Championnat de zone à Aiguebelette !

08/04/2017

Crédit Photo : Média Aviron

Enfin je trouve le temps de vous écrire pour revenir sur ce week-end de compétition et cette finale épique.

Après une semaine de soleil, la pluie aura fait son grand retour pour Aiguebelette. Mais à choisir, je préfère les gouttes au vent. Car elles assurent généralement de meilleures conditions de navigation. Quoi qu’il en soit, l’issue de la régate ne reposait pas sur les prévisions météorologiques. Depuis le début de la semaine je me sentais en forme. De mon B4 (2000m progressif) à l’ergomètre sur Valenciennes jusqu’au B5 (500m cadence course) la veille des courses, les sensations étaient bonnes et les repères chronométriques aussi. Le régime ne m’a pas mis en délicatesse non plus. Bref, j’étais prêt à en découdre. Heureusement d’ailleurs car la concurrence allait être différente cette année ! Le tirage des Séries me laissa un peu de répit. La difficulté sur cette première journée vint surtout de la pesée. De son horaire plus précisément. Il fallut attendre midi pour monter sur la balance officielle. La matinée parut relativement longue, surtout quand votre horloge biologique interne vous réveille à 6h du matin. Heureusement la journée de dimanche n’allait pas poser de souci de ce côté-là : la demi-finale était programmée le matin et la finale quelques heures plus tard. C’est la récupération entre les deux qui allait être primordiale. Je m’attendais à tout sur la demi-finale. Beaucoup de scénarios étaient envisageables mais c’est finalement le meilleur qui se produit. Peut-être aussi parce que mon appréhension nourrit ma volonté de me mettre à l’abri : j’ai pris un super départ et me suis rapidement retrouvé aux commandes. Maxime Ducret et Benoit Baratin ont emboîté le pas tout en creusant l’écart sur le reste du peloton. A mi-chemin l’issue était scellée. Nous étions trois bateaux en tête pour trois places. Jusqu’à l’arrivée, presque aucune attaque ne fut placée, chacun se « contenta » de garder son rang pour limiter les dépenses énergétiques en perspective la grande finale. Le timing fut ensuite serré : tout juste le temps de rentrer se changer, se restaurer, faire une mini-sieste et ranger ses affaires…c’était l’heure ! Seul bémol, la digestion ! Trop content de passer la dernière pesée du week-end je n’ai pas su me raisonner sur le déjeuner. Une erreur de débutant qui me valut quelques peines sur le footing d’échauffement. Je me sentais ballonné et mon estomac ne cessait de me rappeler mon erreur. Heureusement, au moment du départ, l’adrénaline masqua bien des maux. Une fois aligné dans mon couloir, je n’avais d’attention que pour le drapeau de l’arbitre. En attendant le signal, je me repassais en boucle les mots de mon entraîneur. Les possibilités n’étaient pas infinies. Soit Hugo chercherait à faire la course devant, auquel cas il faudrait rester au contact et faire une course d’attente ; soit il me laisserait les commandes et tenterait de me doubler sur le finish, auquel cas il faudrait me mettre à l’abri avant les derniers 250m. Mais sur le départ, aucune question à se poser ! Dès que le drapeau s’abaissa je ne retins pas mes coups. Je donnai le maximum pour lancer ma coque. L’enchaînement fut légèrement moins bon que le matin mais me permit néanmoins de sortir en tête des starting-blocks. Il fallait donner du rythme, beaucoup de rythme et le garder, c’était l’une des consignes de l’entraîneur. Ce fut ma tâche principale sur le premier 1000m. Les écarts ne se creusèrent pas de suite. J’essayais de contrecarrer chaque attaque. Hugo était à moins d’une longueur et Maxime pointait juste derrière. Les écarts semblaient se stabiliser. A la mi-course l’intensité reprit un cran. La cadence grimpa de deux coups, la différence commença à se faire avec le reste du peloton, laissant présager un duel avec Hugo pour la victoire. Et ce qui devait arriver arriva : ce fut un immense mano à mano sur le reste du parcours. Une succession d’attaques et de réponses. Une vraie surenchère ! La cadence n’avait plus de limite, il fallait rester devant absolument. En plaçant une grosse accélération à 700m de la ligne, je pensais m’octroyer un répit, en vain ! Nous avions chacun décidé d’aller jusqu’au bout…au bout de nous-même ! Il fallut donc sortir le grand jeu pour venir à bout de Goliath. Une légère brise souffla au passage des derniers 250m, c’était le signale ! La cadence monta encore d’un cran 41…42…43…je savais qu’il me restait 30 coups de pelles à donner. 3×10 dans ma tête pour avoir l’impression que ça passe plus vite. « 10…allez, encore 10…allez plus que 10…..OUF ! » Sauvé ! Le BIP venait d’arriver. Ce bruit de corne à peine audible venait de me libérer et de livrer son verdict. C’était fait, avec une petite longueur d’avance, juste assez pour éviter de sortir la photo-finish. Je pouvais enfin savourer. La remise des récompenses se fit avec le sourire, un sourire qui reflète bien les valeurs de notre sport : celles d’athlètes qui ont tout donné et qui se saluent en attendant qu’une chose…une revanche, tout simplement parce qu’on aime ça !

