Here we go !

25/05/2017

Crédit Photo : Lionel Piquard

Nous y sommes, moins de 24h nous séparent de notre première course maintenant. Ce championnat d’Europe va définitivement lancer la saison internationale.

La préparation sur Bellecin aura été courte mais parfaite. Les conditions météo auront été bien meilleures que sur le dernier stage. De quoi optimiser chaque séance avant d’arriver ici. Une excellente chose, car les bassins de compétitions ne sont pas réputés pour leur calme et leur tranquillité…ils sont plutôt des lieux d’égarements techniques, d’usure psychologique, d’agacement et de frustration. Car le trafic et la vague de fond forment une onde permanente, instable, imprévisible et inconfortable. Il est donc important d’arriver sur place avec des certitudes techniques pour éviter de se perdre ; et chercher quelque chose en réalité inaccessible à l’entrainement sur site. La sortie d’hier et de ce matin se sont donc bien passées malgré tout.

Bien que le voyage se soit fait en deux temps, l’enchainement n’a pas été trop sollicitant. Le physique ne semble pas avoir été impacté par notre périple. Après 10 ans, je pensais avoir écumé tous les bassins internationaux, en vain. C’est la première fois que je mets les pieds en république tchèque. Il s’agissait aussi de mes premiers coups de pelles. L’hôtel où nous sommes hébergés est bien. Nous le partageons avec l’Irlande, la Turquie et l’Azerbaïdjan. La navette met 30’ pour nous amener au plan d’eau. Sur place, le cadre est rural ! Le décor est verdoyant mais peu vallonné : il n’y a presque aucune montagne à l’horizon. L’architecture du site est, quant à elle, « standard ». Le vent dominant semble favorable même si nous avons vu hier qu’il pouvait être tourbillonnant et en rafales.

La « startlist » vient de sortir. Voici notre Série pour demain :

FRANCE / ESPAGNE / FINLANDE / PORTUGAL / SLOVAQUIE / DANEMARK

Nous sommes dans la première manche, celle de 11h20 ! Seul le vainqueur sera directement qualifié pour la demi-finale de samedi. Sur le papier nous héritons du meilleur tirage. Mais comme à notre habitude, nous aborderons cette course avec beaucoup d’envie. Nouvelle olympiade, nouvelle concurrence, il ne faudra pas sous-estimer nos adversaires. L’envie est là, il ne nous reste plus à mettre en application le travail de l’année !


Plus que quelques jours dans le Jura !

19/05/2017

Crédit Photo : Daniel Blin

Ces 10 jours à la maison seront vite passés. Surtout si j’y décompte mon séjour dans le Sud et notre week-end passé entre Calais et Fort-Mahon-Plage. Mais on essaie de profiter au maximum des moments hors stage qu’il nous reste. A cela s’est rajouté un déplacement sur Paris jeudi dernier pour un plateau télé. J’ai aussi repris une activité professionnelle en remplaçant partiellement un confrère sur les jours restant. Le programme était donc bien chargé. Pas le temps de s’ennuyer, ni de se reposer d’ailleurs. Les entrainements et le régime n’ont fait qu’enfoncer le clou. Heureusement la planification du stage est allégée. Nous sommes arrivés mercredi et attaquons demain après-midi le travail de vitesse. Tout va s’enchainer.

La liste des engagés pour Roudnice est connue depuis avant-hier. Elle a été mise en ligne sur internet par la FISA. Nous sommes 21 inscrits au total. Malgré certains changements nous allons retrouver quelques vieilles connaissances. En d’autres termes : italiens, anglais, polonais, allemands ont changé un élément du bateau. Irlandais, portugais et grecs ont gardé le même équipage. Parmi les petits nouveaux on peut compter les autrichiens et les tchèques, d’anciens rameurs poids légers « pointus » convertis à la couple après la récente suppression du 4- au programme des JO. Les grands absents sont les norvégiens. L’un d’eux est inscrit en skiff, mais aucun double n’est engagé pour l’instant. D’après les dernières informations, les heures de courses ne devraient pas poser de souci pour la pesée. Voici une première bonne nouvelle.

Notre voyage en république tchèque se fera en deux temps. Nous quitterons la base de Bellecin mardi pour rejoindre Lyon en voiture, puis prendre le TGV et monter sur Paris. Nous décollerons le mercredi matin de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Ce n’est pas le plus direct vous me direz, mais cela laissera le temps à la remorque et au matériel d’arriver.

