En Finale aux JO !

02/08/2012

Crédit Photo : FFSA

            Bonsoir, nous vous l’avions promis et c’est avec beaucoup d’émotions que je vous annonce notre qualification pour la grande finale de samedi. La bataille a été dure et la course haletante jusqu’au dernier coup de pelle. Je vous confie volontiers l’état de stress dans lequel j’étais avant la course. Pascal Touron (médaillé d’argent au JO d’Athènes en 2004 en double Poids Léger) me confiait lui-même qu’il n’avait jamais ressenti autant de stress qu’avant une demi-finale des Jeux : car c’est là que tout commence….ou tout s’arrête ! Sur le papier notre manche semblait plus « accessible ». Ce fut néanmoins la plus dense et la plus risquée. Sans jamais se sentir à l’abri d’une quelconque attaque, nous avons réussi à esquiver les pièges. Hier l’organisation annonçait des conditions météo catastrophiques et se préparait à toute éventualité (refaire le tirage des lignes d’eau ou bien faire courir en contre-la-montre, oui, oui, vous avez bien lu !). Autant vous dire que la sérénité n’était pas aussi évidente dans ce contexte particulier. Mais en arrivant sur le bassin ce matin le vent semblait acceptable. Au final, rien ne fut changé. L’horaire fut respecté et l’attribution des couloirs aussi.

            La pesée fut une formalité. La période d’échauffement fut bonne et me redonna une petite dose de confiance. Une fois aligné et prêt à partir la pression monta d’un cran. Une petite tape d’encouragement dans le dos de la par du Stany et nous voilà sous les ordres du starter. Je regardai, comme à mon habitude, une dernière fois mes adversaires. Les consignes données par l’entraineur étaient claires : il fallait être plus agressif sur le début de course ; mettre à mal les anglais dès les premiers coups de pelles. Le voyant lumineux passa alors au Vert ! Grâce à un bon départ nous nous plaçâmes directement en tête de peloton. Débuta alors une longue bataille. Chacun tenta sa chance et joua carte sur table. Les écarts entre le premier et le dernier bateau étaient si infimes qu’un seul faux pas pouvait nous coûter la qualification. Les anglais prirent l’avantage après 1000m de course. Nous les talonnions sans arriver à refaire notre retard. Derrière, la meute se disputait la troisième et dernière place. La course tenait dans un mouchoir de poche. Impossible de se détacher du reste du peloton pour respirer. Chaque coup de rame devait être donné avec énergie si nous voulions tenir notre rang. Alors que nous arrivions à 750m de la ligne d’arrivée je tournai la tête pour apprécier notre position, mais les écarts n’évoluaient pas, comme figés ! Il fallut alors relancer, c’était le moment de gagner un tout petit peu de terrain avant le sprint final. Puis les bouées rouges arrivèrent vite, trop vite. Nous jetâmes nos dernières forces dans la bataille. A cet instant nos amis anglo-saxons semblaient caler. Ce fut au tour des Portugais de finir sur des chapeaux de roues. Heureusement le « BIP » final arriva et stoppa les hostilités. Bilan, deuxième derrière les anglais et devant les portugais. Enorme satisfaction ! L’essentiel était assuré ! Il nous a manqué un peu de cohésion interne sur le finish mais nous tacherons de rectifier le tire samedi. Les anglais ne sont pas à l’abri et nous savons maintenant ce qui nous reste à améliorer.

            Demain nous ramerons tôt. La récupération est primordiale désormais. La motivation est intacte. Dans moins de 48h nous serons fixés sur notre sort.

            Je reçois toujours plus de messages. Quel plaisir de vous lire et de constater que vous suivez l’évènement quelques soient vos contraintes professionnelles, géographiques ou personnelles. Sachez que cet engouement me touche beaucoup. Je vous donne donc un ultime rendez-vous samedi à 13h10 (heure française). Voici le Tirage :

PORTUGAL / FRANCE / ANGLETERRE / DANEMARK / NOUVELLE-ZELANDE / ALLEMAGNE

            Voici le lien pour suivre la course en Direct sur Internet depuis le site de France Télévision !

