Stage à Lyon !

01/05/2013

26340_10200756300568547_1303309203_n

Bonsoir, voici les nouvelles de cette dernière quinzaine. Sur la semaine qui a suivi Brive je suis descendu sur Avignon (du jeudi au dimanche). Pour se faire j’ai dû organiser mon activité au cabinet. Pour cause, il est de mon devoir d’assurer la continuité des soins de mes patients. J’ai donc remis la blouse blanche le lendemain de ma finale dans l’anonymat le plus complet. J’aime ce décalage ! Il pourrait être vécu comme une « injustice » mais au contraire, il apporte du sens et de la profondeur au reste. Tel des soldats de l’ombre, nous agissons sans bruit. La réalité peut sembler cruelle mais les bénéfices sont là : l’aviron est identifié comme un sport propre, dur et émérite.

Une journée d’entrainement sur Marignane s’est ajoutée à mon séjour. Objectif : préparer la Coupe de France en 4x. La mauvaise météo ne nous a pas empêchés de travailler. Pour cet évènement, chaque Ligue doit composer un 4x ou un 8+ avec ses meilleurs éléments. C’est l’unique rendez-vous de la saison où toutes les catégories (Cadet à Sénior) se croisent. C’est le moment le plus propice aux échanges intergénérationnels et au partage d’expérience.

Nous étions en stage sur Lyon la semaine dernière. Mon coéquipier des JO avait fait le trajet depuis Bergerac. Malgré une météo incertaine les sensations sont vite revenues. Nous avons profité de ces quelques sorties pour essayer un nouveau jeu de pelles. Le constructeur est différent, les repères aussi, mais le feed-back est plutôt positif. Il est probable que nous les gardions jusqu’au championnat du monde. Encore un mois d’attente avant les championnats d’Europe. Il va falloir être patient !

Bonne soirée !


Finale à Brive !

16/04/2013

Finale Brive

Bonsoir et merci pour vos messages d’encouragements et de soutien. Nouvelle année et nouveau cadre pour défendre le titre. Malgré de bonnes températures et de bels éclaircis, la navigation fut laborieuse tout au long du week-end. L’anémomètre a fonctionné sans interruption. Même si les rafales de vent n’ont pas perturbée l’organisation, elles auront bien souvent déstabilisé, gêné et surtout inhibé la notion de plaisir. Sur l’ultime course de ce rendez-vous corrézien, le bassin s’est dégradé au fil des heures : les risées se sont progressivement transformées en rafales. Pour notre finale (comme pour beaucoup d’autres), les conditions laissaient à désirer.

Avant d’amener les pelles au ponton le rituel commençait : l’entraineur me donnait les dernières consignes. Depuis mes premières courses en skiff cadet le discours n’a pas pris une ride. Chaque mot est pesé. Les phrases sont courtes, le message puissant. Le « speach » rencontre de suite l’effet attendu. C’est toujours avec un semblant de larme à l’œil que je m’éloigne de la rive. Le rameur reste concentré sur l’objectif mais les émotions sont là. L’alchimie opère déjà. « N’oublie pas, décontracté mais déterminé !!! Fais-toi plaisir, allez Jéjé !!! ». Ces dernières phrases continuent de résonner dans ma tête. Je les rumine et les passe en boucle tel un refrain. Je suis maintenant dans ma bulle. Toute ma concentration est focalisée sur ces paroles et la stratégie de course. Je suis déjà dans la course…

