Une tête de rivière qui marque la fin de l’hiver !

12/03/2017

Crédit Photo : Simon Quay

Une tête de rivière qui marque la fin de l’hiver !

Après la fin du stage à Aiguebelette tout s’est enchaîne. Mais en y repensant, la période fut difficile à gérer. Il s’agissait de l’ultime semaine de préparation intensive. Soit quatre semaines complètes depuis le test ergomètre de Charléty. La reprise du travail sur Lyon n’a donc fait qu’accentuer la fatigue déjà présente à la sortie du regroupement avec les Bleus. Je suis également descendu le week-end dernier sur Avignon pour répondre à deux sollicitations. J’ai malgré tout eu le temps de croiser les proches et les jeunes du club. Une régate était d’ailleurs organisée pour eux le dimanche. Une superbe initiative à ce moment-là de l’année où les compétitions se font rares pour ces catégories. Arriva ensuite la semaine de surcompensation. La semaine que beaucoup attendaient, moi compris ! La météo n’a pourtant jamais été favorable ; sauf en matinée quand j’y étais, une aubaine ! Pendant les séances les sensations étaient bonnes mais le forme manquait clairement. Le début du régime y est sûrement pour quelque chose. Je suis redescendu sur Avignon mercredi soir pour une autre sollicitation, en entreprise cette fois. Chez le groupe AOSTE. Je me régale toujours autant. C’est tout aussi enrichissant d’intervenir pour partager mon expérience, que de découvrir le fonctionnement de l’enseigne. J’ai fait le choix de rester dans le Sud jusqu’à samedi. Je ne me sentais pas de remonter sur Lyon vendredi pour reprendre la route hier pour Marignane. J’ai donc été récupéré sur la route par le Pôle France. Une fois sur place, tout le monde a déchargé et monté son matériel. Certains l’ont même réglé. Me concernant, j’ai préféré aller directement ramer pour optimiser la récupération. Notamment à cause du bassin : le vent soufflait en rafales et la navigation était laborieuse. Bien heureusement la météo aujourd’hui fut toute autre.

Après une bonne nuit de sommeil le réveil ne posa aucun problème ce matin. Le passage au petit déjeuner fut bref, juste de quoi assurer la pesée sans arriver le ventre vide. Une fois cette première étape validée l’attente ne fut pas longue. L’heure de l’embarquement fut vite là ! C’est mon entraîneur de club qui fit ma mise à l’eau. Ce fut l’occasion de me donner quelques conseils avant que je ne m’éloigne du ponton. A l’échauffement les kilomètres semblaient défiler comparé à hier. Au départ, la pluie commença à tomber, pour finalement s’arrêter avant que je ne m’élance. Ce fut d’ailleurs ces quelques gouttes qui firent tourner le vent. Une brise favorable allait nous accompagner sur les 6000m. Plutôt une bonne nouvelle ! Une fois le signal donné je partis sans trop réfléchir. L’idée était de lancer ma coque et donner du rythme. Mon attention était concentrée sur ma respiration et ma technique… mais aussi sur ma trajectoire. Car le niveau du canal était relativement bas, il était donc impératif, malgré le balisage, de garder un œil sur la direction les mille premiers mètres. Une fois cette portion passée, j’avais champ libre pour m’exprimer à 100%. Sans chercher à m’imposer de cadence particulière, je n’ai cessé pendant la course de rythmer mon geste. Je jetais ponctuellement un regard sur mon strock pour vérifier que les sensations collaient au chiffre affiché. Les 1200 derniers mètres furent durs physiquement, mais n’impactèrent pas la fréquence de mes coups. Je franchis finalement la ligne d’arrivée après 21’40’’ d’efforts. A première vue je savais que l’écart avec mon poursuivant s’était creusé. Mais il fallut attendre les résultats officiels pour en être sûr. Le verdict tomba peu de temps après. Damien Piqueras finit deuxième à plus de quarante secondes, Hugo Boucheron complète le podium huit secondes derrière. Le retour à Lyon n’a pas été trop long heureusement. Prochain objectif : championnat de zone à Aiguebelette dans 3 semaines. Tout va s’enchaîner maintenant, et les choses sérieuses vont commencer.

