Sunday, golden sunday !

18/06/2017

Crédit Photo : FFA (Daniel Blin)

Malgré l’entrainement, la volonté et la technique, il arrive parfois que rien ne puisse vous résister. Comme un sentiment de grâce devant vos adversaires. C’était peut-être le cas aujourd’hui. C’est du moins l’impression que j’en ai eu. Mais soyons clairs, cela ne rime pas avec facilité, pas du tout. Chaque course, chaque finale, sont de nouvelles occasions de se remettre en question et de donner le maximum. C’est ce qui fait l’invincibilité de ce bateau depuis tant de saisons.

En nous réveillant ce matin nous disposions encore d’une marge suffisante pour déjeuner à notre faim. La configuration de la matinée était idéale : la course était ni trop tôt, ni trop tard. Idem pour la pesée officielle. Après être rentré de notre footing d’échauffement le long du lac Malta, j’ai eu la confirmation que nous étions bien les seuls à courir. Nous n’avons croisé aucun concurrent ! Nos adversaires doivent probablement faire de l’ergomètre en remplacement, mais je trouve ça surprenant que nous soyons vraiment les seuls à chausser les baskets et varier les types d’échauffements. Bref, à chacun ses habitudes. Ne changeons surtout pas les notre, elles semblent bien fonctionner pour l’instant.

En quittant le ponton tout semblait clair dans nos têtes. Comme évoqué en introduction, la stratégie était relativement simple : imprimer le plus gros tempo possible à nos adversaires, au coup par coup, sans lancer de séries. Nous avions chacun nos petits axes techniques à respecter pour que le bateau glisse et que chacun puisse s’employer à 100%. L’échauffement sur l’eau fut très traditionnel. Trois petites accélérations suffirent à nous mettre en confiance et nous sentir prêt.

L’attente dans les starting-blocks me parut interminable. Les minutes n’en finissaient plus. Je n’arrêtais pas de bâiller. Je me sentais complètement atone. Ce n’était pourtant pas le moment. Mais heureusement, une fois allumé, le feu changea quasi instantanément de couleur. Notre départ fut bon et nous plaça rapidement aux avant-postes. De son côté Pierre semblait en pleine forme et impulsait sur chaque coup. Ce fut alors l’occasion pour moi de le laisser faire, de lui donner assez de longueur et de fréquence pour qu’il puisse s’exprimer à fond. De mon côté j’étais focalisé sur ma technique, sur mon rôle : celui de métronome. Malgré la bagarre juste derrière nous, l’écart se creusa de plus en plus. A l’entrée des derniers 500m plus rien ne pouvait nous arriver. Mais cela ne nous empêcha pas de relancer encore, et encore…jusqu’à que la ligne d’arrivée nous arrête dans notre élan.

Notre joie au ponton d’honneur fut encore plus énorme en constatant que le 2- des frères Onfroy avaient également remporté l’or. Participer à un doublé français, j’avais encore jamais fait ! Dommage qu’aucun hymne ne soit joué sur les Coupes de Monde, je crois que ça aurait été juste parfait d’en enchainer deux d’affiler.

Nous rentrons demain matin en France. La semaine va être musclée, car le programme d’entrainement est conséquent en prévision d’Henley et de Lucerne. Il va falloir gérer la fatigue sur cette période, ce sera l’enjeu des prochains jours : donc ce soir couché tôt !

Voici le lien pour revivre la course en direct.

Bon dimanche et n’oubliez pas d’aller voter.

Bien à vous.


Finale à Poznan

17/06/2017

Crédit Photo : FFA (Daniel Blin)

J’ai préféré attendre que les repêchages d’aujourd’hui livrent leurs verdicts pour faire d’une pierre deux coups dans cet article.

