Petit Chelem !

31/08/2014
Crédit Photo : FFSA

Crédit Photo : FFSA

Bonjour, c’est dans ces moments qu’il est difficile de prendre la plume et de mettre des mots sur les émotions. Même si le poison commence doucement à se distiller il m’est impossible de cacher ma déception. Nous réalisons aujourd’hui une course sans faille mais le s(p)ort en avait décidé autrement. La victoire de nos amis Sud-africains nous ote le titre et le record du monde, la double peine ! Mais une fois de plus, cette douloureuse expérience nous apprend qu’une médaille ne se mérite pas, elle se prend. Message reçu ! Cette seconde place met fin à une série de 22 victoires consécutives depuis le retour de Londres avec Stany. Mais nous sommes déjà prêts à repartir pour une nouvelle série. Cette saison reste la plus belle saison de ma carrière. Un petit Chelem qui nous aura offert une Marseillaise à Belgrade, un maillot de Leader de la Coupe du Monde, une victoire à domicile sur le lac d’Aiguebelette, une finale d’anthologie à Henley, la passe de trois à Lucerne, un record du monde fugace et une belle médaille d’argent à Amsterdam. C’est surtout et avant tout une aventure humaine hors du commun.

Nous rentrons ce soir en France. Je file directement sur Avignon pour une petite semaine de vacances avant de repartir pour une nouvelle saison.

Je vous remercie tous, autant que vous soyez, même si je n’ai pas toujours eu le temps de répondre. Merci de votre soutien. Il est encore plus crucial dans ces moments. L’égratignure d’hier ne suffira pas à ébranler la motivation qui nous anime. Au plaisir de vous voir sur les bassins.

Bien à vous !

PS : voici le Lien pour revivre la finale en image !

Publicités

Médaille d’argent !

18/06/2012

Crédit Photo : FFSA

           Bonjour à tous ! C’est encore un week-end plein d’émotions qui s’est achevé hier en Bavière. Munich était le dernier volet de la saga. L’ultime rendez-vous avant les Jeux Olympiques. Ce test grandeur nature était une bonne opportunité pour tenter de nouvelles choses. Nous avons su donner le meilleur sur chaque course pour sonder nos limites, identifier les axes techniques à travailler sur les 40 prochains jours. Nous savons mieux maintenant où se trouvent nos points forts et nos points faibles.

            Revenons sur la Finale ! Les températures étaient plus supportables que la veille mais le vent, lui, était toujours défavorable. De notre demi-finale découlait la stratégie de course. Nous voulions partir dans le paquet et fournir notre effort dans le deuxième mille. Notre finish était perfectible. Il semblait donc intéressant de démultiplier et d’augmenter la fréquence plus tôt sur l’enlevage. En finale nous étions bien entourés : d’un coté les danois, de l’autre les Néozélandais. Avant d’embarquer, le dernier « problème » que nous avons pointé du doigt fut la communication. Il nous fallait un signale verbale pour partir de concert sur les relances. Un mot pour nous remobiliser. Sans débauche d’énergie inutile, de surenchère physique, ces séries seraient là pour fixer notre attention sur des points techniques précis. Elles seraient là pour faire abstraction de la douleur momentanément !

            Avec un bon départ et une bonne transition nous nous sommes de suite placés en tête de peloton. La cadence a ensuite baissé, progressivement. C’est à 34 coups par minute que nous avons trouvé notre rythme de « croisière ». Mais nos amis All-Black ont rapidement pris les commandes dans cette finale. Avec un gros travail de leur part nous avons vite été débordés et dépassés. Je n’ai tourné la tête qu’à la mi-course et déjà, à ce moment de la course, je n’avais que le bateau danois en visuel. Les néozélandais semblaient partis pour de bon et les italiens commençaient à refaire leur retard. Stany impulsa une première série, puis une deuxième. Il était mieux placé pour me renseigner sur notre position et notre progression. C’est lui qui donna le signal quand les italiens menaçaient de nous rattraper. Trop concentré sur mon geste, j’obéissais aveuglément à ses ordres. Pour moi, les néozélandais s’étaient envolés depuis belle lurette. Je m’étais fait à l’idée que nous nous battions pour la deuxième place maintenant. A l’entrée des 500 derniers mètres de course nous avions de bonnes chances de terminer sur le podium. Mais encore fallait-il le faire ! C’était la dernière fois que nous pouvions nous tester sur le finish. J’ai alors monté la cadence, respectant à la lettre les consignes données par l’entraineur. En partant un tout petit peu plus tôt que d’habitude nous amorcions l’enlevage. Dès que les bouées ont changé de couleur j’ai arrêté de réfléchir, j’ai jeté mes dernières forces dans la bataille. Plus la ligne d’arrivée approchait et plus ma ramerie perdait de son  esthétique. Moins de dix coups avant le coup de sifflet finale Stany me lança « Ca peut le faire ! ! ! ». Je tournai alors la tête et vis avec stupéfaction le bateau kiwi. Moi qui les croyais loin devant, ils étaient en train de payer cash leur effort. Les derniers coups de rame furent intenses. En passant la ligne je n’imaginais pas être aussi proche d’eux. C’est après l’annonce officielle des résultats que j’ai pris conscience de la proximité entre nos deux bateaux à l’arrivée. Mais nous avions fait la course parfaite. Nous nous étions donnés à 200%. Aucune déception dans le camp français. Ce retour fulgurant dans les derniers mètres de course n’était pas prémédité, loin de là ! Nous terminons donc second à 19 centièmes de seconde des All-Blacks vainqueurs. Les danois complètent le podium. Les anglais sont finalement sixième. C’est encore un week-end en demi-teinte pour eux. Il semblerait que la demi-finale ait occasionnée plus fatigue chez eux.