Pour conclure, une petite pensée pour notre équipe de France Junior qui débutera son championnat d’Europe en Allemagne demain matin. On va suivre ça de près. On compte sur vous !


Bellecin et son Jura

04/05/2017

Crédit Photo : Lionel Piquard

Qui l’eut cru qu’en arrivant dans le Jura je trouverais pire météo qu’à Valenciennes. C’est pourtant ce qui est arrivé. A températures égale, l’ensoleillement a été meilleur là-haut qu’ici. Heureusement, nous n’avons pas été convoqués à Bellecin pour faire le plein d’UV. La vocation du stage fut toute autre. Nous sommes là pour prendre des repères avant le début de la saison internationale. Les bénéfices tirés chaque année justifient d’ailleurs son inscription sur l’agenda depuis 2013. Au programme : des kilomètres en bateau, des séances de musculation et deux confrontations franco-françaises.

Petite particularité de ce stage : le nombre. Nous sommes tous réunis depuis lundi soir. Quand je dis tous, je sous-entends homme, femme, poids lourds, poids légers, coupleux, pointus, séniors élites et U23. C’est énorme même si la base à une capacité d’accueil suffisante. C’est la seule fois que ça arrive dans l’année. Je trouve ça super, mais heureusement que l’organisation est réglée comme du papier à musique…car ce serait ingérable sinon. Rien ne semble perturber l’ambiance par contre. Cela reste le point fort du groupe !

Depuis le début je rame en double avec Pierre. Malgré des conditions de navigation rugueuses, la cohésion est vite revenue. Pour les parcours, presque aucun travail de vitesse n’a été fait. Le volume de quelques séances a été réduit par contre. Mais la fatigue était encore présente hier et aujourd’hui. J’aimerais vous dire que tout s’est bien passé mais ce n’est pas le cas. Nous avons pris une bûche en pleine course ce matin. Arrêté net, dérive presque arrachée, nous n’avons pas pu terminer. Beaucoup de frustration évidement, même si d’excellents repères ont été pris hier.

Le stage se termine déjà demain après l’entraînement. Je ne remonte pas de suite dans le Nord. Je vais profiter de ce long week-end pour passer deux jours dans le Sud.

Enjeux important sur les prochaines semaines…le régime ! Les efforts vont progressivement s’intensifier pour arriver à 70kg au championnat d’Europe fin Mai. L’échéance semble encore loin mais il est important de s’y prendre tôt pour que la perte de poids ne se fasse pas au détriment de la qualité à l’entraînement.

Bonne fin de semaine.


Dernières retrouvailles de la saison

24/07/2016

LXMEN

Fin de l’acte I scène 1 dans quelques jours. Après un mois complet de stage, notre séjour dans le Jura touche à sa fin. Le départ pour Rio est maintenant imminent. Nous montons mardi sur Paris avant de nous envoler mercredi pour l’Amérique latine.

Les semaines sont vite passées mais le départ se fera sans aucune nostalgie, aucun pincement au cœur. Même si la forme n’est pas encore olympique, l’envie d’en découdre prend déjà le dessus. Et c’est le sentiment qui domine au sein du collectif. Nous sommes tous impatients de démarrer !

Aujourd’hui avait lieu le traditionnel parcours « Handicap ». Une confrontation franco-française permettant à chacun d’évaluer ses progrès. Selon la différence de vitesse entre les embarcations, un handicap de temps est laissé au départ. Il assure la meilleure bagarre possible. Ces 2000m de course sont une vraie répétition générale avant notre arrivée sur le site des Jeux. Ce matin, sur l’eau, les conditions étaient presque parfaites. Nous sommes partis en même temps que nos homologues poids lourds. Malgré nos efforts et nos relances dans la deuxième 1000m, nous leur concédons une petite seconde à l’arrivée. Un résultat fidèle aux travaux de vitesse faits ensemble cette semaine. De notre côté le bilan est très positif : nous avons réussi à nous employer comme nous l’entendions, et les consignes techniques de l’entraineur ont bien été respectées. Il nous manque un peu de « peps » encore mais le plaisir était au rendez-vous. Le prochain parcours sera sur le Lagoa, contre de vrais adversaires. Pressé d’y être !

Nous avons eu de la visite jeudi. Le reste des LXMEN est passé nous voir. Encore un super moment pour nos ultimes retrouvailles de la saison. Ils débuteront leur préparation terminale ici dans une semaine. L’échéance est encore loin pour eux mais les stages s’enchainent…un titre est en jeu !