Bonne soirée !


Dernières retrouvailles de la saison

24/07/2016

LXMEN

Fin de l’acte I scène 1 dans quelques jours. Après un mois complet de stage, notre séjour dans le Jura touche à sa fin. Le départ pour Rio est maintenant imminent. Nous montons mardi sur Paris avant de nous envoler mercredi pour l’Amérique latine.

Les semaines sont vite passées mais le départ se fera sans aucune nostalgie, aucun pincement au cœur. Même si la forme n’est pas encore olympique, l’envie d’en découdre prend déjà le dessus. Et c’est le sentiment qui domine au sein du collectif. Nous sommes tous impatients de démarrer !

Aujourd’hui avait lieu le traditionnel parcours « Handicap ». Une confrontation franco-française permettant à chacun d’évaluer ses progrès. Selon la différence de vitesse entre les embarcations, un handicap de temps est laissé au départ. Il assure la meilleure bagarre possible. Ces 2000m de course sont une vraie répétition générale avant notre arrivée sur le site des Jeux. Ce matin, sur l’eau, les conditions étaient presque parfaites. Nous sommes partis en même temps que nos homologues poids lourds. Malgré nos efforts et nos relances dans la deuxième 1000m, nous leur concédons une petite seconde à l’arrivée. Un résultat fidèle aux travaux de vitesse faits ensemble cette semaine. De notre côté le bilan est très positif : nous avons réussi à nous employer comme nous l’entendions, et les consignes techniques de l’entraineur ont bien été respectées. Il nous manque un peu de « peps » encore mais le plaisir était au rendez-vous. Le prochain parcours sera sur le Lagoa, contre de vrais adversaires. Pressé d’y être !

Nous avons eu de la visite jeudi. Le reste des LXMEN est passé nous voir. Encore un super moment pour nos ultimes retrouvailles de la saison. Ils débuteront leur préparation terminale ici dans une semaine. L’échéance est encore loin pour eux mais les stages s’enchainent…un titre est en jeu !

Une épreuve devient difficile depuis peu, le régime ! C’est le seul décompte que je fais. Chaque jour qui passe me rapproche un peu plus de la dernière pesée. La frustration va continuer à gagner du terrain. L’habitude n’y change rien, l’expérience non plus. Il s’agit d’une longue traversée du dessert. Heureusement la « faim » est proche !

Bonne soirée.


Bellecin et sa météo !

03/05/2016
Crédit photo : Daniel Blin

Crédit photo : Daniel Blin

Bonjour, depuis notre arrivée sur Bellecin nous avons presque tout connu : le vent, le froid, la neige, la pluie, la vague…et bientôt le soleil et le retour des températures estivales. Les prévisions sont bonnes pour nos ultimes jours en Franche-Comté, mais sait-on jamais, le Jura est imprévisible. Nous devrions théoriquement faire nos parcours demain et jeudi. Mais ces dates sont encore susceptibles d’être modifiées si la météo l’impose. Les entraineurs prévoient de se réunir ce soir pour trancher. A suivre…

Le programme d’entrainement ne nous laisse pas beaucoup de récupération. Les séances s’enchainent et la fatigue gagne du terrain. Les dernières musculations ont laissé des traces.  Mais cela ne nous empêche pas de travailler et de progresser malgré le contexte et la rugosité de certains bassins. Cette semaine devrait être plus « light ». A commencer par cet après-midi, dédié au repos. Nous en avons profité pour rencontrer de jeunes collégiens entre 13h et 14h. Un jeu de question-réponse a été mis en place pour que nous puissions partager notre expérience et notre passion. Quelques dédicaces ont été faites juste après. Ils sont arrivés ce matin sur la base pour suivre le programme « Rame en 5ème ». Nous avions déjà organisé ce type de rendez-vous l’an dernier, à la même date, grâce à la participation des enseignants. J’aime toujours autant ces moments d’échange, car la relève se cache peut être parmi eux.

