Stage à Bellecin !

18/05/2014
Crédit Photo : Michel Brignot

Crédit Photo : Michel Brignot

Bonsoir, le stage sur Bellecin s’est terminé vendredi midi. Ce regroupement de dix jours était une préparation anticipée du championnat d’Europe. La programmation prévoyait beaucoup de kilomètres et de la musculation. Deux courses venaient clôturer notre séjour. Sans préparation aucune, ces deux parcours sur 2000m nous aideraient à prendre des repères et valider le travail technique des derniers jours. Nous avons équipé le bateau de capteurs sur l’ensemble du stage. Nous l’avions déjà fait à la même période l’an dernier. Sur les mesures faites, deux valeurs nous intéressaient : l’amplitude et la force. Un moyen de simplifier notre analyse et de se concentrer sur les facteurs essentiels de performance de notre sport. Ici, le poids des années jouent en notre faveur. Les axes techniques développés et travaillés ces dernières années avec Stany se mettent en place et s’automatisent. Les séquences vidéo faites avec l’entraineur viennent corroborer les progrès. Une satisfaction qui vient gonfler notre capital confiance moins de deux semaines avant le championnat d’Europe.

D’autres outils ont fait leur apparition sur ce stage. Sur les séances de musculation du matériel fut installé pour calculer les paramètres de deux ateliers (sauts en extension et squat) : amplitude, cadence, force, détente…. Autant de données qui nous ont aidés à parfaire la gestuelle et l’exécution de chaque atelier, et rendre la séance plus ludique.

La météo fut « jurassienne ». Beaucoup d’averses, de vent, de froid et peu de soleil. Difficile de se croire en plein mois de Mai. Les changements brutaux et capricieux du temps faisait plutôt penser aux giboulées de Mars, de quoi user les organismes à la longue ! Stany en a d’ailleurs fait les frais à deux reprises : il s’est bloqué une première fois le dos à l’entrée du stage, sur notre première sortie ! Deux jours ont été nécessaires pour le remettre sur pied. Sur cette période j’ai ramé en double avec Alexandre. La seconde fois s’est faite après le premier parcours (sur la sortie de l’après-midi). Nous n’avons donc pas pris le départ du second parcours le lendemain matin. J’ai « profité » de ce créneau pour finaliser mon suivi médical longitudinal et faire un test à l’effort à l’hôpital de Besançon. Les deux arrêts ont été causés par le vent et la vague récurrents et quotidiens. Ce fut le seul point noir du stage.

L’ambiance fut excellente ! Toutes nos féminines étaient présentes. L’équipe U23 était aussi convoquée. Nous étions plus de 30 rameurs sur la Base. Un effectif conséquent mais un bon moyen de créer Une équipe de France.

Nous n’avons qu’une semaine de répit avant de reprendre la route vendredi prochain ! Cette fois, direction Aiguebelette. Nous y resterons moins d’une semaine avant de décoller pour Belgrade.

Bonne soirée !


Fin des demi-finales !!

28/08/2009

2xSHPL français

                Nous venons de rentrer du bassin. La séance de Kiné juste après une bonne douche a fait du bien.

                Et une demi-finale, une ! Nous voici au ponton d’embarquement avec Alexis qui établit la stratégie de course pour cette demi-finale : une seule consigne : mettre le feu ! Et hop, un pied au large direction les starting blocks. Notre phase d’échauffement a été très perturbée par la circulation et les vagues des bateaux arbitres.  Puis vient l’heure de s’aligner dans notre ligne d’eau, la 3 aujourd’hui. L’arbitre appelle les équipages. Les conditions météos sont encore difficiles : vent ¾ contre soufflant en rafales avec des vagues de bateaux arbitre. Le départ viens d’être donné, Fred et moi partons fort et passons en tête au premier 500m, nous replaçons une attaque dans le deuxième 500m de course afin de stabiliser notre avance sur les Canadiens et les Italiens qui nous talonnent de près. Nous sommes toujours aux commandes de cette demi-finale à mi-parcours. Nous entamons le troisième 500m de course, quelques petites erreurs techniques de notre coté et c’est la sanction : les italiens passe en tête à l’entrée du dernier 500m pour 25 centièmes de secondes. Arrive le sprint finale, la cadence monte : 39, 40, 41, 42. L’acide lactique commence à me bruler les jambes mais voilà le « Bip » final qui met un terme à ces 2000m de course. Le résultat final s’affiche sur un écran géant. Nous finissons 2ème derrières le bateau transalpin (à 80 centièmes) mais devant les canadiens (plus d’une seconde). Après avoir fait l’analyse de cette course avec l’entraineur et entre nous (Fred et moi) nous sommes plutôt satisfaits de notre prestation.  Comme on dit : « voilà une bonne chose de faite ! ». La finale de dimanche s’annonce palpitante. Nous serons à la ligne d’eau 2 entre les canadiens (à notre droite) et les italiens (à notre gauche). Nous passons à 11h48. L’objectif sera bien sur de gagner ! C’est dans nos cordes, j’en suis sur.

                Deux autres bateaux français courraient aujourd’hui les demi-finales : le 4XSH et le 4-SHPL. Tout deux gagnent leur billet pour la grande finale de dimanche après 2000m de bord à bord. La délégation française peut vraiment jouer quelque chose dans deux jours au tableau des médailles. A suivre…

                Le TAMix2X termine 3ème en finale B derrière la Russie et la Bulgarie. Le LTAMix4+, lui, finit 4ème en finale B.

                Bonne soirée. Merci de votre fidélité.