Une épreuve devient difficile depuis peu, le régime ! C’est le seul décompte que je fais. Chaque jour qui passe me rapproche un peu plus de la dernière pesée. La frustration va continuer à gagner du terrain. L’habitude n’y change rien, l’expérience non plus. Il s’agit d’une longue traversée du dessert. Heureusement la « faim » est proche !

Bonne soirée.


Retour en 2x

18/07/2016

Crédit photo : Bzac Prod

Retour en deux de couple. Déjà trois semaines que nous avons repris du service avec Pierre. Le compte à rebours est maintenant lancé. Nous avons la partition, l’interprétation fera la différence. Mais pour l’heure, nous répétons nos gammes inlassablement. Tous les matins nous enchainons les coups de rame pour s’assurer qu’aucune fausse note ne vienne perturber les six minutes d’efforts qui nous attendent le jour J ! Quelques kilomètres ont suffi à nous remettre sur les rails. Nous sentons que le travail en skiff de début de stage paie. Les sensations sont bonnes et les progrès notables. La vitesse du bateau s’en ressent. Notre niveau d’exigence a donc pris un cran.

Après la chute des températures et les précipitations de la semaine dernière le beau temps est revenu. Espérons qu’il n’y ait pas d’autres impondérables et que l’anticyclone accompagne nos derniers jours ici.

Notre programme d’entrainement commence à changer. Le travail de vitesse remplace progressivement le travail d’endurance. Les sorties se raccourcissent. Les séances de musculation ont disparu. Désormais, plus l’échéance va se rapprocher et moins nous allons passer de temps sur l’eau. C’est ainsi que nous agissons pour bénéficier des effets de la surcompensation.

Nous avons reçu depuis quelques jours l’équipement de Rio. Après Adidas en 2012, Lacoste a été désigné pour habiller les athlètes qualifiés aux JO. Même s’il s’agit de ma deuxième participation, ce moment reste particulier. L’excitation reste intacte : nous déballons les cartons avec autant de plaisir que le soir du réveillon. Cette dotation est moins fournie que l’autre mais les tailles et le design sont meilleurs. Je la trouve plus réussie, et surtout réutilisable après…

Nous avons eu la visite inopinée de l’Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD). Un médecin a été missionné par l’organisme pour venir prélever des échantillons urinaires et sanguins. C’est mon huitième cette année. Un chiffre fidèle aux dernières saisons. Le prochain probablement outre-Atlantique, à suivre…

Nos féminines nous rejoignent ce soir à Bellecin. Par choix de l’entraineur, elles avaient démarré leur préparation sur Aiguebelette. L’Equipe sera donc au complet dans quelques heures.

Bonne soirée.


Luzern 2016

26/05/2016
Crédit Photo : Jade Besse

Crédit Photo : Jade Besse / Row’IN

Bonjour, juste avant de partager l’actualité de cette dernière quinzaine, je souhaitais revenir sur la très belle performance du 4- TC français. Il fallait le faire et ils l’ont fait. Jusqu’au dernier coup de pelles ils n’ont pas tremblé. Chapeau Messieurs ! Grâce à vous le cercle s’agrandit et l’Equipe compte désormais sept bateaux qualifiés pour Rio.

Séquence émotion également avec cette illustration qui me tient à cœur. Ce cliché photo aura su capter l’intensité d’un moment très particulier. Adversaire, coéquipier, partenaire et enfin ami. L’aviron les aura faits voyager : au plus haut, au plus bas, aux quatre coins du monde, seul, à plusieurs, ou à deux… Et ces quelques timides larmes peuvent en témoigner. Mais je crois que la singularité de leur amitié reste leur plus bel héritage. Et je suis sûr que dans 30 ans, messieurs, cette belle chose ne se sera toujours pas oxydée. J’imagine aussi qu’il sera de plus en plus plaisant, avec le temps, de raconter comment, avec qui et où tout a commencé !

De mon côté, les quelques jours entre Bellecin et Aiguebelette sont vite passés. J’ai néanmoins pu régler tous mes impératifs et partir en stage l’esprit libre. Avec une si petite coupure entre les deux regroupements la reprise du double n’a pas été trop difficile. Les repères et les automatismes sont rapidement revenus et seuls quelques kilomètres ont suffi à nous remettre sur les rails. Malgré le froid, la grêle et le vent nous avons bien négocié notre préparation en Savoie. Tout le travail de vitesse s’est fait en confrontation avec nos homologues poids lourds. Il nous semblait intéressant, pour continuer de progresser, de se mettre en difficulté par ce biais.