D’abord revenir sur la journée d’hier :

Au réveil, en montant sur la balance, nous disposions d’une marge suffisante pour déjeuner à notre faim. Ces occasions sont rares. Car pendant le régime nous calibrons généralement nos efforts pour pouvoir grignoter avant la pesée officielle, mais jamais jusqu’à satiété…heureuse nouvelle donc ! Sinon la météo prévoyait beaucoup de vent et de pluie. Fiables et précises, les prévisions polonaises ne mentirent pas. Juste avant d’entrer dans les starting-blocks le ciel se faisait si menaçant que l’organisation s’apprêtait à suspendre les courses. Heureusement pour nous ce ne fut pas le cas. Je ne me voyais pas rentrer au ponton et attendre que l’anticyclone arrive. La consigne de l’entraineur était claire : faire la plus grosse course possible, peu importe sa physionomie. C’est donc sans retenue que nous avons pris le départ. Les écarts se creusèrent rapidement, et ce fut en cavaliers seuls que nous franchîmes la ligne d’arrivée. Le bilan fut positif malgré quelques petites fautes techniques dans les 500 derniers mètres. Nous signâmes le meilleur temps des Séries, deux secondes devant les irlandais vainqueurs de l’autre manche.

Puis sur aujourd’hui :

Ce matin nous sommes allés ramer tôt. A peu de choses près je crois que la météo était pire qu’hier. Nous avons malgré tout fait 12km et quelques accélérations. Même si nous avons passé une bonne partie de la journée à l’hôtel, le temps est passé relativement vite. Notamment en suivant les courses des équipages français en lice aujourd’hui.

Enfin sur demain :

Suite aux repêchages de ce midi, nous connaissons désormais la liste complète de nos adversaires de demain. Voici le tirage :

CHINE / POLOGNE / IRLANDE / FRANCE / ALLEMAGNE / JAPON

Nous connaissons déjà les polonais, allemands et irlandais qui étaient contre nous en finale du championnat d’Europe à Racice. Les japonais étaient dans notre manche hier. Le bateau chinois reste donc le seul que nous n’ayons encore jamais rencontré. La météo devrait être bonne. Pour la forme il faudra attendre demain pour en être sûr, mais la journée de récupération semble déjà avoir fait son petit effet.

L’heure de la finale a légèrement été avancée par rapport au programme prévisionnel. Notre passage est prévu à 11h03. Voici le lien pour suivre en Direct.

Bonne soirée.


Welcome to Poznan

15/06/2017

Crédit Photo : FFA (Lionel Piquard)

Racice – Valenciennes – Lyon – Bourges – Valenciennes – Aiguebelette – Bergerac – Aiguebelette – Poznan…

Les voyages forment la jeunesse parait-il ! Mais disons plutôt qu’ils donnent au temps une toute autre dimension. Et parfois même, à cette fréquence, l’impression de ne pas pouvoir en profiter… mais ça reste éminemment plus grisant que la routine (bien qu’elle puisse me manquer par moment).

Nous ne sommes restés qu’une semaine sur Aiguebelette pour préparer cette Coupe du Monde. Cela peut paraitre court, mais c’est un format qui me plait. En effet, l’enchainement des compétitions à cette période modifie quelque peu notre rythme : les grosses séances d’entrainement se font essentiellement à la maison, tandis que le travail de vitesse se fait en stage. Il y a beaucoup plus d’alternance entre les cycles de « charge » et de « décharge ». Le repos est donc plus présent pour respecter le principe de surcompensation et garantir une forme minimum pour chaque régate. En résumé (et pour caricaturer), notre quotidien se résume à faire des courses et nous reposer. S’il n’y avait pas de régime au milieu de tout ça, ce serait probablement le meilleur moment de la saison. Mais indépendamment de sa durée, notre stage en Savoie s’est bien passé. La météo a été bonne et nous avons pu ramer tous les jours. Le bateau glisse de plus en plus et nous sentons bien que les kilomètres nous aident à progresser. Le moral est donc bon et nous sommes pressés d’en découdre.

Les tirages viennent de tomber. Il était annoncé que nos amis italiens seraient absents, mais la surprise vient aujourd’hui des anglais. Initialement inscrits sur la liste des engagés, ils sont donnés forfait. Nous n’en savons pas plus pour le moment, juste que plusieurs autres bateaux de la flotte anglaise sont dans le même cas. Donc affaire à suivre…Chez nous, d’autres embarcations se sont aussi retirées. Nous ne nous retrouvons plus qu’à douze. Le système de qualification se voit donc aussi modifié. En conclusion : si nous remportons notre Série demain midi nous serons directement qualifiés pour la finale de dimanche. Une véritable aubaine pour le régime. Car même si nous sommes au poids, les pesées officielles restent astreignantes !