            Cordialement


Encore 24h…..

01/08/2012

Crédit Photo : Média Aviron

Bonjour, l’attente touche à sa fin. Le rythme va maintenant s’accélérer avec la demi-finale demain et, je l’espère, la finale samedi ! Pendant ces 72 dernières heures nous avons fait de petites sorties en bateau. Nous avons insisté sur la propulsion par coup avec du travail type B1. Il nous semblait important de faire une petite piqure de rappel avant la course. Aujourd’hui nous exécuterons un 500m à fond pour stimuler une ultime fois la filière anaérobie lactique.

Pas évident de s’occuper l’esprit quand l’entrainement et la journée sont finis à 9h du matin. Malgré quelques longueurs nous avons réussi à occuper et combler notre temps libre. Le tirage de notre demi-finale est tombé hier. Nous connaissons précisément la liste de nos adversaires. Voici la Startlist :

CUBA / NORVEGE / ANGLETERRE / FRANCE / PORTUGAL / HONGRIE

Sur le papier notre manche semble la plus « accessible » des deux ! Il faudra finir dans les trois premiers pour assurer la qualification. Nous courrons donc demain à 12h (heure française). Je suis content de tomber contre nos amis anglais. Ils semblent en pleine forme. C’est le bateau qu’il faudra battre. Une victoire face à cet équipage, devant son public, nous assurerait un ascendant psychologique intéressant pour la finale. Dans l’autre demi-finale la bataille sera rude : cinq bateaux de niveau équivalent se rencontrent pour seulement trois places qualificatives.

Pour l’instant les conditions météo sont très fluctuantes. Le vent souffle fort. Il est latéral et en rafales. Les bateaux ne bénéficiant pas de barre (ce qui est notre cas) avancent en crabe dans la ligne d’eau. Impossible de maintenir le cap bien longtemps. On est constamment rabattu sur le balisage. J’espére qu’il soufflera un peu plus dans l’axe dans les jours à venir pour éviter ce type de désagréments en course.

La forme est toujours là. Pas besoin de dire que l’envie est au rupteur. Encore 24h à tenir…..

J’espère que France Télévision passera le Direct de notre course. Dans le cas contraire vous pouvez toujours regarder la course en LIVE sur Internet grâce à ce lien. Les commentaires seront faits par Julien Despres (Champion du monde en 2010).

Merci pour vos messages.

 


Stage Terminal à Bellecin !

28/06/2012

Crédit Photo : FFSA

            Bonsoir, l’enchainement des derniers évènements m’a ralenti dans la rédaction d’un nouvel article pour le Blog, je vous pris de m’excuser ! Plusieurs péripéties ont donc rythmé cette dernière semaine. Tout d’abord la soutenance de mon Mémoire qui s’est merveilleusement bien déroulée. C’était du moins mon ressenti en sortant de l’épreuve mardi dernier. Mes impressions ont été confirmées une semaine plus tard avec la remise des Diplômes. La cérémonie avait lieu avant-hier à l’Université. Me voilà officiellement Masseur-Kinésithérapeute. S’achève ici une étape importante de ma vie. C’est au terme de quatre années d’efforts que je termine mon cursus universitaire. Il y aura eu des moments dur, ça oui ! Ils auront été nombreux. Concilier sport et études fut parfois un casse-tête, un équilibre nécessaire mais difficile à trouver. Encore une fois j’ai eu la chance d’être soutenu, encouragé, épaulé ! Cet heureux évènement tombe à pic. Je vais avoir l’esprit complètement libre pour Londres. Je prendrai le temps de réfléchir à mon orientation professionnelle après les Jeux Olympiques.

            Nous étions le mercredi 20 Juin à Niort. La MAIF (partenaire officiel de la Fédération) avait pris l’initiative d’organiser cette journée à son Siège. Cette rencontre n’avait pas de but particulier si ce n’est de partager un moment de convivialité avec les employés. Ce fut mission réussi ! Le soir même je rentrais sur Avignon pour quatre jours. Pendant mon séjour dans le sud j’ai passé une bonne partie de mon temps au club pour voir les « Jeunes ». N’étant pas disponible pour le championnat de France Minime j’ai assisté à l’un de leur entrainement. Jute avant de rentrer sur Lyon j’ai participé par curiosité à un cours de bachata. C’était plutôt sympa de s’essayer à ce type d’activité.

