En route pour Poznan !

26/05/2015
Crédit Photo : Bzac Prod

Crédit Photo : Bzac Prod

Bonsoir, le stage d’Aiguebelette touche à sa fin. Les conditions météo se sont nettement améliorées durant notre séjour. Sur ce regroupement nous étions avec nos féminines. La fédération est obligée de scinder le collectif France en plusieurs groupes pour éviter les casse-têtes logistiques et conserver, de ce fait, de bonnes conditions d’entrainements pour les rameurs. Toute l’équipe d’Argentine était également sur place pour préparer la Coupe du Monde de Varèse. Ils rentreront ensuite chez eux pour participer aux Jeux Panaméricains (qui tombent en même temps que Lucerne) avant de reprendre l’avion pour le mondial.

Les repères en double sont vite revenus. Au final, qu’une petite semaine s’est écoulée depuis Bellecin. Même si la préparation pour ce championnat est accélérée (seulement cinq jours), le travail de vitesse nous débride et conforte certaines bonnes sensations. De son côté Pierre semble en grande forme en skiff. To be continue….

La journée de demain risque d’être longue, fatigante et difficile pour la gestion du poids : nous quitterons Aiguebelette à l’aube pour rejoindre la Gare à Lyon. Nous prendrons ensuite le TGV jusqu’à Paris. D’ici, l’avion nous emmènera à Copenhague pour une escale avant de reprendre les airs et atterrir à Poznan. Si ma mémoire est bonne il ne faudra qu’une vingtaine de minutes pour relier l’aéroport à l’hôtel. Depuis le mondial de 2009 je ne suis jamais retourné sur le lac de Malta. Je n’y ai que des bons souvenirs, pourvu que ça dur !

Comme vous pouvez le voir le moral des troupes est excellent.


Médaille d’or à Séville

03/06/2013
Crédit Photo : FFSA

Crédit Photo : FFSA

Bonsoir, j’arrive enfin à vous écrire. Avant toute chose je vous remercier pour vos encouragements et vos messages.

Revenons sur la journée d’hier. Alors que la demi-finale avait couru dans de mauvaises conditions, la finale fut partiellement épargnée. Le vent continuait de soufflait avec autorité mais la vague ne semblait pas gêner. Par précaution l’entraineur ajusta une fois encore les réglages du bateau. Le thermomètre afficha des températures record (40°C). Le passage à la pesée fut une formalité. Le speach d’avant course fut bref. Les consignes furent les même que la veille : ramer long, lancer le moins possible de séries, tenter de creuser les écarts en faisant quelque chose de régulier, faire du coup par coup et se donner à 100% sur chacun d’eux, ne pas s’affoler si la course met du temps à se décanter. Dans les starting-blocks presque aucun mot ne fut échangé avec mon coéquipier. Ce silence nous renvoya à nos rituels respectifs : vérification du serrage des aiguillettes, contrôle de l’alignement, hydratation, activation du compte-coup, longues inspirations….bref, autant de petites choses qui font patienter jusqu’au départ. A l’appel des équipages tous les rameurs se mirent sur l’avant. A cet instant je tournai la tête à droite, puis à gauche pour observer une dernière fois mes adversaires. Je me suis aperçu récemment que c’était un véritable « tic ». Une dernière phrase fut partagée avec Stany : « ça va partir fort, on se s’affole surtout pas si ça ne se décante pas avant le troisième 500 ! ». Dès que le feu passa au vert l’adrénaline pût enfin jouer son rôle. Les premiers coups nous placèrent une fois de plus en bonne position. Comme imaginé, la concurrence engagea les hostilités rapidement après. Impossible de faire la différence sur cette première moitié de course. A mi-parcours Stany pris la parole « allez, comme sur l’ergo ! ». Il s’agissait bien là d’un code. A l’image d’un test ergo, nous avons complètement fait abstraction du reste. Nous nous sommes uniquement concentrés sur la longueur et la propulsion. Chaque coup était donné avec conviction et détermination comme s’il s’agissait du dernier. La machine venait d’être relancée dans le camp français. Les écarts commencèrent à se creuser mais les attaques adverses continuèrent. Les agressions furent incessantes. La bagarre pour le podium ne laissa aucun répit. A cent mètres de l’arrivée la victoire nous appartenait, il n’y avait plus qu’à profiter de l’instant. Le « BIP » final arriva quelques coups après. La remise des récompenses et la Marseillaise immortalisèrent le moment. En « récompense » je fus désigné pour le  contrôle anti-dopage. Là aussi j’ai progressé depuis Londres. Trois litres d’eau et 2h30 ont suffi à déclencher la miction (contre 3h30 aux JO). Ce passage au stand grignota une bonne partie du temps restant pour profiter du résultat. Le retour s’est bien passé malgré une arrivée tardive sur Lyon.

