De Cazaubon à Romans sur Isère !

22/04/2015
Crédit Photo : Béatrice Michel

Crédit Photo : Béatrice Michel

Bonsoir, après une longue semaine sans nouvelles je décide enfin de vous écrire.

Même s’il se fait un peu tard, voici quelques impressions de cette fin de week-end gersois. Mais quel week-end ! La finale aura amené son lot de surprises. C’est néanmoins dans des conditions de navigation difficiles et physiques que tout s’est joué. Le vent n’a cessé de monter en intensité sur la matinée. Le temps d’effort allait forcément s’allonger et préconiser une gestion un peu différente. C’est toujours déstabilisant de partir à l’échauffement et d’entendre la voie du speakeur résonner sur les berges. Plus vous vous éloignez de la tour d’arrivée et plus vous avez du mal à percevoir les sons, jusqu’à ce que le contenu devienne inaudible, et laisse de la place à votre esprit pour focaliser votre attention sur votre course ! Le calme intérieur peut alors se faire et la méditation peut commencer. Par visualisation mentale vous anticipez tous les scénarios possibles et imaginables. Leurs solutions viennent de paires. Ces projections fictives vous rassurent et vous donnent un contrôle sur la situation. Pendant ce temps le corps commence à suer et suivre à la lettre la routine d’étirements qui finalise le réveil de vos muscles et de vos tendons. La tête et les jambes sont progressivement mises en alerte pour qu’au départ de la finale vous soyez à 100% de vos capacités physiques et cognitives. La mise à l’eau reste un de mes moments préférés. J’aime écouter les derniers conseils de mon entraineur. Malgré les saisons qui passent le rituel reste le même : quelques mots mais surtout une complicité non-verbale façonnée par le temps, la confiance et le respect. L’heure arrive mais le stress n’a toujours pas fait son apparition. Le discours de mon coach vient clairement annihiler le poison. La monté au départ se fait lentement. Je prends systématiquement le temps de m’arrêter pour voir les courses passer. Certains sens se sont mis en veille. Le bruit ne semble plus être un élément perturbateur. Je suis dans ma bulle. Cet état second répond aux besoins de la situation. Vous devez, dans des situations de stress dites maximums, rester émotionnellement stable pour exploiter votre potentiel sans vous laisser dépasser par l’enjeu. C’est en partie le rôle du discours de l’entraineur mais le rameur doit aussi s’entrainer à le sentir, le ressentir et l’éprouver. L’alignement s’est fait à l’heure. J’étais encadré par Stany et Pierre, le scénario idéal. L’arbitre appela les équipages puis engagea la procédure de départ. Au moment où le drapeau s’est levé le temps sembla s’arrêter : votre acuité visuelle augmentait, votre rythme cardiaque aussi, vous muscles étaient prêts à se globuliser, vous contrôliez au maximum votre respiration pour être prêt à bloquer votre souffle dès que le moment serait venu. Quelques secondes s’écoulèrent et les six bateaux partirent au signal. Aucune retenue sur les premiers coups de pelles ! L’objectif est clairement de sortir la coque de l’eau rapidement pour ensuite poser son geste et entretenir la vitesse. Après 500m les premiers écarts semblaient déjà se creuser. Je pointais légèrement en tête alors que Stany et Pierre se livraient la même bataille que la veille. Damien quant à lui accusait un léger retard tout en restant dans la course à la médaille. Au passage de la mi-course la physionomie restait inchangée. Je réussis alors à m’extirper du reste du peloton. Je comptais chaque coup en pensant au suivant. A l’entrée des derniers 250m je semblais hors de portée. Il me fallait assurer techniquement pour franchir la ligne en tête. Derrière la bataille pour la seconde place entre Pierre et Stany continuait d’opérer. L’avantage tourna finalement au Toulois. A l’issue de ces 2000m de course je signe un sixième titre consécutif. Pierre devient mon nouveau dauphin. Stany complète le podium (voici le Lien pour revoir la course : à partir de 2h57′).

La reprise du travail s’est bien passée. Celle de l’entrainement a été nettement plus dure.