            En début de semaine deux reporters de France 3 PACA ont fait le déplacement sur Lyon pour prendre des images. Ils ont assisté à une séance de musculation, une sortie en skiff et ma remise de Diplôme à l’université. Je n’ai pas encore la date de diffusion. Je vous la communique dès que possible.

            Nous sommes arrivés hier à Bellecin. La base a fait de gros efforts pour que nous soyons dans les meilleures conditions possibles pendant le stage. Stany et moi sommes ultra motivés depuis notre retour de Munich. Mais nous allons devoir patienter avant de monter en double car le programme prévoit du skiff sur toute la semaine. C’est néanmoins une bonne alternative pour travailler la propulsion et garder de la fraicheur pour nos futures sorties en double.

            Ce matin la sortie fut gâchée par le vent. Cette après-midi nous nous sommes réfugiés en salle pour une séance de musculation. En fin de journée nous avons reçu l’équipement des Jeux Olympiques : deux énormes sacs remplis de vêtements ! Nous étions comme des enfants le jour de noël au moment de déballer le tout. La scène était assez cocasse ! Nous savons enfin à quoi ressemble la nouvelle combinaison tricolore. Je tacherai de poster une photo prochainement.

            Bonne soirée

 


Médaille d’argent !

18/06/2012

Crédit Photo : FFSA

           Bonjour à tous ! C’est encore un week-end plein d’émotions qui s’est achevé hier en Bavière. Munich était le dernier volet de la saga. L’ultime rendez-vous avant les Jeux Olympiques. Ce test grandeur nature était une bonne opportunité pour tenter de nouvelles choses. Nous avons su donner le meilleur sur chaque course pour sonder nos limites, identifier les axes techniques à travailler sur les 40 prochains jours. Nous savons mieux maintenant où se trouvent nos points forts et nos points faibles.

            Revenons sur la Finale ! Les températures étaient plus supportables que la veille mais le vent, lui, était toujours défavorable. De notre demi-finale découlait la stratégie de course. Nous voulions partir dans le paquet et fournir notre effort dans le deuxième mille. Notre finish était perfectible. Il semblait donc intéressant de démultiplier et d’augmenter la fréquence plus tôt sur l’enlevage. En finale nous étions bien entourés : d’un coté les danois, de l’autre les Néozélandais. Avant d’embarquer, le dernier « problème » que nous avons pointé du doigt fut la communication. Il nous fallait un signale verbale pour partir de concert sur les relances. Un mot pour nous remobiliser. Sans débauche d’énergie inutile, de surenchère physique, ces séries seraient là pour fixer notre attention sur des points techniques précis. Elles seraient là pour faire abstraction de la douleur momentanément !