Au ponton de départ, l’attente fut courte. Je tournai une dernière fois la tête pour observer mes adversaires. Le feu rouge s’alluma ! Une longue expiration précéda le passage au VERT. Les premiers coups de rame furent donnés sans retenue. Pas le temps de regarder à coté pour l’instant, le vent nous rabattait constamment sur la ligne de bouées, la priorité était à la technique. La trajectoire devait être faite dès le début. Une fois ces paramètres réglés, l’attention allait se porter sur mes adversaires et les consignes de mon entraineur. La stratégie prenait en compte la physionomie du bassin : le vent soufflait en rafales et de travers, notamment dans le dernier quart de course. Il devenait donc vital d’arriver, si possible, avec de l’avance avant les bouées rouges. En ces termes, je n’ai cessé d’attaquer sur cette finale. Il fallait s’extraire au maximum du reste du peloton pour assurer techniquement la fin de parcours. Ce fut dans le troisième 500m que mes efforts portèrent leurs fruits. Je réussis à gagner du terrain sur mes poursuivants. Les calcules de l’entraineur furent bon car la fin de course avait un semblant d’apocalypse. Après 2000m d’acharnement, je franchis afin la ligne d’arrivée ! Mon coéquipier des JO (Stany Delayre) conserva sa place de dauphin et Damien Piqueras vint compléter le podium. A ce moment, le temps s’accélère : la remise des récompenses, puis le chargement de la remorque et enfin la route du retour.

Encore merci pour votre soutien !


Brive !

13/04/2013
Crédit Photo : FFSA

Crédit Photo : FFSA

Bonsoir à tous, pour la première année j’arrive à bénéficier d’une connexion internet sur le championnat de France. Je remercie donc mon coéquipier de club Maxime Goisset pour l’accès WIFI. Avant de revenir sur les dernières courses il est important de préciser que la préparation s’est achevée dans la sérénité. Les voyants étaient donc au vert pour débuter la compétition dans de bonnes conditions. La première journée comptait deux parcours : la tête de rivière et les quarts de finale. Malgré une météo capricieuse l’organisation globale ne fut pas perturbée. Le contre la montre fut l’occasion de confirmer mes sensations en skiff des derniers jours. Le bassin laissait la possibilité de s’exprimer physiquement et techniquement. A la fin des 2000m de course la SNA trustait les deux premières places au classement (1er et 2ème pour Maxime et moi). Sur l’après-midi, le ton allait être différent. Les billets pour les demi-finales restaient chers et chacun allait tenter sa chance pour finir dans les trois premiers. Malgré un bassin agité par le vent et la vague, nous remportions respectivement nos manches. Ce fut un sans faute dans le camp avignonnais sur l’entame de la compétition.

Aujourd’hui couraient les traditionnelles demi-finales. Les compteurs étaient remis à zéro. A chaque course sa stratégie. Sur la ligne de départ l’objectif était clair : partir vite et se mettre rapidement à l’abri. La navigation semblait difficile sur les derniers 200 mètres, il était donc impératif de s’extraire du peloton plus tôt pour s’appliquer en fin de parcours. Ce fut chose faite après une première partie de course agressive. La tactique offensive produit rapidement ses effets et me permis de conclure la course en tête. Dans l’autre course Maxime termine troisième et se qualifie aussi pour la grande finale.

L’heure est à la récupération. La finale courra demain à 11h50. Cette année les courses pourront être visionnées sur la chaine Dailymotion de la FFSA. Voici le lien !

Bonne soirée.


Brive !

06/06/2011

Crédit Photo : FFSA

            Bonsoir, voici un petit résumé de mon week-end en Corrèze. Nous sommes partis jeudi matin avec le club. En arrivant sur le lac du Causse nous sommes montés sur l’eau pour travailler nos départs et faire quelques accélérations. Cette année encore nous nous sommes fait prêter un double de la marque Stämpfli. C’est dans cette même coque que nous avions remporté le bronze au Creusot l’an passé. Ce bateau à l’avantage d’être stable et d’avoir une bonne rigidité, ce qui le rend confortable et nerveux sur les phases d’accélérations.

