Bourges 2017

05/06/2017

Crédit Photo : Nadia Boudoux

Heureusement que le lundi de Pentecôte existe pour vous écrire ces quelques lignes.

Comme annoncé dans mon précédant article, la semaine a été chargée. Nous sommes rentrés le lundi de Racice. J’ai juste eu le temps de poser mes valises, laver mon linge, qu’il était temps de repartir. Je ne suis même pas resté 48h sur Valenciennes. Après mon passage éclair dans le nord je suis donc descendu sur Lyon. J’y étais attendu pour une intervention au sein du groupe April. L’entreprise organisait ce jeudi un séminaire pour ses collaborateurs. Ce fut une superbe journée. La météo permit de respecter le programme et de faire découvrir l’activité. Après ce moment de partage il fallut reprendre la route. Le club me récupéra vendredi matin. Direction Bourges et le championnat de France bateaux longs. J’y étais inscrit en double avec mon coéquipier de l’an dernier Julien Gazaix. Même si nous n’avions pas pu ramer ensemble avant ce week-end, notre ambition était claire : conserver notre titre fièrement acquis en 2016. Mais passer du statut d’outsider à celui de favoris n’est jamais simple. Surtout en ne disposant que d’une sortie sur le Val d’Auron pour accorder nos violons. Heureusement, la série et la demi-finale permirent de retrouver quelques repères. Hier, nous nous sentions prêts : les jambes répondaient bien depuis le début, les sensations étaient de plus en plus fidèles à celles de Gravelines…Mais avec, cette fois, des conditions de navigation idéales. Tout était donc réuni pour que nous prenions un maximum de plaisir sur cette finale. Et ce fut le cas ! Après un excellent départ et une belle empoignade sur le premier 1000m, nos attaques dans le troisième 500m payèrent assez pour nous assurer la victoire. Mais la fréquence continua qu’augmenter, l’intensité aussi. Comme si le seul plaisir de gagner ne suffisait pas. Chaque coup fut donné comme s’il s’agissait du dernier, jusqu’à ce que la corne retentisse et nous libère. La joie put alors prendre le relai. Un nouveau tee-shirt, une nouvelle médaille, un nouveau fanion, et encore une superbe aventure humaine avec mon coéquipier de club et mon entraineur.

Nous sommes rappelés ce mercredi avec l’équipe de France. Cette fois sur Aiguebelette pour préparer la coupe du monde de Poznan. Le temps passe trop vite décidément…

Voici le lien vidéo pour revivre notre course (à partir de 1h40’30).

Bonne soirée.


Une médaille à la faim !

11/09/2016

Une médaille à la faim

Ce fut un long silence mais de très belles vacances ! Presque un mois sans vous donner de nouvelles. Le temps passe vite !

Après deux semaines sur Avignon et une semaine en Corse, je retourne demain matin sur Lyon pour ma « pré-rentrée ». L’agenda est bien rempli. Les déplacements sont nombreux et les sollicitations encore au cœur de mon actualité. Je ne sais pas combien de temps cela va durer mais je prends toujours autant de plaisir à répondre aux invitations.

C’est aussi la reprise de l’entrainement. J’espère que le corps a une bonne mémoire parce qu’une chose est sure…..il s’adapte au besoin ! Je ne fais pas forcément allusion aux kilos repris mais plutôt à la condition physique.

Je n’ai pas encore touché une pelle d’aviron mais j’ai repris le sport. La « vraie » reprise en bateau devrait se faire demain…Attention aux ampoules ! J’ai déjà éprouvé quelques courbatures malgré tout. Notamment après mes séances de course à pied et de musculation. Pire encore, j’ai fait ma première séance d’ergomètre ce matin. Juste risible. Heureusement que j’étais de bonne humeur parce que le score n’aurait jamais laissé croire qu’un mois plus tôt nous gagnions les JO.

Voici le lien d’un article écrit par Benjamin Lang, membre du 4- français à Rio. J’ai eu plaisir à lire ce récit, son récit. Un beau témoignage et une superbe plume. C’est une fierté pour l’aviron français de prouver que notre sport et le haut niveau ne nous transforment pas qu’en machines à ramer, la preuve en est !

Je profite aussi de l’occasion pour partager un projet né il y a quatre ans. Après de longues heures d’écriture, de relecture, de correction et d’aide ; j’ai enfin terminé l’ouvrage. L’idée première était d’écrire pour ne pas « tout oublier » le jour où ma carrière s’arrêterait. Puis, avec le temps, la matière fut suffisante pour proposer un récit plus complet, où tout le monde pourrait d’identifier. Ce texte est donc un retour d’expérience sur mes années de régime. Le rameur étant livré à lui-même dans cette épreuve, je présente à travers des situations vécues mon ressenti. Chaque partie est illustrée d’anecdotes et de conseils. Enfin, à travers mon témoignage j’invite le lecteur à s’interroger sur son corps et ses besoins.

En finissant l’écriture je pensais avoir fait le plus dur, mais il semblerait que trouver un éditeur consentant pour porter le projet soit autrement plus compliqué. Je m’en remets donc à vous, si toutefois vous connaissez des personnes susceptibles de m’aider.

Pour conclure, j’adresse un message de félicitation à notre délégation « handi » qui nous ramène de Rio : une belle médaille de bronze pour le 2x, et une belle huitième place pour le 4+.

Bonne soirée !

A long silent moment but very nice holidays ! Almost a month without news! Time flies! 

After two weeks around Avignon and one week in Corsica, I am going back to Lyon tomorrow morning for my « pre-return. » The agenda is full. Many travels and requests still at the core of my life. I do not know how long it will last but it’s always with the same pleasure that I reply to the invitations.

It also started training again. I hope the body has a good memory because one thing is sure … it adapts to the needs ! I’m not necessarily referring to additional kilos but rather fitness.

I have not yet touched an oar but resumed with sporting activity. The « real » come back in the boat should be tomorrow … Beware of blisters! I have nevertheless already experienced some soreness. Especially after my running and weight training sessions. Even worse, I had my first erg session this morning. Just ridiculous. I luckily was in a good mood because the score would never have suggested that a month ago we won the Olympics.

Here is the link to an article written by Benjamin Lang, member of the French 4- in Rio. I enjoyed reading this story, his story. A nice testimony and a great pen. French rowing can be proud to prove that our sport and the high level do not transform us into rowing machines!

I also take this opportunity to share with you a project born four years ago. After long hours of writing, proofreading, editing and assistance, I finally completed the book. The first idea was to write so as not to « forget everything » when my career will stop. Then, across time, the material was sufficient to provide a more complete story, with which everyone can identify. This text shares my experiences on years of diet. As the rower is on its own in this struggle, I present my feelings through situations I experienced. Each part is illustrated with anecdotes and advice. Finally, with this testimony I invite the reader to question him/herself about the body and its needs.

When I finished writing I thought the hardest part was done, but finding a publisher proves to be far more complicated. So, if you know anyone that could help me, I leave it up to you.

Finally, I want to congratulate our para-rowing delegation that brings back from Rio a beautiful bronze medal in the 2x and an eighth place in the 4+.