Le retour sur Lyon s’est bien passé. L’avantage d’Aiguebelette c’est la proximité. C’est un peu comme courir à domicile. Car rentrer chez soi en moins d’une heure, c’est une réelle chance.

Une autre semaine est sur le point de se terminer. Les conditions météo ont été bonnes. Nous n’avons eu que deux jours de vent. Les températures sont si agréables qu’on rame en combinaison. C’est l’occasion de prendre de l’avance sur le bronzage. J’ai fait ma dernière séance de musculation au Pôle France mercredi. Une page se tourne avec mon départ pour Valenciennes. Presque 10 ans après mon arrivée, les barres vont enfin pouvoir se reposer ! Idem pour mon activité au cabinet. J’ai prodigué mes derniers soins hier. Cela faisait quatre ans et demi que j’y étais. Difficile de dire au revoir parfois, surtout aux patients que je suivais depuis longtemps.

J’étais jeudi au collège Bréart à Mâcon. J’ai passé l’après-midi avec les classes de 6ème pour leur partager mon expérience, qu’ils puissent essayer l’ergomètre et poser des questions. Ces moments sont toujours difficiles à organiser entre les entraînements et le travail, mais chaque fois c’est un vrai plaisir de pouvoir le faire.

 Le repos va maintenant prendre le pas. Il s’agit d’arriver en forme à Cazaubon dans une semaine. Le week-end s’annonce relativement tranquille pour moi. Je vais en profiter pour croiser du monde avant mon grand départ dans le nord.

Bonne journée !

Publicités

Une médaille à la faim !

11/09/2016

Une médaille à la faim

Ce fut un long silence mais de très belles vacances ! Presque un mois sans vous donner de nouvelles. Le temps passe vite !

Après deux semaines sur Avignon et une semaine en Corse, je retourne demain matin sur Lyon pour ma « pré-rentrée ». L’agenda est bien rempli. Les déplacements sont nombreux et les sollicitations encore au cœur de mon actualité. Je ne sais pas combien de temps cela va durer mais je prends toujours autant de plaisir à répondre aux invitations.

C’est aussi la reprise de l’entrainement. J’espère que le corps a une bonne mémoire parce qu’une chose est sure…..il s’adapte au besoin ! Je ne fais pas forcément allusion aux kilos repris mais plutôt à la condition physique.

Je n’ai pas encore touché une pelle d’aviron mais j’ai repris le sport. La « vraie » reprise en bateau devrait se faire demain…Attention aux ampoules ! J’ai déjà éprouvé quelques courbatures malgré tout. Notamment après mes séances de course à pied et de musculation. Pire encore, j’ai fait ma première séance d’ergomètre ce matin. Juste risible. Heureusement que j’étais de bonne humeur parce que le score n’aurait jamais laissé croire qu’un mois plus tôt nous gagnions les JO.

Voici le lien d’un article écrit par Benjamin Lang, membre du 4- français à Rio. J’ai eu plaisir à lire ce récit, son récit. Un beau témoignage et une superbe plume. C’est une fierté pour l’aviron français de prouver que notre sport et le haut niveau ne nous transforment pas qu’en machines à ramer, la preuve en est !

Je profite aussi de l’occasion pour partager un projet né il y a quatre ans. Après de longues heures d’écriture, de relecture, de correction et d’aide ; j’ai enfin terminé l’ouvrage. L’idée première était d’écrire pour ne pas « tout oublier » le jour où ma carrière s’arrêterait. Puis, avec le temps, la matière fut suffisante pour proposer un récit plus complet, où tout le monde pourrait d’identifier. Ce texte est donc un retour d’expérience sur mes années de régime. Le rameur étant livré à lui-même dans cette épreuve, je présente à travers des situations vécues mon ressenti. Chaque partie est illustrée d’anecdotes et de conseils. Enfin, à travers mon témoignage j’invite le lecteur à s’interroger sur son corps et ses besoins.

En finissant l’écriture je pensais avoir fait le plus dur, mais il semblerait que trouver un éditeur consentant pour porter le projet soit autrement plus compliqué. Je m’en remets donc à vous, si toutefois vous connaissez des personnes susceptibles de m’aider.