            Avec un bon départ et une bonne transition nous nous sommes de suite placés en tête de peloton. La cadence a ensuite baissé, progressivement. C’est à 34 coups par minute que nous avons trouvé notre rythme de « croisière ». Mais nos amis All-Black ont rapidement pris les commandes dans cette finale. Avec un gros travail de leur part nous avons vite été débordés et dépassés. Je n’ai tourné la tête qu’à la mi-course et déjà, à ce moment de la course, je n’avais que le bateau danois en visuel. Les néozélandais semblaient partis pour de bon et les italiens commençaient à refaire leur retard. Stany impulsa une première série, puis une deuxième. Il était mieux placé pour me renseigner sur notre position et notre progression. C’est lui qui donna le signal quand les italiens menaçaient de nous rattraper. Trop concentré sur mon geste, j’obéissais aveuglément à ses ordres. Pour moi, les néozélandais s’étaient envolés depuis belle lurette. Je m’étais fait à l’idée que nous nous battions pour la deuxième place maintenant. A l’entrée des 500 derniers mètres de course nous avions de bonnes chances de terminer sur le podium. Mais encore fallait-il le faire ! C’était la dernière fois que nous pouvions nous tester sur le finish. J’ai alors monté la cadence, respectant à la lettre les consignes données par l’entraineur. En partant un tout petit peu plus tôt que d’habitude nous amorcions l’enlevage. Dès que les bouées ont changé de couleur j’ai arrêté de réfléchir, j’ai jeté mes dernières forces dans la bataille. Plus la ligne d’arrivée approchait et plus ma ramerie perdait de son  esthétique. Moins de dix coups avant le coup de sifflet finale Stany me lança « Ca peut le faire ! ! ! ». Je tournai alors la tête et vis avec stupéfaction le bateau kiwi. Moi qui les croyais loin devant, ils étaient en train de payer cash leur effort. Les derniers coups de rame furent intenses. En passant la ligne je n’imaginais pas être aussi proche d’eux. C’est après l’annonce officielle des résultats que j’ai pris conscience de la proximité entre nos deux bateaux à l’arrivée. Mais nous avions fait la course parfaite. Nous nous étions donnés à 200%. Aucune déception dans le camp français. Ce retour fulgurant dans les derniers mètres de course n’était pas prémédité, loin de là ! Nous terminons donc second à 19 centièmes de seconde des All-Blacks vainqueurs. Les danois complètent le podium. Les anglais sont finalement sixième. C’est encore un week-end en demi-teinte pour eux. Il semblerait que la demi-finale ait occasionnée plus fatigue chez eux.

            Petite anecdote, les bateaux médaillés à Munich sont tous les trois vainqueurs de la Coupe du Monde. Je m’explique : des points sont attribués à chaque embarcation suivant son classement sur les coupes du monde. A la fin des trois étapes un classement est fait et le bateau affichant le plus de points est considéré comme vainqueur de la Coupe du Monde. Dans notre cas nous sommes trois à comptabiliser 14 points au compteur (les Néozélandais, les Danois et nous). C’est une égalité parfaite. Mais par convention le trophée est décerné à l’embarcation qui fait la meilleure performance sur la dernière étape de la coupe du monde. Les Kiwis sont donc les heureux vainqueurs ! Voici le lien pour revivre la course !

            Dans dix jours nous partons dans le Jura et débutons la préparation terminale. La Cérémonie d’ouverture des JO est dans moins de 40 jours. Nous allons profiter du temps libre qui nous reste avant le grand saut pour recharger les batteries. Je passe demain après-midi ma soutenance. Je ne suis pas stressé mais l’enjeu est de taille. C’est mon dernier examen avant la remise de Diplôme.

            Merci pour vos encouragements !

            Cordialement


Demi-Finale !

16/06/2012

Crédit Photo : Alexander Hassenstein

           Bonsoir, enfin de retour à l’hôtel. C’est avec le sourire que nous avons quitté le bassin tout à l’heure. Nous terminons second de notre demi-finale. Pas de surprise, pas de déception ! Nous savions que les anglais étaient revanchards. Nous-en avons maintenant la preuve. Le plus important est assuré. Nous sommes qualifiés pour la Finale de demain. C’est sous un soleil de plomb que nous avons couru en début d’après-midi. Le vent était tournant, souvent défavorable. Nous sommes partis fort. Nous pointions en tête après 500m de course. Nos amis anglais ont alors fourni leur effort, prenant ainsi l’avantage. Une fois la mi-course passée nous plaçâmes nos traditionnelles attaques pour refaire notre retard. Le bateau italien fit les frais de ce règlement de compte franco-britannique, pointant à la troisième position non loin des norvégiens. Malgré nos agressions à répétition, le bateau anglais ne céda pas. Même lors du sprint final nous n’arrivâmes pas à les devancer. Ils ont tenu jusqu’au bout. Pour notre part, pas de déception. Il y a moins de cinq dixièmes de seconde entre nos deux embarcation. Nous avons fait une meilleure course qu’hier. Certaines choses sont encore perfectibles pour demain. Il existe une petite marge de progression. C’est ce que nous aurons à cœur de montrer en Finale.

