Premier stage de l’année

24/11/2016
LM4x

LM4x

Plus d’une semaine déjà que j’ai troqué les cocotiers de Tahiti contre la grisaille métropolitaine. Le choc thermique n’a pas été trop dur, ni le décalage horaire. Probablement parce que l’enchaînement a été suffisamment rapide pour que mon corps ne s’aperçoive de rien.

A mon retour sur Lyon trois grosses journées m’attendaient. Les entraînements allaient s’enchaîner et l’activité au cabinet allait battre son plein puisque je ne disposais que de 72h pour voir tous mes patients avant de partir en stage. Ce fut dense, très dense, et pas très reposant.

Le stage avec l’Équipe de France sur Aiguebelette débutait jeudi soir mais Pierre et moi n’étions attendus que le lendemain. Car dans le cadre du salon de l’éducation organisé à Paris, la MAIF tenait un stand, et notre présence était souhaitée pour animer l’atelier découverte dédié à notre sport. Une fois libéré de nos obligations, métro, TGV et taxi furent nécessaire pour rejoindre le reste du collectif en Savoie.

Nous sommes six rameurs à avoir été convoqués sur ce premier regroupement de l’année. De quoi faire un 4x et un 2x. Malgré les caprices de la météo aucune séance n’a été supprimée ou aménagée. Et à moins de 24h de la fin du stage aucune blessure n’est à déplorer. Pour ma part je ne rame qu’en 4x. Dommage que ce bateau roi ne figure pas au programme des JO pour les poids légers, car c’est probablement mon préféré.

Ce matin l’AFLD (Agence Française de Lutte contre le Dopage) est venue nous rendre visite. Je n’ai pas fait partie des tirés au sort, une grande première !

Avant de prendre la route du retour demain midi, nous irons sur Chambéry pour passer le traditionnel test incrémental. Au-delà des données physiologiques qu’il apporte il permet de faire un bon pronostic du prochain test ergomètre. Je descendrai ensuite sur Avignon pour l’Assemblée Générale du club. La semaine n’est pas finie et la prochaine s’annonce encore bien remplie ! A suivre…

It’s already more than a week now that I have moved from the coconut palms of Tahiti for the grey metropolitan skies. Neither the heat shock nor the time difference were too hard. Probably because the changes went fast enough for my body to notice anything.

Three heavy days awaited me on my return in Lyon. The training sessions were going to follow each other quickly and the activity in the workplace would be in full swing as I only had 72 hours to see all my patients before leaving for a training camp. It was dense, very dense, and not very relaxing.

The training camp with the French team on Aiguebelette started Thursday night but Pierre and I were only expected the next day because MAIF held a stand at the education fair in Paris and we were to animate the discovery workshop dedicated to our sport. Once freed from our obligations, metro, TGV and taxi were necessary to join the rest of the collective in Savoy.

We are six rowers to have been called on this first group training of the year. Enough for a 4x and a 2x. Despite the caprices of the weather, no session has been suppressed or adapted. And within 24 hours of the end of the camp,  no injuries are to be deplored. For my part I only rowed in 4x. Too bad this « king » boat is not included in the Olympic program for lightweights, as it probably is my favorite.

This morning the AFLD (French Anti-Doping Agency) came to visit us. I was not part of the draw, a first time!

Before heading back tomorrow at noon, we will go to Chambéry to pass the traditional incremental test. Beyond the physiological data it brings it allows a good prognosis of the next ergometer test. I will then go to Avignon for the General Assembly of the club. The week is not over yet and the next looks promising! To be continued…


L’or à Varèse !

24/06/2015
Crédit Photo : FISA

Crédit Photo : FISA

Bonsoir, je trouve enfin le temps de vous écrire…Mais quel week-end encore ! Le bilan est juste magique ! Les performances n’ont pas arrêté de s’enchainer. Pierre a encore une fois marqué les esprits en s’imposant en grand patron dans cette finale et en reléguant son dauphin à presque cinq secondes, chapeau ! Damien signe une belle sixième place pour sa première sortie internationale de l’année.

La chaleur était moins pesante que la veille. Par sécurité nous n’avons embarqué que 25min avant le départ. L’échauffement fut laborieux : les bateaux suiveurs et les caméras étaient focalisés sur les courses sans se soucier de la vague qu’ils pouvaient occasionner pour les embarcations remontant le long du balisage. Malgré le contexte nous sommes arrivés en bonne et due forme dans les starting-blocks. Nous étions entre les italiens et les anglais : une position idéale pour avoir un bon contrôle visuel sur nos principaux adversaires. Dès les premiers coups le décalage se fit avec le bateau transalpin. Mais à ce moment de la course le danger venait plutôt de bâbord. Contrairement à la demi-finale l’embarcation britannique était partie sans complexe. Leur excellent départ les plaça aux avant-postes. L’espace d’un instant je crus revivre la finale de Poznan. Mais notre passage à mi-parcours effaça ces doutes : les italiens faisaient l’effort pour réduire l’écart quand les anglais affichaient les premiers signes de fatigue.

Malgré toutes les informations que Stany a pu me donner pendant cette course les repères ont vraiment manqué. J’ai eu beaucoup de difficultés à me repérer et identifier les points de passage. La course m’a semblé interminable. Mon attention s’est principalement portée sur la technique et la respiration. J’ai calibré mes efforts pour donner le maximum sur chacun des 240 coups de cette finale, pas un de plus ! A tout ça vint s’ajouter l’expérience dont bénéficie notre bateau : le feeling est immédiat et les relances sont non-verbales. On pourrait croire à un sixième sens : l’écoute de l’autre est totale et l’osmose quasi-parfaite.

