le vent aura soufflé légèrement plus fort que prévu hier…mais dans le bon sens. Difficile donc de se plaindre quand le chronomètre défile plus vite qu’à l’accoutumé. C’est sûrement la première fois que je signe un aussi bon temps sur le contre-la-montre. Mais face aux alizés favorables se formaient de bonnes vagues. Le bassin était technique et peu docile, notamment dans la deuxième partie de course. Il était donc important d’assurer un premier 1000m solide pour ensuite surfer et jouer les équilibristes. J’aime ces bassins agités, où doit ressortir l’agilité et la dextérité du rameur. Rebelote le soir même sur les Séries. Malgré quelques petites fautes j’ai pris du plaisir. Porté par les rafales, la cadence ne voulait plus descendre. Le chrono allait forcément être au rendez-vous…Et ce fut le cas ! Je franchis la ligne d’arrivée en 6’50’’46, nouveau record de la catégorie sur le lac de l’Uby. L’intention n’était pas là, mais je ne vous cache pas ma joie.

Ce matin se couraient les demi-finales. L’intensité allait inévitablement prendre un cran, mais la forme était bonne, et la pesée fut plus facile que la veille. Le ciel était bas et le vent complètement nul. Les températures étaient revenues aux normales de saison. Je retrouvais à mes côtés Damien Piqueras. La stratégie était simple : profiter de cette course pour préparer la finale de demain. Mais cette volonté de bien faire ne m’empêcha pas de rater mon départ. Bien heureusement, cela ne me pénalisa pas par la suite. L’enchaînement fut plutôt bon, et ce, jusqu’au dernier coup. Dans l’autre manche Pierre devança Stany. Au regard des résultats la bagarre s’annonce rude demain. J’espère que le spectacle sera à la hauteur. Comptez sur nous en tout cas pour donner le meilleur.

Rendez-vous donc demain matin, à 11h50 sur les berges, ou devant votre écran d’ordinateur pour suivre l’évènement en direct depuis la chaîne Dailymotion de la FFA.

Bonne soirée.


Un mouton, deux moutons, trois….

07/08/2016
Crédit Photo : FISA / Detlev Seyb

Crédit Photo : FISA / Detlev Seyb

La nuit fut perturbée par le bruit et le vent ! Mais la matinée avait bien démarré. La forme était au rendez-vous, c’était le jour ! J’étais au poids avec suffisamment de marge pour m’alimenter correctement jusqu’à la pesée. Aucun bouchon n’a retardé notre voyage en bus. Beaucoup de voyants étaient donc au vert pour entamer ces Jeux.

La première nouvelle tomba dès notre arrivée sur le bassin. L’entraineur nous informa que les courses étaient décalées d’une heure, mais qu’il restait possible de se peser à l’horaire initialement prévu, sauvé ! Peu de temps après, une seconde information arriva, repoussant d’une heure supplémentaire les courses. Le choix s’imposa de reprendre une collation pour éviter l’hypoglycémie pendant le 2000m. Ce fut sur le trajet du self que la décision de tout annuler tomba.

Le bassin était impraticable. Le retour au village se fit rapidement derrière pour que nous puissions nous entrainer. Pendant ce temps, une réunion fut organisée par la FISA. Les conditions météo ne devraient pas s’améliorer d’ici à mercredi, mais la décision a été prise de nous faire ramer demain. Nous verrons bien…

Nos adversaires ne changent pas, juste l’horaire change. Notre manche courra à 12h10 (17h10 en France). Cette donnée est toujours à mettre au conditionnel, car il n’est pas impossible que le vent nous joue encore des tours.

A suivre….


Nous y sommes….enfin !

06/08/2016

Rio de Janeiro

Nous y sommes ! Quatre ans presque jour pour jour des derniers Jeux Olympiques. Un tirage favorable mais des conditions météo relativement capricieuses pour l’instant. Beaucoup d’équipages en ont fait les frais aujourd’hui même si la flotte française a su tirer profit de la situation. Il faudra donc avoir le pied marin demain matin si nous voulons assurer la victoire et la qualification directe pour la demi-finale.

Voici notre tirage :

POLOGNE / JAPON / CUBA / ANGOLA / FRANCE

Cinq bateaux pour deux petites places ! L’embarcation polonaise sera à surveiller. Elle est souvent charnière mais régulièrement à la bagarre pour une place en finale. Nous ne devrons donc pas la sous-estimer. Si le comité d’organisation ne change pas l’horaire au dernier moment nous devrions courir dans la troisième manche, à 11h40 (16h40 en France). Voici le lien pour suivre la course en direct.

Il est possible de que le vent reste le même. Il faudra adapter notre stratégie de course en conséquent et profiter des premiers mètres pour creuser les écarts avant que les éléments ne dictent leur loi. A suivre…

Nous ne sommes pas allés à la Cérémonie d’ouverture hier. Nous avons regardé un bout depuis la télé de l’appartement. Décision délicate mais sage face aux sacrifices de ces dernières années. A 48h de la première course il n’est plus question de cumuler de la fatigue. L’enjeu est trop gros, le rêve trop beau pour hypothéquer et concéder ne serait-ce qu’un peu d’énergie.