Voici donc nos adversaires sur l’Éliminatoire :

JAPON 1 / JAPON 2 / FRANCE / PÉROU / ALLEMAGNE / CHINE 2

Course prévue à 12h40 ! Pour résumer, seul le vainqueur ira directement en finale, les autres devront passer par les repêchages. Pour l’instant nous ne connaissons que les allemands. C’est un bateau en reconstruction qui risque d’avoir progressé depuis le championnat d’Europe. Pour les autres, c’est l’inconnue. Il faudra donc rester vigilant !

A demain !


L’Or à Poznan !

19/06/2016
Crédit Photo : FFSA - Daniel Blin -

Crédit Photo : FFSA – Daniel Blin –

Fin du week-end ! Un super bassin et une finale avec du spectacle. A commencer par le faux-départ de nos amis irlandais. A leur décharge, le feu a vraiment trainé pour passer au vert. Frustrant quand même, notre départ était canon. Les démons de 2012 semblaient de retour. Heureusement, ces flashs n’ont pas perturbé l’état d’esprit.

Quand la cloche fut tirée, l’arbitre rappela immédiatement les équipages pour que le programme ne prenne pas de retard. Pas le temps de se poser ni de récupérer, juste la place pour deux grandes inspirations. Une fois les six bateaux alignés la procédure s’accéléra. L’adrénaline put enfin opérer.

Aucun changement dans notre stratégie. Nous voulions reproduire le même schéma tactique que vendredi : partir fort, imposer notre rythme et surtout ré accéléré à la mi-parcours. Mais les surprises n’arrivent jamais seules. Dans cette finale aux conditions favorables, nos amis anglais ont tout tenté. A raison : le vent soufflait dans le bon sens, les chronos allaient être rapides, et les écarts surement réduits. En tête au premier 500m et au 1000m, ce coup de Trafalgar n’aura pas tenu jusqu’au bout. Ce bluff ne nous aura jamais fait douter…Car avec l’engament physique mit sur les courses d’hier et de vendredi, l’issue était prévisible. De son côté, le bateau norvégien, régulier et fidèle à lui-même, nous a beaucoup aidés. Ce fut notre principal repère. Jamais très loin, nous avons réussi à nous extirper des griffes vikings qu’à l’entrée des dernières bouées, quand tout semblait déjà joué. La cadence repris un cran pour contenir le retour des irlandais et italiens, encore au coude à coude pour la troisième place. Quelques coups plus tard le « BIP » final livra son verdict. Une première place, deux secondes devant nos premiers poursuivants, et un beau 6’11 à la clef. Cerise sur le gâteau, la chasuble jaune de leaders. What else !

Nous restons ce soir en Pologne. Nous rentrons en avion demain matin tôt. Deux jours sur Paris sont prévus pour un point Presse, ainsi que la rencontre des partenaires de la fédération. Mais également la finale nationale du challenge « rame en 5ème ». Le vrai retour à domicile est programmé mardi soir. Nous attaquerons ensuite le stage terminal à Bellecin le mardi 28 Juin. Le « break » va être court. Je vais profiter de cet ultime week-end pour redescendre sur Avignon.

J’ai trouvé original d’illustrer cet article avec les mascottes en peluche qui nous ont été données. Je vous laisse deviner qui est qui !

Bonne soirée.


Finale à Poznan !

18/06/2016
Crédit Photo : RowIn

Crédit Photo : RowIn

Bonsoir, il est tard, mais j’ai préféré attendre la fin des repêchages pour faire d’une pierre deux coups : revenir sur notre course d’hier et vous donner les informations de la journée de demain.