            Sur le contre la montre nous arrivons, avec mon nouveau coéquipier, à nous classer troisième. Nous réussissons à remporter notre série le lendemain matin. La cohésion s’améliorait de course en course. Nous avons avalé ces deux premiers parcours à 34 coups d’aviron par minute. La dernière journée était la plus stratégique avec une demi-finale le matin et la finale quelques heures pus tard. Les conditions météos ont toujours été correctes sur le week-end et la pesée ne fut qu’une formalité ! En demi-finale nos principaux adversaires étaient Lille et Versailles. Nous réalisons une excellente course en finissant dans le trio de tête. Nous validons ainsi notre billet pour la grande finale. Malgré l’enjeu de la demi-finale nous avons réussi à jauger  nos concurrents tout en nous économisant. En montant au départ pour la finale la stratégie était simple : profiter de notre place à la ligne d’eau 1 pour créer la surprise et sortir notre carte d’outsiders. Un vent favorable était en train de se lever mais le bassin restait d’huile. L’arbitre appella les équipages dans l’ordre. C’est un départ au feu. Le rouge s’allume puis passe au vert. Nous partons la tête dans le guidon sans nous soucier de nos adversaires. Le bateau a une bonne glisse. Nous savons que nous sommes en embuscade sur la ligne d’eau extérieure. Je ne vois personne dans mon champ de vision et décide de tourner la tête à mi-course. Le bateau de Villefranche est en tête avec une longueur d’avance mais nous pointons juste derrière en deuxième position. Nous plaçons une grosse attaque dans le troisième 500m de course. La cadence n’est toujours pas descendue sous les 37 coups d’aviron par minute mais Lille semble pourtant revenir progressivement. La fatigue et l’acide lactique commencent à me dévorer les jambes. La ligne d’arrivée se fait attendre car finir à la deuxième place serait magique. Quelques coups de rames après nous arrivons dans les derniers 250m de course. Nous lançons le sprint final pour contenir Lille qui revient comme un boulet de canon……..et le « BIP » final arrive. Nous sommes les deuxièmes à franchir la ligne d’arrivée, juste derrière Villefranche. La joie est tellement grande qu’on oublie la fatigue pour une poignée de minutes, juste le temps de la remise des récompenses. Cette médaille d’argent remportée sur un « coup de poker » restera mémorable. Heureux hasard, mon coéquipier et moi avions déjà été médaillés en quatre de couple junior sur ce même bassin quatre ans auparavant.

            Le retour sur Lyon s’est bien passé et ma journée de stage également.

            Bonne soirée !

 


Départ pour Brive !

02/06/2011

Crédit Photo : FFSA

            Bonjour, voici un petit article juste avant de partir pour le championnat de France bateaux longs de Brive. Le retour de Munich s’est relativement bien passé malgré un retard de notre vol. Mes deux premiers jours de stage en Réanimation se sont extrêmement bien passés. Je suis parfaitement encadré. La plupart des patients sont encore dans le coma et notre action consiste à mobiliser leurs articulations et drainer leurs poumons. Ces méthodes sont préventives et visent à maintenir un état stable du patient (que ce dernier ne développe pas de complications du type escarres ou encombrement pulmonaires qui réduiraient son pronostique vital). Beaucoup de machines haute technologie sont utilisées pour contrôler l’état général du patient. Tout ça est un peu nouveau pour moi mais l’équipe de kinés est très compétente et pédagogue, ce qui facilite mon apprentissage.

            Je suis rentré mardi soir sur Avignon. J’ai ramé avec mon coéquipier de club hier matin. Nous avons fait essentiellement du travail de vitesse. Les sensations étaient bonnes et sont revenues assez vite malgré des conditions météos exécrables. L’après-midi j’ai été interviewé et filmé par France 3 PACA. Un montage devrait être fait et diffusé sur les écrans prochainement. Je mettrai un lien dès qu’une date m’aura été communiquée.