            Petite anecdote, les bateaux médaillés à Munich sont tous les trois vainqueurs de la Coupe du Monde. Je m’explique : des points sont attribués à chaque embarcation suivant son classement sur les coupes du monde. A la fin des trois étapes un classement est fait et le bateau affichant le plus de points est considéré comme vainqueur de la Coupe du Monde. Dans notre cas nous sommes trois à comptabiliser 14 points au compteur (les Néozélandais, les Danois et nous). C’est une égalité parfaite. Mais par convention le trophée est décerné à l’embarcation qui fait la meilleure performance sur la dernière étape de la coupe du monde. Les Kiwis sont donc les heureux vainqueurs ! Voici le lien pour revivre la course !

            Dans dix jours nous partons dans le Jura et débutons la préparation terminale. La Cérémonie d’ouverture des JO est dans moins de 40 jours. Nous allons profiter du temps libre qui nous reste avant le grand saut pour recharger les batteries. Je passe demain après-midi ma soutenance. Je ne suis pas stressé mais l’enjeu est de taille. C’est mon dernier examen avant la remise de Diplôme.

            Merci pour vos encouragements !

            Cordialement


Finale à Munich !

29/05/2011

Crédit Photo : FFSA

            Bonjour, je profite de ce petit moment pour revenir sur la finale. Le bassin était calme avec un léger vent favorable ! Pendant l’échauffement Frédéric et moi avons bien défini notre stratégie de course. Nous savions que les Anglais partiraient très très fort. Partant de ce postulat il était dans nos prévisions de calquer notre course sur les autres bateaux. En montant sur l’eau on nous annonce que notre départ est avancé à 12h15 contre 12h22 initialement prévu! Cette information de dernière minute s’est vite traduite par une petite montée d’adrénaline. La suite de l’échauffement s’est néanmoins bien passée ! En rentrant dans les STARTS je tourne une dernière fois la tête pour situer mes adversaires : les Danois sont sur notre droite et les Anglais sur notre gauche. Les équipages sont appelés les uns après les autres ! Nous échangeons une dernière fois avec Frédéric : « on n’hésite pas à faire ramer l’autre » …..Message reçu ! Le feu rouge s’allume, je prends une dernière inspiration……VERT ! C’est parti ! Je reste concentré sur mon coéquipier. Je le laisse ramer et reste très concentré sur ma gestuelle. Dans mon champ de vision j’aperçois les anglais et les danois, c’est bon signe ! Nous passons déjà les premiers 500m de course. Je balaye le bassin du regard et nous vois en tête de la course. Sans lancer de séries nous continuons, comme la veille, à propulser notre bateau à chaque coup de rame. Les anglais font le forcing dans ce deuxième 500m pour nous passer, ils lancent des séries en continue. De notre coté nous restons lucide et posés dans notre geste. Ca commence à payer ! A mi-course nous sommes toujours en Pole Position mais le bateau allemand à la ligne d’eau 1 semble revenir à notre hauteur. Nous lançons une série technique à ce moment là. Nous gardons une cadence de 38 coups d’aviron par minute en espérant faire la différence avec nos adversaires. A l’entrée des 500 derniers mètres de course nous sommes bord à bord avec le bateau allemand. Les anglais et les danois se battent pour la troisième place à une longueur. Nous tentons de résister et de maintenir le peu d’avance qui nous reste…..mais ces derniers terminent sur des chapeaux de roues ! Ils nous doublent dans les derniers mètres. Nous finissons bon deuxième devant le bateau danois troisième. Avec Frédéric nous sommes plus que satisfait de ce résultat mais aussi de notre week-end ! Nous rentrons ce soir sur Lyon et demain j’attaque un nouveau stage avec l’école de kiné !

            Encore merci pour vos messages et vos encouragements !