Bonne soirée !


Victoire en demi-finale

01/06/2013
Crédit Photo : FFSA

Crédit Photo : FFSA

Bonsoir, c’est un mélange de satisfaction et de frustration qui se dégage de cette demi-finale. Les chronos parlent d’eux-mêmes. Il était impossible d’allier réussite et plaisir ce matin. Le vent et la vague empoisonnaient le bassin. Nous nous sommes donc appliqués à « faire le job » pour conserver notre rang. Le résultat brut suffit à donner le sourire. Mais j’espérer que les conditions de navigation seront plus clémentes demain.

Le vent n’a cessé de monter en intensité sur la matinée : toujours défavorable et légèrement latéral. L’entraineur a modifié la dureté des réglages pour que nous gardions le même dynamisme dans la propulsion. Au départ, l’alignement constituait à lui seul une difficulté. Cette fois, pas de stratégie particulières mais des consignes : ramer long, mettre l’accent sur la propulsion. Grâce à un départ canon nous nous sommes placés en tête dès les premiers coups de pelles. Les suisses et les norvégiens ont ensuite produit leur effort. Mais tout le monde semblaient en difficulté dans la vague. Les écarts sont restés figés jusqu’à la mi-course. Quelques rares accalmies firent ensuite leur apparition. Chacune d’elles permit de placer des attaques « flash ». Leur efficacité fut redoutable. Elles nous assurèrent une avance suffisante pour s’adjuver la victoire. C’est avec une longueur d’avance que nous franchissions la ligne d’arrivée.

Notre Finale courre demain à 11h48. La chaine Equipe 21 de la TNT diffusera les images en Direct. Les vidéos seront aussi consultables depuis le site de la FISA.

Voici la liste de départ :

Norvège / Autriche / France / Italie / Suisse / Grèce

Tous les compteurs sont remis à zéro pour cette ultime rencontre. Nous avons à cœur de finir sur une bonne note. Nous connaissons maintenant la musique, l’interprétation fera la différence demain sur la ligne de départ.

Bonne soirée !


Un début prometteur

31/05/2013

 

Bonsoir, la première journée se termine sous de bons hospices. La course s’est déroulée selon nos plans. Le bassin offrait des conditions quasi parfaites. Le soleil ravit un fois de plus l’intégralité du ciel. Le vent ne s’est pas montré inquiétant ni gênant. Les températures étaient supportables voir appropriées. L’occasion était presque idéale pour gommer certaines marques de bronzage héritées des dernières semaines.

Revenons sur notre course. Nos pronostiques étaient bons, les hollandais et les suisses furent d’importants acteurs dans cet Eliminatoire. Grâce à nos qualités de sprinteurs nous sommes sortis les premiers des starting-blocks. Notre concentration s’est alors dirigée vers la technique : donner du rythme, ramer long et s’appliquer sur la propulsion. Les bénéfices arrivèrent progressivement, coup après coup, pour finalement stagner à mi-parcours. Les écarts restèrent inchangés jusqu’à la ligne d’arrivée. Nous signons le meilleur temps des Séries. Les autres manches furent remportées par l’Italie, la Norvège et la Grèce. Les allemands n’ont pas eu cette chance. Après avoir remporté leur Eliminatoire face aux Grecs ils se sont vus déclassé. Leur bateau s’avérait trop léger. Ils sont donc passés par les Repêchages mais le destin semble s’être apitoyé sur eux en les classant troisième et refermant ainsi l’accès aux demi-finales.

Nous courrons demain à 10h03. Voici le Lien pour suivre la course en direct !

Voici le tirage de notre course :

Danemark / Pologne / France / Norvège / Suisse / Russie

Les trois premiers gagneront leur billet pour la grande finale de dimanche. Trois de nos adversaires sont maintenant connus. Les danois éprouvent quelques difficultés à entrer dans la compétition mais restons prudent. Quant au bateau norvégien, il méritera une attention particulière. Les suisses seront une nouvelle fois à surveiller.

Merci pour vos messages, je les lis toujours avec plaisir.

Bonne soirée !


Tirage des Séries

30/05/2013

Bonsoir, le voyage s’est bien déroulé. Le ciel n’affiche pas un nuage depuis notre arrivée. Il semblerait qu’ils soient en option ici. Le changement de température n’a pas été trop dur pour l’instant. Le vent souffle en permanence. Il ressemble étrangement au Mistral : il est en rafale, tourbillonne et ne lève pas de vague. Il amène assez de fraicheur pour rendre la chaleur supportable. Son orientation n’est pas encore idéale. Il est latéral et défavorable, mais son axe devrait changer au cours du week-end d’après les informations météo. Nous avons profité d’hier pour « visiter ». Nous étions suffisamment à distance de l’échéance pour nous autoriser et intercaler un moment culturel. Une bonne chose de faite !