L’ensemble du collectif U23 et non-olympique nous a rejoints jeudi dernier. Malgré le nombre, la circulation ne pose aucun problème sur le lac. Chacun respecte bien son horaire. Les LXMENs se sont donc retrouvés au complet. Un moment attendu depuis le début de saison. Les Avengers ont du souci à se faire, car l’envie du groupe semble dépasser celle de l’an dernier.

Les deux courses sensées clôturer ce regroupement devraient nous aider à peaufiner notre préparation. La forme ne sera pas optimale, mais nous chercherons à retranscrire les automatismes trouvés à cadence basse. Même s’il s’agit d’un exercice et d’une course franco-française, l’enjeu est de taille pour certains équipages. Notamment pour nous. Car n’ayant que peu de jours de stage sur Aiguebelette avant la Coupe du Monde en Suisse, ces parcours nous serviront de support et de référence pour Lucerne.

Plus Rio se rapproche et plus les Médias suivent l’actualité de l’aviron français. Merci au site Blog.playeur pour ce petit article.

Bonne soirée.


Finale à Cazaubon !

02/04/2016
Cazaubon 2016

Crédit Photo : Média Aviron

Bonsoir, le lac de l’Uby s’est transformé en l’espace de quelques jours. Les berges sont complètements occupées par les bateaux. On ne cesse de croiser des rameurs courir pour s’échauffer, ou sur l’ergomètre pour faire tourner la roue et récupérer. Après le vent et les grosses averses de jeudi, le beau temps semble s’être installé assez durablement pour que nous passions un bon week-end. Depuis hier, le bord du bassin grouille de monde. Nous nous rendons alors compte qu’il s’agit bien d’une édition spéciale sur cette année olympique. Plusieurs billets vont être distribués pour les Jeux de Rio. L’enjeu est énorme et les athlètes en ont conscience. Jusqu’à présent la tension n’était peut-être pas palpable, mais dès demain tout va se tendre.

Les parcours d’hier se sont bien passés. Même si je ne suis pas un aficionado des contres-la-montre, je pense avoir fait une bonne entrée dans la compétition. Le vent était légèrement favorable, un scénario que j’affectionne particulièrement et qui me permet de tenir un cadence soutenue tout au long des 2000m. Une fois fini, pas le temps de chômer : la récupération est faite dans la foulée, suivie d’une bonne séance d’étirements, d’un repas et d’une grosse sieste pour arriver en forme sur la Série du soir. Mais cette fois, changement de sens pour le vent. Heureusement, les adversaires semblaient aussi fatigués que moi. La hiérarchie fut alors respectée dans chaque manche.

Ce midi, j’étais en demi-finale contre mon coéquipier d’Aiguebelette. A ce beau tirage venait s’ajouter Morgan Maunoir et Thibault Remy, respectivement champions du monde en 4x (Elite et U23). Une belle brochette de quatre athlètes, mais seulement trois places qualificatives. Cerise sur le gâteau, le vent soufflait contre et fort en rafales. Avec Stany, nous avons rapidement creusé l’écart. A la mi-course, nous semblions presque assurés d’aller en finale. Mais derrière, la lutte était âpre. Il fallut attendre la photo finish pour départager les deux concurrents. Triste sort et dure loi du sport pour Morgan qui rate finalement le coche pour deux minuscules dixièmes de seconde. Thibault prend donc la troisième place. De mon côté, les sensations n’auront pas été franchement bonnes aujourd’hui. Le bassin était vraiment difficile et ne permettait pas de s’exprimer techniquement à 100%. Hélas, les prévisions pour demain ne semblent pas meilleures. J’espère que nous pourrons quand même bénéficier d’une petite accalmie dominicale.

Je vous donne donc rendez-vous demain matin à 11h50 pour le dénouement de ce week-end haletant.

Voici le Lien pour suivre les courses en images.

Bonne soirée.


Savoie Mont Blanc !