Comme annoncé, la météo n’a pu s’empêcher de perturber l’entame de cette coupe du monde. Hier matin, après quelques violents éclairs et de belles averses, le comité d’organisation décida de suspendre provisoirement les courses. Nous allions quitter l’hôtel au même moment ! Pendant de longues minutes aucune information ne fut communiquée. Impossible de savoir combien de temps la situation allait durer. Nous étions tributaires des décisionnaires…Sauf qu’un poids léger affamé peut vite perdre patience. Surtout quand il ne sait pas s’il pourra se peser à l’horaire initialement fixée. Dans le doute, nous n’avons repoussé notre départ que de 30min pour arriver à l’heure si le programme venait toutefois à reprendre. Et ce fut le bon choix. Car peu de temps après, la FISA décidait de ne repousser que certaines courses…mais pas la nôtre. Sauvé ! En arrivant au bassin nous avons donc pu suivre notre routine habituelle.

Dans la zone d’échauffement le vent semblait forcir et basculer de côté. Mais les accélérations nous donnèrent suffisamment de repères dans la vague pour nous rassurer. En rentrant dans les starting-blocks nous échangeâmes quelques mots pour répéter les consignes de l’entraineur : La course allait être dure, il fallait la prendre à notre compte et imposer notre tempo dès les premiers coups. Quand le feu passa au vert les rames claquèrent dans les dames de nage. Après 500m nous pointions déjà en tête avec une longueur d’avance sur le reste du peloton. Et l’écart s’agrandit au fur et à mesure. La bagarre était pourtant au rendez-vous entre les italiens, les anglais et les allemands. Au bout des 2000m nous franchissons la ligne avec 4 secondes d’avance sur nos poursuivants. La place pour la finale de dimanche venait d’être assurée. C’est une première dans ma carrière d’atteindre directement le dernier carré après l’Éliminatoire.

Aujourd’hui courraient les repêchages. Les manches n’étant pas équilibrées hier, le problème fut, par ricochet, le même cette après-midi. Dans la première manche les italiens se retrouvaient « seuls », quand dans la deuxième les anglais, irlandais et allemands allaient devoir se battre pour les deux uniques tickets disponibles. L’arrivée fut serrée (3 bateaux en 1 seconde) et donna raison aux anglo-saxons. Dure loi du sport ! J’imagine que les Teutons auront à cœur de remporter la petite finale demain pour se consoler.

De notre côté la journée n’a pas été trop éprouvante. Nous avons quitté l’hôtel à 7h30 ce matin pour embarquer à 8h. Au programme : 12km avec des accélérations et des départs. Nous avons pris la navette de 9h30 pour finir définitivement la journée à 10h.

Voici le tirage de demain :

ANGLETERRE / ITALIE / NORVÈGE / FRANCE / IRLANDE / AUTRICHE

La finale est à 11h03.

L’envie est énorme et la forme presque olympienne. Déjà pressé d’y être.

Voici le lien pour suivre le direct.

A demain !


Poznan 2016 !

16/06/2016

LM2x

Après Lucerne, Poznan ! Dernier volet du circuit Coupe du Monde. Une répétition générale avant que chacun ne rentre chez soi pour préparer Rio. Les Sud-africains l’ont déjà fait, et ce sont les gros absents de ce week-end. Mais il semblerait que d’autres surprises se soient données rendez-vous aujourd’hui.

Le tirage des séries vient de tomber. Nous étions initialement 15 engagés, et nous retombons à 12 finalement. Il est rare d’avoir aussi peu d’inscrits sur un évènement de cette importance. Nous venons d’apprendre que les polonais, croisés ce matin au bassin, courent en TC. Une gestion de poids probablement mal négociée. De leur côté, les transalpins ont fait mieux : après une absence déjà remarquée de toutes compétitions internationales sur le début de saison, ils décident de changer la composition de leur bateau. Leur meilleur rameur (Pietro Ruta) est sorti du double et remplacé par Marcello Miani. Un choix sportif juste hallucinant. C’est à n’y rien comprendre !