Depuis Lundi nous sommes à Romans sur Isère pour un stage de six jours avec l’Equipe de France. La saison internationale va bientôt arriver. Suite au championnat et à la nouvelle hiérarchie établie en skiff, des essaies et des tests vont être faits en double avec Pierre et Stany sur le mois de Mai. Les critères d’évaluation ont été définis et nous ont été annoncés avant-hier lors d’une réunion. Il leur incombe de mettre en place un système prônant l’équité et le respect du sportif. A l’issue du regroupement sur Bellecin l’encadrement prendra une décision finale. Si les conditions météo ne permettent pas des comparaisons objectives entre les deux compositions, un essai sur le championnat d’Europe se fera avec Pierre.

Je vous rassure, l’ambiance reste bonne malgré le contexte.

Excellente soirée !


En route pour la Grande Finale !

11/04/2015
Crédit Photo : Eric Marie

Crédit Photo : Eric Marie

Bonsoir, l’attente est maintenant terminée. Place à la grande finale. Nous voici dans le dernier carré. L’intensité sera à son comble demain matin, à 11h50 précise, à la digue. Un rendez-vous que nous attendons et préparons tous depuis des mois. Des heures d’entrainement, d’abnégation, de rigueur pour exhiber en sept minutes d’efforts notre valeur individuelle. Les deux premières places restent l’objectif de tous pour intégrer le double sur la saison internationale. Au vu des premiers parcours la catégorie se densifie d’année en année. Les Jeunes poussent fort. L’émulation est saine mais la concurrence de plus en plus rude. Tous les éléments semblent réunis pour vous offrir un beau spectacle.

Je serai demain ligne d’eau 4, entre Stany (Delayre) et Pierre (Houin). Une configuration qui me plait après analyse des résultats des demi-finales (même s’il faudra aussi se méfier de Damien et des autres). Me concernant la forme est vraiment bonne depuis le début de ces championnats. Les kilomètres de cet hiver paient. Je me sens bien techniquement et le moral est bon. Je dors bien et passe les pesées sans m’en inquiéter. Je suis pressé de prendre les rames. L’enjeu est de taille avec un sixième titre consécutif à la fin des 2000m en cas de victoire. Ce petit challenge supplémentaire me galvanise plus qu’il ne me stresse.

Voici le Lien pour suivre toutes les courses en Direct !

Bonne soirée.


Bien arrivé à Cazaubon !

09/04/2015

Nous y sommes ! Le premier grand rendez-vous de la saison débute demain matin. Une marée de skiffs et de pair-oars se sont progressivement posés sur les berges du lac de l’Uby. Depuis Septembre nous attendons tous ce championnat. C’est ici que tout commence ou tout finit. C’est la dernière chance pour accéder à un collectif France et goûter au plaisir d’une saison internationale en Bleu-Blanc-Rouge. Les organismes seront mis à rude épreuve pour offrir le plus beau des spectacles aux supporters venus de loin. C’est aussi l’occasion de croiser les générations entre Juniors et Séniors. La météo devrait être à la hauteur de l’événement, parfaite !

Je n’ai rencontré aucun problème dans ma préparation. Les conditions de navigation à Lyon ont été idéales  pour travailler sereinement. Tous les kilomètres ont été faits à l’exception du B4 de dimanche où les moutons balayaient les eaux de Miribel (et donc réalisé sur l’ergo). Pendant ce temps les autres rameurs du Pôle ont fait un stage sur Aiguebelette pour s’assurer un bassin de qualité. Je n’ai pas pu y participer à cause d’une formation d’ostéopathie. En contrepartie j’ai eu la visite de l’entraîneur national. Le lundi de Pâques a été bénéfique pour la récupération je pense. J’ai traîné un peu de fatigue et de manque de sommeil ces dernières 48h ; notamment à cause de mes activités administratives et comptables. Mais je suis à jour, c’est l’essentiel. Encore une bonne nuit de sommeil et je serais à 100%.

La réunion des délégués ne rapporte aucun changement pour nous. Je prendrai donc le départ demain matin à 10h25, en pôle-position, pour 2000m en contre-la-montre.