21/03/2016
Crédit Photo : Média Aviron

Crédit Photo : Média Aviron

Bonjour, nous étions sur Aiguebelette ce week-end pour le championnat de Zone Sud-Est. Premier gros rendez-vous de la saison en skiff, qui laissait la possibilité aux meilleurs de se qualifier pour le Championnat de France dans deux semaines à Cazaubon. D’après les retours que nous avons et comparé aux autres Zones, il semblerait que nous ayons bénéficié des plus belles conditions de navigation. Je ne sais pas si on peut parler de chance, mais les statistiques étaient aussi en notre faveur, ici, sur le lac savoyard, réputé pour sa régularité et son calme.

L’enchainement après Marignane a été très bon. Les repères de vitesse et de glisse à l’entrainement étaient excellents et rien ne semblait m’arrêter physiquement. Il fallut attendre jeudi matin pour que la situation se corse. Alors que tout se passait bien, je finis par succomber l’épidémie de grippe. Les courbatures et la fièvre arrivèrent sans crier garde. Cerise sur le gâteau, pour le seul matin de l’année où je ne vais pas ramer, je me retrouve convoqué au Pôle pour un contrôle anti-dopage. En me levant vendredi, l’orage semblait être passé. La forme n’était pas olympique mais j’étais moins fébrile, et le virus semblait en mauvaise posture. Après deux séances d’entrainement dans la même journée je me pensais sorti d’affaire. Hélas non ! Le retour de flamme arriva peu après. Le week-end fut ponctué par de nombreuses montées de fièvre. Il fallut attendre lundi pour me sentir définitivement mieux. A tout cela, vint se rajouter des conditions de navigation difficile. La semaine de surcompensation allait prendre tout son sens. Je n’ai pas hésité à me coucher à 21h plusieurs soirs de suite pour rattraper du sommeil et retrouver la forme. A partir de mercredi les voyants sont clairement revenus au vert. Mais par précaution, il fut décidé de m’engager en poids léger et non en toute catégorie comme c’était prévu initialement.

Avec le club d’Avignon nous étions hébergés sur Dullin. Les Gîtes où nous étions me rappellent de bons souvenirs. Notamment certains stages faits avec l’Equipe de France pendant mes jeunes années séniors. Sur ce week-end nous étions une petite dizaine d’engagés sous les couleurs de la SNA. L’ambiance et le mélange Juniors-Séniors ont vraiment été agréables. Le poids n’a pas été un problème sur ces deux jours, au contraire. Je me suis retrouvé avec plus de marge que prévu. Un confort inestimable, surtout le samedi où la première course était programmée à 12h30, et que l’attente allait être longue.

L’intensité est montée crescendo au fil des courses. Avec le tiers de finale le matin et la finale l’après-midi la journée de dimanche allait laisser quelques traces. Au moment de prendre le dernier départ, le calme semblait dominer le lac. Le silence des six finalistes en disait long sur les intentions sportives de chacun. Juste avant que le drapeau ne s’abaisse, l’amitié fut temporairement mise de côté. Le fair-play allait guider nos actes mais l’objectif restait unique : celui de dépasser ses limites et de réaliser la meilleure place possible. Et à ce jeu-là, la finale ne comptait pas moins de cinq champions du monde 2015. A la fois jeunes et déjà pleins d’expériences, j’avais presque l’impression d’être un dinosaure au milieu de jeunes loups, aux dents longues et acérées. Grâce à un bon départ je me suis rapidement mis aux avant-postes, sans pour autant mener la course. Thibault, après un départ canon, pointait en tête avec une bonne demi-longueur d’avance. Coup après coup je finis par revenir à son niveau à la mi-parcours. Les écarts s’étaient déjà creusés avec certains. Je fournis alors mon effort, ma traditionnelle accélération dans le troisième 500m. Tout se déroula comme je l’espérais. En rentrant dans les bouées rouge la victoire semblait assurée. Mais derrière la bagarre faisait encore rage. Damien semblait s’être emparé de la seconde place quand Maxime fondait sur Thibault. La ligne d’arrivée livra finalement son verdict, et figea les places : je devance Damien et Thibault, respectivement deuxième et troisième. Quelques coups de pelles nous dirigèrent vers le ponton d’honneur pour que l’on nous remette la médaille et qu’une petite photo souvenir soit également prise. Une fois rentré et débarqué, c’est sans trainer que j’ai démonté et chargé mon bateau sur la remorque. Le retour sur Lyon s’est fait juste après.