Avec 6’09’’26 d’efforts nous nous offrons la victoire, signons un nouveau record et temps de référence en Coupe du Monde, et récupérons le chasuble jaune de leader. Il s’agissait donc bien d’un week-end magique !

Le retour sur Lyon s’est fait dans la soirée. La journée de lundi fut bien remplie avec deux entrainements et des rendez-vous au cabinet. J’étais sur Niort hier et aujourd’hui, au siège de la MAIF. Nous étions plusieurs de l’équipe de France à faire le déplacement pour rencontrer les principaux acteurs de notre partenaire officiel.

Je reste toute la fin de semaine sur Lyon. Sur le programme d’entrainement les séances de musculation reprennent demain soir. Les courbatures seront surement au rendez-vous !

Bonne soirée !


Coupe de France MAIF à Gerardmer !

03/05/2011

Crédit Photo : FFSA

            Petit retour sur la Coupe de France à Gérardmer et sur le reste de la semaine. Pour cette vingtième édition de la Coupe de France j’étais inscrit en 4x. Ces deux dernières années nous avions remporté l’épreuve avec la ligue Provence-Alpes. Comme notre équipage a subi quelques modifications, notamment le départ à Dieppe de Dorian Mortelette, l’idée était non pas de défendre notre titre mais de monter sur le podium. Les conditions météos sur l’ensemble du week-end ont été très variables : très humides dans l’ensemble avec des éclaircis mais aussi de l’orage sur la journée de samedi.

            Je suis arrivé à Gérardmer vendredi avec Clément Fonta. Nous avons fait notre première sortie dans l’après-midi. Le lendemain matin nous remportons difficilement notre Série devant le Pays-de-la-Loire. Nous signons également le troisième temps au général. Le soir même, malgré l’orage, l’organisation maintient le départ des courses. Sur cette demi-finale nous terminons deuxième derrière la Normandie. Les conditions étaient difficiles avec un bassin agité par la vague et le vent latéral ; mais les sensations s’amélioraient significativement course après course. Pour la Finale la pression est venue assez tard. Je me sentais assez décontracté, mais la détermination était bien présente. Il était clair que nous avions un coup à jouer. L’arbitre appela les équipages avant de lever son drapeau et donner le départ ! PARTEZ ! ! ! Nos premiers coups de pelles sont assez brouillons. Après 100m de course le bateau Normand disparaît déjà de mon champ de vision ; mais je ne tourne pas la tête pour autant et reste concentré sur mon geste. Nous passons les 500m et le strock affiche encore 38 coups d’aviron par minutes ! Charly lance alors une série ! A mi-course je tourne pour la première fois la tête : Normandie a une longueur d’avance sur tout le monde, et derrière nous sommes trois bateaux bord à bord. A cet instant la course ne se passe pas exactement comme nous l’avions prévu. Mais rapidement Charly relance une série puis crie « ça décale ! ». Je comprends alors que nous creusons l’écart avec un de nos adversaires. Les bouées rouges arrivent et indiquent qu’il ne reste plus que 250m de course. Nous avons suffisamment d’avance maintenant sur le 4ème pour s’assurer du podium mais nous lançons pourtant le sprint final. La cadence monte et monte encore ….38, 39, 40, 41 ! L’acide lactique me brûle les jambes ! Le « BIP » d’arrivée retenti et c’est la délivrance ! Nous terminons 3ème non loin de Normandie (2ème) et de Rhône-Alpes (1er). La joie est immédiate dans le bateau. Nous sommes tout les quatre content de notre finale et d’être récompensé par une belle médaille de bronze.

            Coté études pas grand-chose à signaler pour l’instant. Je poursuis mon stage à Romans Ferrari. Je suis en train de déterminer avec l’école une période pour passer mes rattrapages pratiques. J’ai également eu les résultats de mes épreuves écrites : toutes mes notes sont au dessus de la moyenne sauf une, que j’espère compenser par une bonne prestation à l’oral.

            Bonne soirée.


MAIF et B4 !

11/10/2010

            Bien que les conditions météo se dégradent depuis trois jours nous restons imperturbables dans notre préparation pour la Nouvelle-Zélande. Depuis mon dernier article j’ai repris du poil de la bête et le moral est au beau fixe. Les sorties en bateau avec Rémi s’enchainent et continuent d’être de bonne qualité. Le travail de vitesse a commencé : nous alternons départs et accélérations. Tout cela visant à nous rapprocher des conditions de courses. Il ne reste que quatre jours avant notre envole pour les antipodes.

            Hier, nous avons ramé relativement tôt dans la matinée pour bénéficier d’un beau bassin, et pour réaliser le traditionnel B4. Cet exercice dure 2000m et nous impose des changements de cadence. Les cadences vont en s’accélérant : 1000m à 24 de cadence (=24 coups d’aviron par minute), 500m à cadence 28 et les 500 derniers mètres à 32. Cet exercice correspond donc à une gamme montante. Pour ce qui est des sensations, elles ont été bonnes bien que ce ne soit pas un exercice que j’affectionne particulièrement.

            Sur la journée de samedi nous nous sommes rendus à Arcachon pour rencontrer des élus de la MAIF ainsi que des employés. Un Challenge aviron y était organisé. La MAIF étant un des partenaires de la Fédération d’aviron un petit groupe d’entre s’est rendu sur les lieux de la manifestation pour assister à la remise des récompense mais aussi diner avec les participants. La convivialité nous a permis de passer un excellent moment.

            Bonne soirée !