            Nous partons aujourd’hui pour Brive-la-Gaillarde. Nous faisons partis des catégories qui courront le vendredi en tête de rivière. Le système de qualification utilisé est identique à celui des championnats de France bateaux courts d’Aiguebelette : contre la montre où seuls les 24 premiers sont retenus, puis des séries et des demi-finales où les trois premiers de chaque course sont qualifiés. Il y a beaucoup de densité cette année en 2x poids léger mais je ne doute pas de nos qualités d’outsiders pour nous intercaler dans la hiérarchie. Je ne suis pas sûr d’avoir une connexion internet sur place au quel cas je ne pourrai pas actualiser le blog. Je vous invite à consulter le site de la Fédération pour les résultats du week-end.

            Voici le lien vidéo permettant de visionner notre finale de la coupe du monde de Munich !

            Bonne journée !


Finales Brive 2009

08/08/2009

Mathieu Moineaux et Benjamin Fauchié

©Photo: FFSA 

              Aujourd’hui se couraient les Finales du championnat du monde junior à Brive. Seul le deux sans barreur homme sort médaillé de bronze derrière les Grecs et les Serbes, grands vainqueurs de l‘épreuve. Il ne termine qu’à une seconde de la médaille d’argent à l’issue d’une course « intelligente ». Un grand bravo  à Mathieu Moineaux (Verdun CN), Benjamin Fauchie (Villeneuve Av.) et leur entraineur Dominique Basset. 

 

                A Aiguebelette ce matin  Fred et moi sommes montés en double. Après avoir essayé hier un double portants  aile-aluminium nous avons décidé de garder le double portant carbone de Lucerne. La météo était favorable : ciel couvert, pas de vent. Cette après-midi c’est repos de mon coté. Le travail en bateau est productif. Nous avons commencé le travail de vitesse histoire de mettre un peu de beurre dans les épinards.

                La semaine qui arrive va être rythmée par le B4 de Lundi et le parcours handicap (dimanche prochain). Le groupe de Bellecin nous rejoint normalement  mardi sur Aiguebelette. La délégation de Poznan sera donc au complet jusqu’au départ pour les mondiaux le 19 Août.

 

                Bonne journée à tous.

 


Demi-finales à Brive

07/08/2009

Brive 2009

                Hier après midi, les Bleuets ont continué leurs belles performances sur le lac des Causses. Plusieurs bateaux ont déjà gagné leur billet pour la grande finale tandis que d’autres se donnent rendez-vous aujourd’hui pour les demi-finales. La journée d’aujourd’hui s’annonce décisive pour la délégation française. A suivre…..

                A Aiguebelette, hier, l’entrainement B2 chronométré du matin s’est vu récompensé par une demi-journée de repos. Ce fut l’occasion pour certains de rattraper les quelques heures de sommeil qui leur manquaient. De mon coté, je commence à réviser les différentes épreuves pratiques et théoriques du Brevet d’Etat d’Educateur Sportif (spécifique aviron). La date de l’examen est encore loin (fin Septembre-début Octobre) mais si je ne m’avance pas maintenant  je risque d’être pris par le temps une fois que j’aurai fait ma rentrée universitaire à l’école de kiné de Lyon le 7 Septembre. Du coup pendant les demi-journées de repos c’est boulot-boulot.

                 Hier soir le groupe des poids légers coupleux est allé manger au même restaurant que la dernière fois : le Sougey . Encore une fois nous avons passé un très bon moment, seul hic, petite prise de poids le lendemain matin à la pesée. Mais bon, il nous reste du temps pour rectifier le tir et reprendre le régime sérieusement.

                Ce matin nous avons terminé la dernière séance de musculation (C2) prévue sur le programme d’entrainement. Voici une bonne chose de faite. Le travail de vitesse en bateau peut enfin commencer.  Nous sommes précisément à la moitié du stage. Ce cap psychologique fait remonter le moral des troupes.

                Les demi-finales du championnat du monde de Brive commencent aujourd’hui à midi. Bonne chance à tous. Nous sommes tous derrière nos écrans d’ordinateur.