Voici la startlist de demain :

HONG-KONG / ANGLETERRE / FRANCE / HONGRIE / ALLEMAGNE / ITALIE

Le tirage est plutôt musclé. Car même sans connaitre la valeur de cette association italienne, nous retrouvons les anglais et allemand en plus, respectivement 5ème, 2ème et 6ème du dernier mondial. Le premier se qualifiera directement pour la finale de dimanche. Les autres devront passer par le repêchage de samedi.

Notre course est prévue demain à 12h15. Mais des changements et des modifications sont encore envisageables. La météo prévoit des orages et beaucoup de vent. Le comité d’organisation est sur le qui-vive. Car il se pourrait, si le bassin est impraticable, que les courses soient reportées au samedi matin. Il est donc impératif pour nous de faire la meilleure entame possible dans cette compétition pour parer tout imprévu. Heureusement la forme est bonne, la préparation sur Aiguebelette s’est bien passée, nous sommes au poids et l’envie ne manque pas.

Voici le lien pour suivre l’Éliminatoire en direct.

J’espère vous écrire demain soir avec de bonnes nouvelles.

Bonne soirée.


L’or à Poznan !

31/05/2015
Crédit Photo : FFSA

Crédit Photo : FFSA

Avant le 14 Juillet pour les Français il y a le 31 Mai offert par le groupe des Poids légers : deux marseillaises à une heure d’intervalle sur le « Malta Lake » de Poznan. C’est une journée complètement folle qui s’achève pour nous.

Pierre a déjà tout des Grands : une première place, une superbe marseillaise, un chrono au goût de record…A tout juste 21 ans je ne dirais qu’une chose…Black Jack ! Merci d’avoir lancé la journée d’aussi belle manière et chapeau bas !

Une heure plus tard nous réalisions la passe de trois. Une course pleine d’intensité, animée par un duel franco-britannique. Juste avant le départ la pression était palpable mais quelques mots suffirent à recentrer notre attention sur l’essentiel. « Faisons des choses simples ! » « Un bon départ et une course d’attente jusqu’au 1000m » « bien souffler et bien faire ramer l’autre ». Ce sont finalement les seuls mots que nous nous sommes échangés. Les premiers coups furent bons. La différence avec les Norvégiens se fit rapidement. Mais sur tribord les anglais n’accusaient aucun retard. Au passage du premier 500m j’eus même le sentiment que leur pointe prenait l’ascendant. Heureusement Stany m’informait constamment de notre position. Je n’avais qu’à me concentrer sur mon geste, un luxe. Notre première relance arriva à la mi-parcours. « Du coup par coup » me lança Stany! Un mot de code désignant pour nous des séries basées plus sur la technique que l’intensité. L’écart commença alors à se creuser avec nos amis anglais. A 700m de la ligne d’arrivée Stany repris la parole « Jambe ! ! ». Il avait dû pressentir une opportunité. Cette fois l’intensité prit le pas et l’instant d’après la cadence un cran. La volonté de creuser l’écart encore et encore anima clairement mon esprit dès lors. C’est à 39 coups par minute que nous avons avalé les derniers 600m : surement galvanisé par l’enjeu et l’envie de se mettre hors de porter de toute attaque. L’investissement fut si fort que les ultimes coups de rames furent durs à donner. Le « BIP » final arriva comme une délivrance. L’acide lactique et la dette en oxygène prirent la relève, mais qu’importe, la victoire était acquise et le ponton d’honneur n’attendait plus que nous pour chanter la Marseillaise.

Malgré toutes ces émotions nous avons consciencieusement fait notre récupération après le podium.

Notre retour en France est prévu demain matin sur Paris. Cette journée devrait être rythmée par les sollicitations médiatiques. Je prendrai ensuite le train jusqu’en Lorraine. J’interviendrai de mardi à jeudi sur la Centrale EDF de Thionville pour une formation « Geste et Posture ». Je remonterai ensuite sur la capitale pour rejoindre mon club et participer au championnat de France à Mantes-la-Jolie. L’agenda est décidemment bien rempli !

Encore merci pour tous vos messages et votre soutien. L’aventure continue !

Voici le lien pour revivre la course (LM2x)

Bonnes soirée.