Notre arrivée hier sur Lucerne s’est bien passée. Quelques gouttes nous attendaient mais depuis ce matin l’anticyclone a chassé les rares cumulus encore accrochés au mont Pilatus. Une fois les bagages déposés à l’hôtel nous avons immédiatement repris le Bus pour nous rendre sur les berges du Rotsee. Nous voulions monter et régler les bateaux dans la foulée pour que la sortie de ce matin ne soit pas parasitée par ce type d’activité. La sortie d’aujourd’hui s’est bien passée. 12km et du travail de vitesse étaient programmés pour cet ultime entrainement. Leurs infrastructures ont complètement été refaites. Le nouveau bâtiment est vraiment imposant. J’ai aussi été surpris de voir aussi peu de monde sur l’eau. Mais l’explication est toute trouvée : la dernière régate de qualification pour Rio est passée. Nous ne sommes plus qu’entre bateaux  qualifiés.

Le tirage des Séries vient de nous être communiqué. Nous sommes treize engagés. Les italiens et les allemands sont absents. Je reste assez étonné que nos amis transalpins ne soient pas là. Ils n’ont encore fait aucune régate. Et il ne reste que Poznan après s’ils souhaitent se montrer. Bizarre ! Mais avec les anglais, les norvégiens et les sud-africains nous aurons largement de quoi nous étalonner. Nous tombons demain dans la deuxième Série. Celle de 11h30.

FRANCE / BRÉSIL / CHILI / POLOGNE

Les trois premiers gagneront leur ticket pour les demi-finales de samedi. Le petit dernier devra passer par les repêchages pour tenter de se qualifier. Pas de piège en perspective, juste l’occasion de faire une grosse course et bien lancer le week-end. Voici le Lien pour suivre la course en Direct.

Pour conclure, je vous glisse aussi le Lien d’une pétition créée en soutien à nos amis Belges victimes d’une règle toujours pas abrogée par la FISA ; et venant pénaliser leurs rameurs ayant pourtant gagnés et mérités leurs billets pour cet été.

Bonne soirée.


Petit intermède !

10/05/2016
Crédit Photo : Bzac Prod

Crédit Photo : Bzac Prod

Bonsoir, le retour de Bellecin s’est bien passé. La météo et ses prévisions auront tenu leurs promesses. Après la neige, le vent et le froid, nous avons terminé le stage sous le soleil. Les premières marques de bronzage sont de retour. Summer is coming ! Je crois qu’avec ce delta de 20 degrés en l’espace de 10 jours nous sommes parés pour Rio et l’hémisphère sud.

Comme annoncé dans mon précédent article, deux parcours ont été réalisés juste avant la fin du regroupement. Les scénarios et les adversaires n’étaient pas exactement les mêmes d’un jour à l’autre, mais ces paramètres n’ont pas perturbé le niveau de notre engagement. Avec un fort vent contre le mercredi, nous passons juste sous les sept minutes. Dans l’absolu, le chrono fait sourire. Mais les écarts avec le reste de la flotte sont intéressants. Et au-delà de cet indicateur, les sensations étaient au rendez-vous malgré les conditions difficiles et l’absence de préparation spécifique.

Le lendemain matin, on prend les mêmes et on recommence. Avec cette fois un bassin d’huile. Pas une ride sur le lac. La situation rêvée pour s’exprimer techniquement et physiquement à 100%. La motivation était donc à son paroxysme. Plusieurs enseignements avaient été tirés de la vieille, et les consignes données par l’entraineur étaient claires : Gommer quelques « grigris » tout en restant le plus spontané possible. Au bout des 2000m, le contrat semblait rempli. Nous étions tous les deux satisfaits de notre prestation. Les automatismes se mettent en place et la cohésion gagne du terrain. Il nous reste encore un peu de temps avant Lucerne pour consolider ces bases et donner le meilleur en Suisse.

Nous arrivons maintenant dans une période difficile, celle du régime ! Un poids minimum nous a été demandé pour les courses la semaine dernière. Je ne vous cache pas que la contrainte pèse par moment. Et le moral peut s’effriter quand les efforts ne paient pas sur la balance. Heureusement que nous sommes un groupe et que la dynamique collective allège et aide à mieux supporter la diète.

Nous sommes de retour une petite semaine à la maison. Je vais en profiter pour redescendre dans le Sud. Les week-ends vont de plus en plus se raréfier. Autant ne pas les rater.

Voici le lien d’une petite réflexion entreprise sur notre sport et son avenir dans le paysage olympique. Bonne lecture !

Bonne soirée.