Pour conclure, j’adresse un message de félicitation à notre délégation « handi » qui nous ramène de Rio : une belle médaille de bronze pour le 2x, et une belle huitième place pour le 4+.

Bonne soirée !

A long silent moment but very nice holidays ! Almost a month without news! Time flies! 

After two weeks around Avignon and one week in Corsica, I am going back to Lyon tomorrow morning for my « pre-return. » The agenda is full. Many travels and requests still at the core of my life. I do not know how long it will last but it’s always with the same pleasure that I reply to the invitations.

It also started training again. I hope the body has a good memory because one thing is sure … it adapts to the needs ! I’m not necessarily referring to additional kilos but rather fitness.

I have not yet touched an oar but resumed with sporting activity. The « real » come back in the boat should be tomorrow … Beware of blisters! I have nevertheless already experienced some soreness. Especially after my running and weight training sessions. Even worse, I had my first erg session this morning. Just ridiculous. I luckily was in a good mood because the score would never have suggested that a month ago we won the Olympics.

Here is the link to an article written by Benjamin Lang, member of the French 4- in Rio. I enjoyed reading this story, his story. A nice testimony and a great pen. French rowing can be proud to prove that our sport and the high level do not transform us into rowing machines!

I also take this opportunity to share with you a project born four years ago. After long hours of writing, proofreading, editing and assistance, I finally completed the book. The first idea was to write so as not to « forget everything » when my career will stop. Then, across time, the material was sufficient to provide a more complete story, with which everyone can identify. This text shares my experiences on years of diet. As the rower is on its own in this struggle, I present my feelings through situations I experienced. Each part is illustrated with anecdotes and advice. Finally, with this testimony I invite the reader to question him/herself about the body and its needs.

When I finished writing I thought the hardest part was done, but finding a publisher proves to be far more complicated. So, if you know anyone that could help me, I leave it up to you.

Finally, I want to congratulate our para-rowing delegation that brings back from Rio a beautiful bronze medal in the 2x and an eighth place in the 4+.


Tirage du quart de finale

01/09/2015

LM2x

Bonjour, ces 48h d’attente nous ont parus interminables. Il n’y a rien de pire je crois. A fortiori quand vous ne connaissez pas encore vos adversaires. Heureusement les Repêchages sont passés. Nous avons enfin la liste de nos concurrents pour le quart de finale de demain. Voici le tirage :

GEORGIE / TURQUIE / ALLEMAGNE / FRANCE / PAYS-BAS / AUTRICHE

Nous courrons à 12h05. Nos principaux concurrents seront les hollandais, les allemands et les turcs. Nous sommes donc quatre bateaux pour seulement trois places qualificatives. La bagarre va être âpre. Ces trois embarcations sont habituées des grandes finales. Les turques se sont faits plus discrets sur le début de l’olympiade mais c’est un bateau qui ne cesse de progresser et qui pourrait bien jouer les outsiders. Quoi qu’il arrive la course de demain se fera à fond. Plus question de réfléchir à la gestion de notre effort. La stratégie est simple : gagner avec le plus d’avance possible. C’est le meilleur moyen de respecter nos adversaires.

L’entrainement de ce matin a vraiment été laborieux. Vent et vagues ont imposé leur loi sur le bassin. Face aux éléments nous ne pouvons rien faire à part subir. Nous avons quand même réussi à travailler notre vitesse et à faire quelques accélérations. Pour se rassurer dans ces moments, rien de plus simple : il suffit de regarder autour, tout le monde est à la peine. La vraie galère !

Le régime commence à être pesant. Faire constamment attention à ce que l’on mange use psychologiquement. Surtout quand vous arrivez la veille des courses et que les stocks énergétiques ont besoin d’être réplétés. Les repas deviennent de véritables épreuves. A fortiori quand nous nous retrouvons attablés avec nos homologues poids lourds. Heureusement il ne reste que trois jours à tenir. Le temps joue en notre faveur maintenant.

Bonne journée.


Temple-sur-Lot

15/03/2012

            Bonsoir, après une semaine de vent sur Lyon nous profitons d’une météo exceptionnelle, ici, à Temple-sur-Lot. Un grand soleil, un immense ciel bleu et aucun nuage à l’horizon depuis lundi. Les premières marques de bronzage de l’année sont là ! Le bassin n’affiche pas une ride. Nous sommes assez nombreux à partager la base : beaucoup de kayakistes et de céistes étrangers, ainsi que des rameurs allemands. Mais tout le monde semble faire attention pour que la cohabitation soit la meilleure possible. Depuis notre entrée en stage nous n’avons fait que du skiff. C’est l’occasion pour moi de corriger certains points techniques avant le Championnat de France de Cazaubon.