Bonne soirée !


Les LXMEN sur le Rotsee

27/05/2016
Crédit Photo : AvironFrance

Crédit Photo : FFA -Eric Marie-

C’est parti ! Ce matin les LXMEN étaient de sortie et se sont encore faits remarqués sur les berges du Rotsee. Première course depuis Cazaubon pour Stany (alias Wolverine) qui sort les griffes en Série et s’impose avec autorité devant le hongrois en signant un beau 7’07. Premier grognement et premier message envoyé aux adversaires. Le ton est donné. Et une demi-heure après, l’arbitre nous appelait. Nous avions à cœur de faire résonner le tempo imposé en début de matinée par notre Phoenix. Sur le papier la concurrence n’avait pas de quoi nous inquiéter. Mais l’expérience m’a toujours appris à me méfier. C’est d’ailleurs le discours tenu par l’entraineur juste avant d’embarquer. Comme il s’agissait de notre premièr parcours, il n’était pas question de s’économiser. Il fallait faire une course pleine pour finir de régler quelques petits détails. Nos amis polonais nous ont grandement aidés dans notre tâche. Car ils sont toujours restés au contact et engagés. Nous avons donc pu travailler dans les meilleures conditions pour mettre en application ce qui nous avait été demandé. Le premier bilan est bon. Les sensations aussi. Nous signons le meilleur chrono en 6’20. Dans les autres manches les leaders ont répondu présent.

Le tirage de la demi-finale vient de tomber :

JAPON / BRÉSIL / FRANCE / AFRIQUE-DU-SUD / USA / AUTRICHE

Rendez-vous donc demain à 15h08. Même si nous ne rencontrons pas de problème avec le poids, cet horaire rend difficile sa gestion. Mais depuis le temps que je suis sur le circuit, j’ai cru comprendre qu’un certain nombre de paramètres, notamment la santé des athlètes, n’était pas une priorité pour la FISA.

Voici le Lien pour suivre la course de demain.

Bonne soirée.


Finale à Cazaubon !

02/04/2016
Cazaubon 2016

Crédit Photo : Média Aviron

Bonsoir, le lac de l’Uby s’est transformé en l’espace de quelques jours. Les berges sont complètements occupées par les bateaux. On ne cesse de croiser des rameurs courir pour s’échauffer, ou sur l’ergomètre pour faire tourner la roue et récupérer. Après le vent et les grosses averses de jeudi, le beau temps semble s’être installé assez durablement pour que nous passions un bon week-end. Depuis hier, le bord du bassin grouille de monde. Nous nous rendons alors compte qu’il s’agit bien d’une édition spéciale sur cette année olympique. Plusieurs billets vont être distribués pour les Jeux de Rio. L’enjeu est énorme et les athlètes en ont conscience. Jusqu’à présent la tension n’était peut-être pas palpable, mais dès demain tout va se tendre.

Les parcours d’hier se sont bien passés. Même si je ne suis pas un aficionado des contres-la-montre, je pense avoir fait une bonne entrée dans la compétition. Le vent était légèrement favorable, un scénario que j’affectionne particulièrement et qui me permet de tenir un cadence soutenue tout au long des 2000m. Une fois fini, pas le temps de chômer : la récupération est faite dans la foulée, suivie d’une bonne séance d’étirements, d’un repas et d’une grosse sieste pour arriver en forme sur la Série du soir. Mais cette fois, changement de sens pour le vent. Heureusement, les adversaires semblaient aussi fatigués que moi. La hiérarchie fut alors respectée dans chaque manche.

Ce midi, j’étais en demi-finale contre mon coéquipier d’Aiguebelette. A ce beau tirage venait s’ajouter Morgan Maunoir et Thibault Remy, respectivement champions du monde en 4x (Elite et U23). Une belle brochette de quatre athlètes, mais seulement trois places qualificatives. Cerise sur le gâteau, le vent soufflait contre et fort en rafales. Avec Stany, nous avons rapidement creusé l’écart. A la mi-course, nous semblions presque assurés d’aller en finale. Mais derrière, la lutte était âpre. Il fallut attendre la photo finish pour départager les deux concurrents. Triste sort et dure loi du sport pour Morgan qui rate finalement le coche pour deux minuscules dixièmes de seconde. Thibault prend donc la troisième place. De mon côté, les sensations n’auront pas été franchement bonnes aujourd’hui. Le bassin était vraiment difficile et ne permettait pas de s’exprimer techniquement à 100%. Hélas, les prévisions pour demain ne semblent pas meilleures. J’espère que nous pourrons quand même bénéficier d’une petite accalmie dominicale.