Nous sommes maintenant à dix jours du plus gros évènement individuel de la saison. Plus question de tomber malade ou de se blesser. Météo France n’annonce rien de bon mais il faudra s’en accommoder. Le compte à rebours a commencé. Déjà pressé d’y être.

Voici le Lien vidéo du reportage fait par France3 PACA pendant Coubertin.

Voici également le lien du nouveau site internet de Stany Delayre.

Bonne visite et bonne soirée.

Hello. Last weekend, we were in Aiguebelette to race at the South East regional championship. This first test in single scull over 2k was an opportunity for the best ones to qualify for the Short Boat Nationals in 2 weeks in Cazaubon. Looking at how things went in the three other regions, it seems like we had the best conditions with Aiguebelette Lake, well known for its calm and quiet water.

After Marignane’s 6k-time-trial, everything went well. Speed and sensations were great. Nothing was to stop me except the flu! I got struck pretty hard with fever and sore muscles on Thursday. The antidoping control the very same morning while I was lying in bed was the icing on top of the cake. It was the only morning this year that I was not at the training center. I had to drive there to pee in the bottle. When I woke up on Friday morning, I felt better. Not a 100% but I felt like I was winning over the virus. I trained twice that day and thought I was going to be fine. Unfortunately, I was not! The virus’ backfire was strong. I spent the whole weekend with fever at home. It was not until Monday that I finally felt better. On top of it, weather conditions were pretty rough so tapering was going to play a key role in the following days. I went to bed at 9pm a couple times to catch up on my sleep. On Wednesday, everything was fine again. I was supposed to enter the heavyweight single but to make it a bit easier on my tired body, it was decided that I would race as a lightweight.

With my rowing club (SN Avignon), we stayed at Dullin, a place where I have my habits with the French Team. A lot of good memories and great moments were shared in Dullin when I was younger. Ten of us, representing the SNA, were racing over the weekend. Sharing those moments between junior and senior rowers are important. Weight was not an issue for this regatta. I even had a margin when I jumped on the scale. It was a luxury especially as I was to race late in the morning on Saturday (12:30). It is long to wait with an empty stomach otherwise. 

Every race was more and more intense over the weekend. Semi final and final were on Sunday. With two races on that day, it was not going to be a piece of cake. The lake was dead calm when we lined up at the start of the final. The six rowers were silent before the flag went down. It showed how much everyone was focused on performing at the highest level. We were five 2015 Lighweight world champions to take part in this final. Young but already experienced rowers. I felt like a dinosaur surrounded by young and hungry wolves. I had a decent start with the rest of the pack but Thibault was leading after a supersonic start. Stroke after stroke, I managed to close the gap at the halfway mark. We had already widened the gap with some of our opponents. In the third 500, I made the effort and took a clear lead, as I like to do it in this part of the race. In the last 250, the win looked like mine. But behind, the battle was fierce. Damien was in 2nd place with Thibault and Maxime fighting for 3rd place. On the finish line, Damien got the better over Thibault. A few strokes later, we were on the dock to receive our medals and take a photo. Back in the boating area, I didn’t hang around. I quickly derigged, loaded my single on the trailer and drove back to Lyon.

We are now 10 days away from the most important individual test of the season. Injury or illness are no more options! The weather forecast is not very good but we will have to deal with it. Clock is ticking. I am looking forward to it.

Here is a link to watch a news report on Coubertin Indoor Championship and another one to have a look at Stany Delayre’s new website.

Enjoy and have a good evening.

Traduction : Julien Bahain


Not far….But not yet !