            Voici le tirage :

ITALIE / HONGRIE / ANGLETERRE / NOUVELLE-ZELANDE / FRANCE / DANEMARK

            Nous courons à 11h45 ! Les compteurs seront remis à zéro. Nous sommes bien décidés à réendosser la cape des outsiders. Merci pour votre soutien !

            Voici le lien pour suivre la course en image et en Direct !


Coupe du monde à Munich !

15/06/2012

Crédit Photo : FFSA

           Bonsoir, nous ne pouvions pas espérer mieux comme entame sur cette Coupe du Monde. Nous remportons ce matin notre Eliminatoire devant le bateau hongrois. La compétition est loin d’être finie, bien au contraire, mais ce premier résultat continue d’amener à notre embarcation l’assurance et la confiance nécessaire pour performer. Après un premier bilan, plusieurs détails techniques sont à améliorer pour demain. Le début de course fut bien réalisé. C’est sur le deuxième 1000m, malgré de bonnes conditions de navigation, que j’ai commis de petites erreurs. Pénalisant ainsi l’équilibre du bateau et le rythme. Physiquement ce fut une course pleine. Nous avons pris la Pole Position dès les premiers coups du départ. Les rameurs hongrois étaient sur la rive opposée. Il était difficile d’apprécier l’écart entre nos deux bateaux. Mais ce manque de visibilité ne nous a pas empêchés de tenir le cap. Nous avons majoré notre avance dans la seconde moitié de parcours. Les hongrois terminent deuxième. Nous remportons notre manche et signons le meilleur temps au général. Dans les autres Séries, les néozélandais ont eu raison des anglais tandis que les danois ont devancé les italiens.

            Voici le tirage pour demain :

MEXIQUE / ANGLETERRE / FRANCE / ITALIE / NORVEGE / EGYPTE

            Nous courons à 14h54 ! C’est la première fois que nous tombons contre les italiens. C’est un bateau dont il faudra se méfier, au même titre que le bateau anglais. Ce dernier aura à cœur de prendre sa revanche. Les trois premiers seront qualifiés pour la grande finale de dimanche. Les courses en début d’après-midi sont moins faciles à négocier avec le régime. La difficulté reste la même pour tout le monde, mais la contrainte du poids se fait d’autant plus sentir à ces moment là. Voici le lien pour suivre la course en Direct !

            Merci pour vos encouragements !


Munich !

14/06/2012

Crédit Photo : FFSA

            Bonsoir, nous sommes à Munich depuis hier. Le stage sur Mantes s’est bien terminé. Il n’y aura pas eu d’amélioration météorologique malheureusement. Nous fûmes néanmoins imperturbables dans notre préparation. Nous avons respecté le programme. Sur le travail de vitesse nous avons rapidement retrouvé nos marques. Mardi nous avons mis en place une confrontation entre le double poids lourds (Berrest-Bahain), le deux sans barreur (Chardin-Mortelette) et nous. C’était sur 1000m. Cette configuration permit à chacun de s’exprimer à 200%. Cette concurrence positive entre nos trois bateaux fut un bon outil de travail. J’espère que nous aurons la possibilité de recommencer sur la préparation des Jeux. Ce même jour une conférence de Presse était organisée au club. L’occasion pour nous tous de partager notre passion.

            Le bassin de Munich était inondé de soleil ce matin. Nous avons fait huit kilomètres. Des sensations mitigées sur un plan d’eau agité. Toujours et encore cette vague de fond : déstabilisante au possible, omniprésente et imprévisible.

            Voici le tirage de notre Eliminatoire de demain. Départ prévu à 11h15 ! Voici la Startlist :

FRANCE / EGYPTE / CRAOTIE / MEXIQUE / HONGRIE

            Les deux premiers seront directement qualifiés pour la demi-finale de samedi. Le bateau hongrois sera le plus dangereux. Il a gagné la Régate de Qualification. Leur embarcation est assez irrégulière. Tantôt ultra performante tantôt absente sur les courses. Nous devrons donc être sur le qui-vive ! Nous n’avons pas encore défini de stratégie de course mais il y a une certitude : il faudra aborder cette course comme des outsiders si nous voulons être à notre meilleur niveau.

            Voici le lien pour suivre la course en Direct !