            Bon week-end


Fin de ces championnats ! !

30/08/2009

2xSHPL à Poznan

Et voilà, les championnats du monde d’aviron de Poznan viennent de se terminer. Bilan des médailles : un titre et trois médailles d’argent. Le 2-SHPL décroche dans la matinée le titre devant les Italiens. Une course sans fautes mène nos héros vers l’excellence mondiale. Ils permettent ainsi à la France, pour la seule fois de la journée, de chanter la Marseillaise. Merci à vous pour ce grand moment.

De notre coté, Fred et moi partons du ponton d’embarquement. La nuit a été bonne. Je me sens en jambe, le vent semble favorable sur le lac de Malta, bref toutes les conditions sont réunis pour que la finale soit l’avènement de la saison 2009. L’attitude d’avant course : décontracté, mais déterminé. Le stage terminal s’est bien passé, nous nous sentons prêt à donner le meilleur. Un vent favorable et violent crée de la vague. Pendant  la montée au départ Fred et moi faisons un repérage du bassin. Les derniers 500m de course sont trop agités pour qu’un équipage, quel qu’il soit, fasse un enlevage de qualité. La tactique de course établie devient donc la suivante : partir pour 1500m de course à fond, tout miser là-dessus, mettre le feu !! Nous voici  au ponton de départ. L’envie de bien faire, se donner à 200%, fait tomber complètement la pression de mon coté. Le départ est donné. Fred et moi faisons un départ extrêmement rapide. Nous passons en tête après 500m de course. Nous sommes très généreux dans l’effort, le strock n’affiche pas en dessous de 40 de cadence pour le moment. Seul les Néozélandais restent dans notre longueur. Puis c’est le passage à mi-parcours où les Kiwis passent devant pour 14 centièmes. Nous n’arrêtons pas de relancer pour rester au contact et tenir les Italiens à plus d’une longueur. A 750m de l’arrivée la course s’est décantée et nous voyons bien que le podium est assuré, reste à définir la couleur de la médaille maintenant. Nous relançons une série mais les vagues limitent notre marge de manœuvre. Arrivent les derniers 500m de course, Fred et moi avions vu juste, les conditions météos sont exécrables et figent le classement des équipages jusqu’à la ligne d’arrivée. Nous terminons donc deuxième derrière les Néozélandais et devant les Italiens qui nous avaient battus en demi-finale. La joie est énorme. Le Podium, la médaille, les félicitations. Nous avons été malin quant à notre tactique de course, quelle joie de se voir récompensé de l’argent  sur un coup de « bluff » après 1500m de course à fond. Nous allons maintenant fêter ça entre amis.

Voici le lien pour visionner notre finale : http://fisa.feedroom.com/

En vous remerciant pour vos encouragements. Je vous dis à demain. Bon dimanche.


De l’argent pour la France !

29/08/2009
Crédit Photo : FFSA

Crédit Photo : FFSA

                Et déjà deux médailles d’argent au compteur pour l’équipe de France sur ces championnats du monde de Poznan. La première est remportée par Nathalie Benoît dans la matinée au terme d’une excellente finale. Pour ses tout premiers championnats du monde d’aviron elle ouvre magnifiquement le bal et donne déjà un reflet  argenté coté tricolore. Plus qu’une médaille, c’est le début d’une longue et belle carrière sportive qui se profile pour notre institutrice. A toutes mes félicitations  viennent s’ajouter mes encouragements pour l’année qui arrive. Encore Bravo ! !

                A suivi la finale du 2-SH français. Cette finale menée du début à la fin par des Kiwis impressionnants place nos français quatrième. Les Grecs champions du monde en 2-SHPL l’an dernier termine 3ème.

                Autre belle finale, celle du double composé de Julien Bahain et Cédric Berrest. Après un premier 1000m impeccable les Estoniens et les Allemands les surprennent  dans le 3ème 500m de course. Un sprint final d’exception leur permet de se classer deuxième, pour 4 centièmes  devant le bateau Estonien. Ils offrent ainsi une seconde médaille d’argent à la France. Bravo !

                Le 4- français se classe 5ème de sa finale. A la bagarre pendant 1750 mètre pour la médaille de bronze, les franchies ne parviennent pas à prendre l’ascendant sur leur concurrents directs. La victoire revient à l’embarcation anglo-saxonne.

                Le 2-SF gagne brillamment la petite finale au terme d’une course intelligente et d’une remontée fantastique dans les derniers 500m de course.

                Ce matin Fred et moi n’avons fait que 8km en bateaux avec 2 séries de 10coups et deux départs. C’était le dernier entrainement de la saison 2008/2009. Nous nous sentons en forme et prêt à mettre le feu pour cette grande finale. Suivez l’ensemble des finales en direct sur Eurosport.

                Bonne soirée