            J’ai terminé la rédaction de mon Mémoire de fin d’étude. Je l’ai envoyé par mail à ma responsable ainsi qu’à mon tuteur et au médecin référent. Certains m’ont déjà fait un retour et une correction. J’attends les remarques de ma responsable. C’est elle qui validera mon travail et donnera le « feu vert » pour l’impression.

            J’ai profité de mon arrivée en stage pour reprendre de bonnes habitudes alimentaires. Le régime est de rigueur et les résultats sont encourageants pour l’instant. Si je continue sur cette lancée je devrais rapidement atteindre mes objectifs de poids.

            Bonne soirée !


Reprise difficile de l’entrainement !

08/05/2011

 

            Bonjour, la semaine aura été fatigante. La « reprise » de l’entrainement à cette période de la saison est toujours difficile. Je parle de « reprise » parce que la préparation à la Coupe du Monde de Munich implique un entrainement foncier conséquent ; j’entends par là de longues sorties en bateau et une dizaine de séances hebdomadaires. C’est un peu le revers de la médaille : pour être performant il faut s’entrainer dur mais malheureusement l’envie n’est pas toujours là ! De plus, je n’ai pas pu bénéficier cette semaine, exceptionnellement, d’aménagement de mon emploi du temps avec l’hôpital où je suis en stage kiné. Je suis donc monté sur le lac de Miribel à 7h du matin le mardi et le jeudi pour être à 9h avec mon premier patient. Le début du régime pour Munich est aussi une source de fatigue. Dès la semaine prochaine mon organisme devrait mieux encaisser les entrainements. J’ai également ramé deux fois avec Frédéric Dufour en 2x. Notre entraineur était là pour nous suivre et définir les axes techniques à travailler. Nous n’avons pas été très chanceux sur les conditions météos mais les sensations étaient bonnes et j’ai rapidement réussi à retrouver mes repères de 2009 (année où j’étais associé à Frédéric pour la première fois). La reprise des musculations de type C2 ont aussi laissé de belles courbatures. Malgré ces journées chargées j’arrive à trouver du temps libre pour jouer du piano et de la batterie. Je suis déjà impatient de m’aligner au départ de la coupe du monde de Munich pour voir ce que nous valons sur la scène internationale.

            Voici la vidéo de notre finale des championnats de France à Aiguebelette pour ceux qui ne l’avaient pas vue ou ceux désireux de la revoir. Une autre vidéo des champions de France Séniors 2011 a été faite et postée sur YouTube. Voici le lien !

            Bon Dimanche !


Enfin de retour !

26/03/2011

Crédit Photo : Michel Brignot

            Bonjour, enfin de retour sur Lyon. Comme pour l’aller j’ai fait du co-voiturage pour rentrer sur Lyon. Ces deux semaines de stage auront été longues ! C’est une accumulation de fatigue entre les entrainements et le régime. Le dernier cycle a été, pour moi, le plus dur. Cela s’est beaucoup ressenti sur ma concentration en bateau. Ce matin nous avons réalisé un B4 pour clôturer nos deux semaines de stage. J’étais aligné en skiff comme le reste du groupe. Les conditions météos étaient idéales. Le parcours sur 2000m avec cadences imposées (= B4) s’est relativement bien passé. Mon temps à l’arrivée est correct bien que je sois loin de Maxime Goisset.

            Dès Lundi je débuterai un nouveau stage en tant qu’assistant kiné. Pour la première fois je pourrai y aller en vélo. Car il s’agit du centre Romans Ferrari à Miribel Jonage. C’est une super opportunité de pouvoir être là-bas : je serai juste à coté du Pôle et de chez moi. Ce sont des conditions parfaites pour m’entrainer en semaine.

             Bon week-end !


Retour du soleil à St Cassien !

23/03/2011

Crédit Photo : Michel Brignot

            Bonjour, le troisième cycle se termine, lui, sous un magnifique soleil et des températures de saison. Le double avec Maxime s’est bien passé. Je suis monté à la nage. Les sensations étaient bonnes. Le fait de passer sur une embarcation plus stable fut l’occasion de travailler d’autres points techniques qu’en skiff. Sur l’entrainement de ce matin je suis cependant monté en skiff car Maxime souffrait de maux de gorge. Rien d’inquiétant mais le médecin a jugé bon de le mettre au repos.

            J’ai également profité du stage pour perdre du poids et me stabiliser à 72,5kg. La contrainte est là mais la fréquence des entrainements et leur intensité aident beaucoup pendant cette période « d’affûtage ». En faisant l’effort de perdre du poids maintenant je pense faire la « bonne opération ». J’espère qu’avec cette gestion j’arriverai en pleine forme sur les prochaines compétitions.

            Bonne soirée !