Bonne soirée !


Stage à Romans !

25/04/2014

Stage à Romans

Bonsoir, Cazaubon clôturait la préparation hivernale et lançait la saison internationale…mais l’attente risque d’être encore longue. Il faudra contenir notre frustration jusqu’à fin Mai avant de nous envoler pour le championnat d’Europe. Pour l’instant le travail foncier prime : les longues sorties et les séances de musculation rythment notre quotidien.

A mon retour des « Frances » j’ai remis ma blouse de kiné pour trois petits jours. J’ai fini la semaine par une formation d’ostéopathie. L’enchainement et la décompression du week-end gersois me valurent un bon coup de pompe. Mais la forme est bien remontée depuis.

Nous étions en stage à Romans ces cinq derniers jours. Ce mini-regroupement était là pour gonfler notre kilométrage en bateau. Nous étions en effectif réduit (cf : photo). Au programme, du double, du double et encore du double avec Stany. C’est avec joie que j’ai retrouvé mon coéquipier des deux dernières saisons. Nous n’avions pas eu l’occasion de ramer ensemble depuis Séville (fin Février). Nous étions donc impatients de reprendre du service. Après quelques kilomètres les sensations sont de suite revenues. Le corps a décidément une bonne mémoire. Nous étions hébergés sur la base nautique. Le petit-déjeuner se faisait sur place alors que les autres repas se prenaient à l’extérieur. Le climat et les conditions de navigation nous ont permis d’allier quantité et qualité sur chacune des séances. Malgré la rapidité de notre séjour dans la Drôme nous avons eu droit à un contrôle anti-dopage. Et de trois pour cette saison 2014, What else ! Je crois que je suis sur les bases d’un nouveau record.

Nous sommes rentrés ce midi sur Lyon. C’est reparti pour dix jours de skiff avant de reprendre la route en direction du Jura cette fois. C’est là-bas que nous séjournerons pour notre prochain stage. Il viendra renforcer notre préparation du championnat d’Europe. Avec toutes ces absences en perspective j’ai nettement diminué mon activité professionnelle. Mes contraintes professionnelles ne devraient pas peser lourds dans la balance la semaine prochaine.

Voici le lien pour revivre la finale de Cazaubon !

Bonne soirée


L’Or en Finale !

15/04/2014
Crédit Photo : Sandra Flao

Crédit Photo : Sandra Flao

Enfin quelques minutes pour vous écrire ! Difficile d’imaginer meilleure issue sur l’ensemble du week-end : une cinquième victoire et une nouvelle saison en double avec mon compère Stany Delayre. Voici le bilan de ce championnat de France. Un cocktail de joie, d’émotions et de belles perspectives pour les quatre prochains mois.

A l’échauffement de la finale j’entendais au loin la voie du speaker. Son discours endiablé annonçait les résultats en direct. Les records tombaient les uns après les autres. Le vent soufflait dans l’axe du bassin. Les conditions semblaient favorables voir idéales pour réaliser un chrono. Mais la priorité n’était pas là.

L’entame du championnat me laissait espérer une belle finale. Tout le travail technique et physique de cet hiver payait. Pendant le footing d’échauffement quelques regards se sont croisés. Certains paraissaient crispés, d’autres plus sérieux. Avec les années vous finissez par connaitre les habitudes de vos adversaires, leur rituel, leur ponctualité. De mon côté la mise en route se fait en trois temps. C’est une vraie gamme montante. Un échauffement au sol, un discours de l’entraineur, et un échauffement sur l’eau. La mise à l’eau reste mon moment préféré. Vous avez déjà la stratégie en tête mais ici, le non-verbale fait le reste. La complicité qui lie l’entraineur à son rameur accapare tout l’espace. C’est à chaque fois un moment spécial. Impossible de mettre des mots sur les émotions mais ces quelques secondes suffisent à elles-mêmes pour booster votre moral et faire exploser votre combativité.