01/02/2016
Crédit Photo : Eric Marie

Crédit Photo : Eric Marie

Bonsoir, nous sommes bien arrivés en Afrique du Sud. J’ai dormi sur la quasi-totalité du vol, un miracle. Heureusement d’ailleurs, parce que la journée de samedi et de vendredi n’étaient pas de tout repos. Je n’étais pas le seul en fait à monter sur Paris jeudi soir. Nous étions quatre. L’entrainement du lendemain matin s’est fait au club de Boulogne-Billancourt. Leurs locaux sont impressionnants. Ils n’ont rien à envier aux prestigieux clubs Londoniens. Quelques images ont été faites par les Médias pendant la séance. Une fois terminé, tout juste le temps de se restaurer et de repasser à l’hôtel : L’heure était venue de rejoindre le Stade et sa Conférence de Presse. Un rapide bilan de saison a été fait par notre DTN avant de donner la parole aux chefs de secteurs. Quelques interviews ont suivi. Le retour à l’hôtel s’est fait juste après. Il est arrivé à point, je commençais à fatiguer.

En me levant samedi matin, je suis directement monté sur la balance pour m’assurer qu’aucun pépin de pesée ne m’arriverait cette année. Nous ne sommes pas arrivés trop tôt sur place. Nous avons préféré prendre le temps à l’hôtel pour déjeuner et préparer nos sacs avant le grand départ. Un arrêt de Métro suffit à nous déposer devant le Stade. Une salle nous était réservée pour poser les affaires et s’échauffer calmement. Comme à mon habitude, je suis monté sur la machine une heure avant l’épreuve. La forme était bonne. La préparation s’était bien passée. Rien à voir avec l’an dernier où j’étais arrivé fatigué. Cette fois les repères et les chronos étaient bons, me laissant espérer passer de manière officielle sous la barre des six minutes. Quand nous sommes arrivés dans la chambre d’appel, nos homologues poids lourds étaient en plein effort. Matthieu Androdias remporta la manche avec un beau 5’46’’8. La place était chaude ! Mais le léger retard accumulé par l’organisation ne nous laissa que peu de temps pour régler nos machines et ramer pour nous réchauffer. Le départ fut donné assez rapidement. Mon temps de réaction ne fut pas flambant. Après avoir lancé la roue sur une dizaine de coups j’ai progressivement pris la longueur pour me caler à ma moyenne (1’30). L’enchainement jusqu’aux derniers 500m n’a pas posé trop de souci. J’ai respecté les consignes de l’entraineur et ai bien attendu les 300 derniers mètres pour lancer le sprint final. A ce moment-là, j’étais sûr de pouvoir finir sous les six minutes: la moyenne était bonne et l’énergie restante apparemment suffisante. Que nenni ! Avec toute l’envie que l’on peut y mettre, le physique flancha néanmoins dans les derniers mètres. Je pose le manche sur un 6’00’’4, nouveau record de France homologué mais sans franchir la barre mythique officiellement. Ca fait grincer des dents mais aucune déception ne se dégage de mon test. Je reste satisfait de sa réalisation. Par contre, je vais être obligé de revenir l’année prochaine pour retenter ma chance. Je ne perds pas espoir, bien au contraire!

Tout juste le temps de descendre de la machine que j’étais convoqué pour un contrôle anti-dopage. J’ai quand même pu récupérer un peu et faire la remise des récompenses avant de retourner donner mon sang et mes urines à la science. Sur le reste de l’après-midi nous avons signé quelques autographes (avec Stany et Pierre) avant de prendre le Bus et rejoindre l’aéroport de Roissy.

Au bilan, un podium 100% « supers héros ». Deux autres LXMENs viennent compléter le podium de l’épreuve PL : Pierre (Houin) deuxième avec un beau 6’06 et Stany, troisième avec un honorable 6’11.

Nous avons réglé les bateaux ce matin. La reprise de la musculation cette après-midi risque de laisser des traces. A suivre ! Pour l’instant les températures sont moins intenables que l’an dernier. Pour éviter les grosses chaleurs nous allons néanmoins partir de bonne heure (6h) pour assurer le coup. C’est donc parti pour trois semaines de folie à l’autre bout du monde. Rendez-vous dans une semaine pour un premier compte-rendu.