Le tirage des courses vient de sortir. L’attente ne sera plus longue maintenant. Notre course est à 9h21 demain. Seules les finales de dimanche seront rediffusées en images. Jusque là voici le lien pour suivre le Direct sur le site de la FISA.

Voici la StartList :

Hollande / France / Suisse / Ukraine / Pologne / Russie

Sur le papier les Suisses et les Hollandais seront à surveiller en priorité. Les rameurs de ces deux bateaux alimentaient, sur la précédente olympiade, la concurrence en pointe. Il faudra donc se méfier de ces « non spécialistes » de la discipline. Le vainqueur de la Série accèdera directement aux demi-finales de samedi, les autres devront passer par les Repêchages pour gagner leur billet.

Bonne soirée !


Départ pour Séville

28/05/2013

LM2x  FRA

Bonjour, le départ pour Séville est imminent. Nous décollons cet après-midi de Toulouse. Les quelques jours passés à Temple n’ont pas été à la hauteur de nos attentes. Le courant, le froid, la vague et le vent ont rendu la navigation difficile. Les repères ont été durs à trouver. Une situation peu confortable pour terminer la préparation dans la sérénité. Le travail de vitesse réalisé nous a néanmoins permis de stabiliser de bonnes choses. Sinon le régime suit son cours. La contrainte subsiste mais l’expérience rend l’épreuve plus gérable.

La liste des engagés est sortie. Nous sommes vingt deux inscrits. Chez la concurrence aucun bateau des derniers JO n’a été reconduit. Les adversaires sont nombreux mais il s’agit d’embarcations nouvelles ou recomposées. Les grands absents sont les anglais. La délégation ne fait pas le déplacement, dommage ! Nous devrons patienter pour régler nos différents.

Ce championnat d’Europe sera l’occasion de découvrir le bassin. Le site avait accueilli les championnats du monde en 2002. Les températures annoncées seront plus estivales qu’ici. J’espère que nous ne souffrirons pas trop de la chaleur. Rendez-vous jeudi soir pour le tirage des éliminatoires.

Bonne journée.


Retour de Stage !

18/05/2013

Départ 

Bonjour, voici un petit bilan du stage passé à Bellecin. L’entame fut excellente bien que mon arrêt maladie ait tronqué la préparation. Une journée suffit à me remettre sur pied. Les symptômes se dissipèrent complètement après 72h. La fatigue occasionnée par la fièvre et la maladie rendit les entrainements laborieux. Quelques aménagements furent trouvés pour tenir la cadence jusqu’au bout. La météo n’a pas joué en notre faveur. Aucune sortie n’a été épargnée par la pluie, le vent et la vague. Mais l’inconfort n’est-il pas le moyen le plus simple d’avancer dans le haut niveau ? C’est du moins le constat fait hier, au moment de partir. Les conditions n’étaient pas avantageuses mais les progrès sont là. Les points techniques travaillés depuis l’an dernier commencent à s’automatiser et la cohésion gagne du terrain sortie après sortie. Afin de mettre en pratique les efforts fournis depuis notre arrivée, deux parcours furent organisés par l’encadrement. Ces confrontations franco-françaises étaient là pour finaliser la sélection de certains bateaux. De notre coté, l’objectif était éducatif : prendre des « risques » techniquement et tirer les enseignements qui permettront de gagner quelques dixièmes de seconde à Séville. En croisant ces données avec nos sensations nous avons maintenant une idée précise des choses à améliorer pour faire partie des meilleurs dans deux semaines. L’ambiance au sein du groupe était super. Sur ce rassemblement, la convocation s’adressait aux rameurs -23 ans et séniors A. La convivialité des moments partagés s’avèreraient être le moyen le plus simple de construire l’avenir.

Le retour sur Lyon n’est que provisoire. La semaine va défiler malgré ce week-end de trois jours. Nous reprenons le train vendredi prochain. L’enchainement rend mes retours au cabinet embarrassant. Même si je suis remplacé, mes absences me pénalisent. Les patients ont conscience de mes obligations mais certains laissent apparaitre un sentiment « d’abandon ». Par malheur, les alternatives sont limitées. Il est déjà difficile de trouver un remplaçant pour chacun de mes déplacements. Je mets tout en œuvre pour que la continuité des soins soit assurée. Pour le reste, je n’ai malheureusement pas le don d’ubiquité.

Bon week-end !