Le départ fut retardé de quelques minutes pour que l’organisation puisse coordonner au mieux les cérémonies protocolaires et le suivi des caméras vidéo. Une fois amarré au ponton, je pris le temps d’enlever les couches de vêtements inutiles et de boire une dernière gorgée. L’arbitre appela ensuite les équipages et entama la procédure de départ. Le drapeau s’abaissa et les avirons claquèrent dans les dames de nage. Concentré dès les premiers coups sur ma technique, mon attention fut néanmoins détournée après cent mètres de course. Un bruit suivi d’un cri attira mon regard sur tribord. A la ligne d’eau 5, Damien venait de chavirer ! Triste sort pour l’Annécien qui jouait une place pour le podium. L’incident ne perturba pas longtemps le reste du peloton. A la mi-course je comptais déjà de l’avance sur mes poursuivants. Stany et Alexandre pointaient juste derrière, à une longueur. Le scénario ressemblait à la finale d’Aiguebelette : à chaque coup de pelle je me détachais un peu plus de mes adversaires. Je n’ai pas lancé de série, je me suis surtout appliqué à donner le maximum à chacun de mes coups. A l’entrée des derniers 500m de course mon avance m’assurait, sauf accident, la victoire. Derrière aussi les écarts commençaient à se faire. Stany pointait en deuxième position après un beau duel avec Alexandre. Le Bip finale arriva quelques secondes plus tard. La remise des médailles fut un pur moment de bonheur.

La saison internationale va enfin pouvoir commencer. Je suis pressé de reprendre du service en double. Nous devrions reprendre les rames dès la semaine prochaine pour un premier stage d’entrainement sur Romans. Affaire à suivre….

C’est maintenant le moment de vous remercier. Merci pour vos messages, cartes, mails, sms, encouragements, pigeons voyageurs, nuages de fumée…..Votre soutien me permet d’avancer chaque fois que les coups de Blues se font sentir. Encore une fois MERCI !

Bien à vous !


Demi-finale sur Cazaubon !

12/04/2014
Crédit Photo : Média Aviron

Crédit Photo : Média Aviron

Bonsoir, la compétition bats son plein. La deuxième journée s’achève et livre son lot de surprises. Mais avant, petite rétrospective sur les parcours d’hier. Dans la matinée le contre-la-montre permit au 24 meilleurs temps de continuer l’aventure. Il permit aussi d’établir le tirage des Séries du soir. Coté météo, quelques éclaircis ont percé avant de s’imposer définitivement en fin d’après-midi. Mais le vent souffle sans interruption. Principalement pour, il s’est accompagné de risées et quelques bonnes vagues, mais aussi de bons chronos. Les sensations retrouvées sur le lac de l’Uby sont identiques à celles travaillées à l’entrainement la semaine dernière. Le physique répond à merveille et les écarts sont plutôt à mon avantage pour l’instant. L’intensité prend un cran de course en course. La demi-finale de ce matin ressemblait étrangement à la finale d’Aiguebelette. Nous étions quatre de la zone Sud-Est à courir pour une place en finale : je retrouvais Alexandre Pilat, Edwin Desuzinge et Quentin Varnier. Même la physionomie de la course resta fidèle à notre dernière rencontre. Alex et moi avons longtemps navigué de concert. L’écart avec le reste du peloton s’est creusé jusqu’à la mi-parcours. Après de nombreuses relances dans le troisième 500m mon principal rival me concéda une poignée de seconde, m’assurant la victoire à l’issue des 2000m de course. L’autre demi-finale fut remportée par mon compère Stany Delayre. Il semble décidemment revenu à son meilleur niveau. Grosse déception pour Pierre Hoin qui ne parvient pas à terminer dans le trio de tête.

Dans le clan Avignonnais il semble que ma coéquipière Marion Coffigniez soit au meilleur de sa forme. Elle remporte sa demi-finale avec la manière. Viens s’ajouter la belle prestation de notre juniore 1 qui se classe 15ème. Un résultat prometteur pour l’année prochaine.

Ma Finale courre demain matin à 11h50. La Fédération a mis en place huit caméras pour diffuser l’évènement en Direct. Voici le Lien !

Bonne soirée !