Bonne soirée.

Good evening.

We made it safe and sound in South Africa. I slept the whole flight. A miracle! I had to because Friday and Saturday were very busy. I was not the only one who went to Paris on Thursday evening. Four of us were there and we trained the next morning at Boulogne-Billancourt Rowing Club. Their training facility is amazing and it is every bit as good as the prestigious British clubs. Some medias were invited to take photos or interviews during the session. We barely had the time to change and eat something at the hotel that we had to go to the stadium for a press conference organized by the federation. The Technical Director (equivalent of a High Performance Director) assessed the 2015 season before the women, men and lightweight head coaches took the floor. A few interviews with the athletes followed and we left for the hotel. It happened at just the right moment. I was getting tired.

When I woke up on Saturday morning, I weighed myself to avoid any problem this year during the official weigh-in. We did not arrive on-site too early. We took our time to have breakfast and pack our bags. We took the metro and one station later we were at the stadium. We had a private room to warm up and drop off our bags. As usual, I started to warm up an hour before the test. I felt good. The sessions leading to the test went well. I can’t compare it to last year where I was exhausted before the test. All the lights were green and I could think of officially (in an indoor competition) go under 6 minutes.

When we entered the call room, our heavyweight fellows were finishing their 2k test. Matthieu Androdias won in 5’46’’8. The ergs were warm enough! There was a bit of delay so we had very little time to set our machines and finish our warm up routines. A quick start procedure and I did not react fast enough. After a 10 stroker, I went into my rhythm at a steady 1’30/500m. Everything went well and I followed my coach instructions and waited for the last 300m to sprint. At that moment I thought I would break 6 minutes again. I had some energy left and I was ready for the final sprint. But no! The mind is stronger that the body and the latter gave up on me in the last meters. The final score was 6’00’’4, a new official French record but not what I expected. It is a bit frustrating but I have no regret. I am satisfied with the way I did that test. However, I will have to come back next year to try again and break officially the 6minutes barrier! I will not give up.

I was only just done with the test that I had to go for an anti doping control. I managed to cool down a bit, pick up my medal and then I went back to the control room to give my blood and urine to science! In the afternoon, we spent some time signing autographs with Stany (Delayre) and Pierre (Houin) before hopping on the bus to Charles de Gaulle Airport.

Standing on the podium with me were two other “superheroes”. 100% LXMENs for gold, silver and bronze as Pierre took the 2nd place in a stunning 6’06 and Stany took the bronze with a decent 6’11.

We have rigged the boats this morning. We are going to lift weights this afternoon and it won’t be an easy one. Might have sore muscles tomorrow! So far, the temperature is not as bad as last year. To avoid the heat, we will go early in the morning (around 6am) to make sure we don’t get burnt!

Here we go. 3 weeks of fun and hard work on the other side of the world.

Stay connected for a 1st week report.

Have a good evening

Traduction : Julien Bahain


Happy New Year !

10/01/2016
Crédit Photo : Lionel Piquard

Crédit Photo : Lionel Piquard

Bonsoir, comme chaque année l’heure du bilan est arrivée. Mais juste avant voici une petite rétrospective sur la quinzaine écoulée.

Les derniers jours sur Lyon n’ont pas été trop pénibles pour finir cette année 2015 : j’ai fini mon activité au cabinet le jeudi en début d’après-midi. Ma voiture était déjà prête et chargée pour que je puisse directement filer au tramway après mon dernier rendez-vous, sans repasser par la maison et risquer de me mettre en retard. En arrivant à la Gare les lieux étaient presque déserts. Assez étonnant pour un 24 Décembre ! Juste avant de rejoindre le quai j’ai croisé un ancien camarade du Lycée. Assez incroyable de se voir presque 10 ans après alors que nous nous étions perdus de vue et qu’il était juste de passage sur Lyon. Une heure plus tard les vacances pouvaient enfin commencer sur Avignon. Pendant ces quelques jours de congés j’ai réussi à croiser tout le monde. La météo n’a pas été franchement bonne par contre, mais nous avons évité la pluie. Heureusement le séjour a quand même été ressourçant, et le programme d’entrainement a été allégé en conséquent pour recharger au mieux les batteries.