Je vous donne donc rendez-vous demain matin à 11h50 pour le dénouement de ce week-end haletant.

Voici le Lien pour suivre les courses en images.

Bonne soirée.


Une bonne entame !

29/05/2015
Crédit Photo : FFSA

Crédit Photo : FFSA

Bonsoir, c’est une journée pleine de promesses qui s’achève. Pierre a clairement donné le ton ce matin en s’imposant devant le Slovaque (vainqueur sur le Coupe du Monde de Bled). Par la même occasion il signe un beau chrono et passe sous la barre des sept minutes en skiff, belle performance !

Cela fait une semaine que mes nuits sont de plus en plus courtes. J’ai toujours peur que la fatigue soit le principal responsable. Fausse alerte ! La forme est au contraire excellente. La surcompensation joue son rôle et le corps s’adapte aux besoins. Les voyants sont au vert et mon quota de sommeil est donc réduit. Il a fallu occuper tout ce temps libre pendant notre préparation mais maintenant que la compétition est lancée le problème ne se pose plus. Les journées sont bien rythmées : pesée, échauffement, course, récupération, repas….

Au réveil nous bénéficions d’assez de marge pour déjeuner. Un luxe que tous nos adversaires n’ont pas eu ce matin. Je pense notamment à nos homologues norvégiens qui sont arrivés en sueur à la pesée probablement à cause d’un surplus de poids. En prenant le Bus de 8h nous sommes arrivés pile à l’heure pour monter sur la balance officielle. Nous avons ensuite patienté sous la tente France avant d’enfiler nos basquets et commencer l’échauffement. Nous avons eu la chance de voir Pierre ramer sur sa Série.

Les consignes de l’entraineur nous ont été données juste avant la mise à l’eau. Le vent soufflait dans l’axe sans lever de vagues : des conditions presque idéales pour signer un gros temps. L’envie d’en découdre était tellement forte que nous sommes rentrés partiellement dans le balisage de la Série d’avant (jusqu’à ce que la situation nous ramène à la raison).

Une fois aligné et accroché au ponton l’arbitre lança la procédure. Avant que le feu ne s’allume je pris le temps de jeter un dernier coup d’œil sur la concurrence. On peut vite se sentir isolé quand on est sur un couloir extérieur. J’y trouve au contraire un avantage : certaines attaques peuvent passer inaperçues. Il « suffit » de tourner la situation à son avantage.

La course s’est vite décantée. Nous avons pris un bon départ et avons maintenu nos efforts jusqu’à l’entrée du dernier 500m. Grâce à notre avance aucun sprint final ne fut nécessaire. Nous franchissons la ligne d’arrivée en 6’20’’55 et signons le premier temps au général. De bon augure pour demain. Le tirage des demi-finales est à notre avantage, nous évitons les norvégiens et les anglais (qui restent nos principaux concurrents sur ce championnat).

Voici le tirage :

SUISSE / PORTUGAL / FRANCE / PAYS-BAS / TURQUIE / HONGRIE

Notre course est prévue à 10h45 ! Les trois premiers gagneront leur ticket pour la grande finale. Le lien pour suivre les courses est le même qu’hier !

Voici l’article de présentation de notre double édité par la Fédération.

A demain


Lac Malta !

28/05/2015
Crédit Photo : Lionel Piquard

Crédit Photo : Lionel Piquard

Bonsoir, l’attente touche à sa fin. La journée n’a pas été trop longue.

Depuis 2009 rien n’a changé. L’Andersia Hôtel tient encore son rang. La restauration, la literie et le Wifi restent irréprochables. Le Bus met toujours vingt petites minutes pour nous déposer devant les immenses bâtiments bétonnés. Ces vestiges de l’URSS, posés ici pour traverser les siècles sans prendre une ride, ressemblent à un assemblage de Légos aux couleurs délavées et kitschs. Les repères sur le lac Malta sont vite revenus. Pour cette unique sortie en double avant le début des hostilités nous avons refait du travail de vitesse. La fatigue de la veille s’est rapidement dissipée pendant l’échauffement. Les températures sont légèrement en dessous des normales de saison hexagonale. Le vent dominant semble toujours à l’avantage du chronomètre. Avec un peu de chance les conditions permettront de signer un bon temps avant la fin du week-end. A suivre…

Le tirage des Séries est tombé. Voici le nôtre :

REPUBLIQUE-TCHEQUE / POLOGNE / IRELAND / GRECE / FRANCE

La course est prévue demain matin à 10h25. Voici le lien pour la suivre en Direct.

Les trois premières places donneront accès aux demi-finales de samedi. Sur le papier la concurrence est connue. Elle devrait nous aider à faire un bon parcours tout en limitant la pression. Il sera important de s’employer quel que soit la physionomie de la course pour stimuler les organismes, et entamer le processus de surcompensation pour monter en puissance jusqu’à dimanche.

Pierre donnera quant à lui les premiers coups de rames pour le camp tricolore.

Bonne soirée !