Argent content

30/08/2013
Crédit Photo : Média Aviron

Crédit Photo : Média Aviron

Encore une saison qui se termine. Une belle médaille d’argent à la clef. Une médaille aux reflets dorés. Une médaille dédicacée à mon coéquipier Stany qui m’a soutenu, encouragé, suivi tout au long de cette aventure. Il aura manqué un peu de peps sur les derniers mètres pour vous offrir la Marseillaise, mais je n’ai aucun regret sur cette finale. L’expérience m’a appris à dépasser mes limites et accepter le résultat quel qu’il soit. Stany connait ma philosophie à ce sujet : tout donner pour ne rien regretter ! Ce fut le cas aujourd’hui.

Le vent était défavorable. On pouvait sentir les risées. Le stresse était moins fort qu’hier. La forme était là depuis le début de la compétition, je me sentais bien techniquement, j’avais des adversaires de choix, notamment un, le danois…..Bref, tous les ingrédients étaient réunis pour courir cette finale et prendre du plaisir. Nous nous sommes suivis tout au long de la semaine avec Stephansen. Je savais pertinemment qu’il fallait faire la course parfaite aujourd’hui pour le battre. La stratégie resta dans la lignée des précédentes : placer mes attaques dans le troisième 500m.

Je suis parti devant dès les premiers coups. La physionomie de la course fut une copie parfaite de nos précédentes rencontres. J’étais concentré sur ma technique et ma respiration. J’attendis la mi-parcours pour attaquer. Le hongrois fit de même mais le danois réussit néanmoins à s’extraire. Alors que nous approchions des derniers 300m j’eus l’impression de me faire doubler par le hongrois. Il était temps de lancer mes dernières forces dans la bataille. La cadence monta jusqu’à son maximum, mais le physique ne répondait plus. Le danois eut un second souffle et trouva la ressource suffisante pour contrecarrer mon ultime attaque. La ligne d’arrivée livra son verdict.

Je tiens une fois de plus à vous remercier pour vos messages, sms, mails, publications…..Je les ai lus avec émotions. Gardons l’or pour notre prochaine aventure en double !

Bien à vous !


Médailles chez les Juniors !

07/08/2011

Crédit Photo : FFSA

            Bonsoir, voilà plus d’une semaine déjà que nous sommes en plein Jura avec un seul objectif en tête : Bled et le Championnat du monde. La semaine qui arrive sera encore intense et fourni en entrainements. Mais nous nous rapprochons tout doucement du « parcours Handicap ». A cette occasion nous réaliserons un 2000m en confrontation  avec nos homologues poids lourds (Cédric Berrest et Julien Bahain). Ce dernier sert donc de répétition avant les mondiaux pour toute la flotte tricolore. Mais ne précipitons pas les choses car tout cela n’arrivera que dans une bonne quinzaine de jours. Pour le moment les longues sorties en bateau et les musculations rythment nos journées. Depuis notre entrée en stage nous avions privilégié le skiff, mais bonne nouvelle, Frédéric et moi reprenons du service en double dès demain. Autre activité sur le stage…la rédaction de mon Mémoire de fin d’étude ! Et oui, c’est une des dernières pièces manquantes (avec la matière : Droit du Travail) à l’obtention de mon diplôme de Masseur-Kinésithérapeute. Ce n’est pas très ludique mais ça a l’avantage d’occuper mon temps libre. Pour ce qui est des conditions d’entrainement elles restent très bonnes malgré quelques averses ces derniers jours.

            Le Championnat du monde junior s’est terminé aujourd’hui à Eton. Deux superbes médailles ont été ramenées dans le camp français : le bronze pour le deux de couple femme (Socha-Ravera) tandis que le deux de couple homme empochait l’argent (Cormerais-Boucheron) ! Toute l’équipe de France sénior à suivi l’événement avec attention et passion. Nous sommes tous fiers d’avoir des Jeunes aussi performants ! Encore bravo à toute l’équipe et à l’encadrement !

            Bonne soirée !


Brive !

06/06/2011

Crédit Photo : FFSA

            Bonsoir, voici un petit résumé de mon week-end en Corrèze. Nous sommes partis jeudi matin avec le club. En arrivant sur le lac du Causse nous sommes montés sur l’eau pour travailler nos départs et faire quelques accélérations. Cette année encore nous nous sommes fait prêter un double de la marque Stämpfli. C’est dans cette même coque que nous avions remporté le bronze au Creusot l’an passé. Ce bateau à l’avantage d’être stable et d’avoir une bonne rigidité, ce qui le rend confortable et nerveux sur les phases d’accélérations.

            Sur le contre la montre nous arrivons, avec mon nouveau coéquipier, à nous classer troisième. Nous réussissons à remporter notre série le lendemain matin. La cohésion s’améliorait de course en course. Nous avons avalé ces deux premiers parcours à 34 coups d’aviron par minute. La dernière journée était la plus stratégique avec une demi-finale le matin et la finale quelques heures pus tard. Les conditions météos ont toujours été correctes sur le week-end et la pesée ne fut qu’une formalité ! En demi-finale nos principaux adversaires étaient Lille et Versailles. Nous réalisons une excellente course en finissant dans le trio de tête. Nous validons ainsi notre billet pour la grande finale. Malgré l’enjeu de la demi-finale nous avons réussi à jauger  nos concurrents tout en nous économisant. En montant au départ pour la finale la stratégie était simple : profiter de notre place à la ligne d’eau 1 pour créer la surprise et sortir notre carte d’outsiders. Un vent favorable était en train de se lever mais le bassin restait d’huile. L’arbitre appella les équipages dans l’ordre. C’est un départ au feu. Le rouge s’allume puis passe au vert. Nous partons la tête dans le guidon sans nous soucier de nos adversaires. Le bateau a une bonne glisse. Nous savons que nous sommes en embuscade sur la ligne d’eau extérieure. Je ne vois personne dans mon champ de vision et décide de tourner la tête à mi-course. Le bateau de Villefranche est en tête avec une longueur d’avance mais nous pointons juste derrière en deuxième position. Nous plaçons une grosse attaque dans le troisième 500m de course. La cadence n’est toujours pas descendue sous les 37 coups d’aviron par minute mais Lille semble pourtant revenir progressivement. La fatigue et l’acide lactique commencent à me dévorer les jambes. La ligne d’arrivée se fait attendre car finir à la deuxième place serait magique. Quelques coups de rames après nous arrivons dans les derniers 250m de course. Nous lançons le sprint final pour contenir Lille qui revient comme un boulet de canon……..et le « BIP » final arrive. Nous sommes les deuxièmes à franchir la ligne d’arrivée, juste derrière Villefranche. La joie est tellement grande qu’on oublie la fatigue pour une poignée de minutes, juste le temps de la remise des récompenses. Cette médaille d’argent remportée sur un « coup de poker » restera mémorable. Heureux hasard, mon coéquipier et moi avions déjà été médaillés en quatre de couple junior sur ce même bassin quatre ans auparavant.

            Le retour sur Lyon s’est bien passé et ma journée de stage également.

            Bonne soirée !