Je suis remonté sur Lyon dimanche dernier dans la soirée. J’ai dû assurer ma journée au cabinet le lendemain contrairement à ce qui était prévu. Car malheureusement pour moi, la personne sensée me remplacer pendant le stage dans le Jura s’est désistée au dernier moment. Impossible bien sûr de trouver quelqu’un en urgence dans une situation pareille. Heureusement que mes collègues ont pu s’organiser pour absorber mes autres rendez-vous de la semaine. Ils m’ont sorti d’un sacré pétrin et je les en remercie grandement. Malgré cette péripétie j’ai pu regagner les montagnes et le reste de l’équipe pour le premier regroupement de l’année. Les chutes de neige sont arrivées juste pour nous. Depuis le début les conditions ne sont pas exceptionnelles mais nous arrivons à skier tous les matins, c’est l’essentiel. La reprise des C2 après un mois de C1 n’a pas été très appréciée. Quelques belles courbatures sont venues se rajouter. J’ai aussi eu droit à un petit contrôle anti-dopage (vendredi midi). Les bases sont donc posées pour entamer cette saison 2016 qui s’annonce palpitante.

Revenons maintenant sur la saison 2015. Outre les titres honorifiques et les diplômes, les performances sur l’eau et à l’ergomètre ; il restera surtout la fierté d’avoir appartenu à un groupe, et pas n’importe lequel, celui des LXMENs, où chaque individu se sera mis au service du collectif pour qu’in fine, chacun reparte de Savoie avec une marseillaise, un petit bout de métal doré, des souvenirs pleins la tête, quelques ampoules aux mains et une sacrée bande de potes !

Je profite aussi de cet article pour vous souhaiter une excellente année 2016 mais surtout pour vous remercier de votre soutien et de vos messages.

Bien à vous !

Hi everyone. At the beginning of every year, it is time to assess the past one. But before we start, let’s talk about the past 2 weeks.

The last days of 2015 went well in Lyon. I finished working at my practice on Thursday afternoon. My car was already packed and ready to go so that I could go straight to the tram after my last consult. No need to go back to my place with the risk of missing my train. The railway station was surprisingly empty on a Christmas Eve. I was about to walk to my platform when I came across a school friend. 10 years without seeing each other. It was great to bump into him while he was passing through Lyon. An hour later, my holidays finally began in Avignon. I managed to see everyone during the break. The weather was not the best but at least it did not rain. I took advantage of a light training program to recharge my batteries.

I went back to Lyon last Sunday evening. Unlike what was planned, I had to work the next day at the practice. Unfortunately for me, the person who was supposed to replace me during the training camp stepped aside at the last minute. It is almost impossible to find someone in such a short amount of time. My colleagues managed to modify their schedules to absorb my appointments for the rest of the week. They helped me to get out of a real mess and I would like to take the opportunity to thank them. I joined the rest of the team in the mountains for the first training camp of the year. It snowed on the very day we arrived. We do not have the best conditions ever but we can cross-country ski every morning. That is the most important. After a full month of a power weight program (C1), we went back to our traditional endurance weight session (C2) and my muscles did not like the change. On top of skiing, it made my muscles very sore. I had my first doping control last Friday. The “doping control-meter” for 2016 is on and it is the sign of a thrilling season.

Let’s talk about the 2015 season. Besides the honorary titles, the degrees, the performance on the water and on the erg, what I remember and am proud of was to be part of a group, not just any group, but the “LXMENs”! A group where every individual contributed to the team and ultimately we all left Aiguebelette (World Championships) with a national anthem, a shiny piece of metal, great memories, a few blisters on our hands and an awesome group of mates!

Let me also take the opportunity to wish you all a happy new year but also to thank you very much for your support and your messages.

Cheers.