6’08 »64 New WBT !

24/08/2014

New World Best Time !

Bonsoir, une première journée qui s’achève et des résultats qui sont pleins de promesses pour la suite de la compétition. L’attente avant la pesée n’a pas été aussi longue que ce que je craignais. Nous bénéficions d’assez de marge pour placer un petit-déjeuner et une collation vers 11h30. L’hydratation n’a pas été négligée même si nous avons limité les liquides. Juste après le passage sur la balance nous sommes allés en salle de repos. L’espace était équipé d’écrans rediffusant les courses. Nous avons pu suivre les éliminatoires des skiffeurs poids légers. C’est d’ailleurs allé très vite dès la première manche. L’Italien vainqueur de sa Série se place à moins de deux secondes de mon record de 2011, sauvé ! Mais le message n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Nous savions désormais que le bassin était rapide et qu’un super chrono pouvait être fait. Avant d’embarquer l’entraineur nous livra son point de vue. Les conditions étaient idéales mais la priorité devait être la technique. Afin de poursuivre et finaliser le processus de surcompensation il était important que l’éliminatoire soit aussi une course dure physiquement : se donner à fond, même si la concurrence allait peut être manquer sur ce premier 2000m. L’échauffement et la montée au départ se firent dans de bonnes conditions. Une fois installé dans les starting-blocks nous échangeâmes quelques mots : « pas d’affolement, on ne cherche pas à partir à fond sur le premier 1000m, on cherche à faire ramer l’autre dans un premier temps ! Attention à la direction juste après le départ…. ». Nous étions bien décidés à faire notre course, concentrés sur les moyens et non pas sur l’objectif final. Nous avons donc mis l’accent sur la gestuelle et le rythme tout au long du parcours. A chaque passage intermédiaire je contrôlais d’un œil le chrono. Nous étions dans le bon tempo. Les jambes répondaient bien et nous arrivions à poser notre geste et notre longueur. A l’entrée des derniers 500m ce fut plusieurs sifflements qui attirèrent mon attention. Il avait été convenu avant notre embarquement qu’un signal de ce type confirmerait nos chances de battre le record du monde si nous maintenions nos efforts ! Le son résonna dans ma tête. La cadence continua de monter encore et encore ! Au passage de la ligne d’arrivée je savais, d’après mon stroke, que nous l’avions ! Je ne savais pas de combien mais je savais que nous l’avions amélioré. La joie n’explosa pas de suite. Nous étions les premiers à passer. Quatre autres manches allaient courir avec les mêmes chances d’améliorer ce nouveau temps de référence. Pendant toute la récupération sur l’eau puis au sol le stresse coulait dans nos veines. Nous étions impatients de connaitre le verdict : allions-nous le conserver……OUI ! ! ! Les Sud-Africains prirent le deuxième meilleur temps au général à plus de six secondes ! Ce fut aussi un nouveau record de cadence pour nous avec une moyenne de 37,5 coups par minute. La joie s’éclipsa au moment du débriefing : c’est une superbe entame de championnat, nous ne pouvions pas imaginer mieux. La pression est désormais dans le camp adverse. Mais le challenge de cette année reste la finale mondiale. Nous mettons donc le champagne au frais en espérant que cette belle performance en appellera une autre samedi prochain en finale.

Nous voilà donc qualifiés directement pour les quarts de finale de mercredi. Nous devrons attendre la fin des repêchages de mardi pour connaitre notre tirage. En attendant nous allons reprendre un entrainement par jour. Nous profiterons de la journée de demain pour (re)visiter la ville. Ce petit épisode culturel nous changera les idées.

Encore merci de votre soutien.

A mardi !


Les français en action!

24/08/2009

2XSHPL français

                Nous voilà rentré du bassin. Les conditions météos aujourd’hui sont exécrables : un fort vent contre et une vague persistante sur les 2000m de course. Légèreté et dynamisme étaient certainement une des clefs pour performer ce matin. Le bassin étant très exigeant sur le plan physique et technique il a fallu faire preuve de lucidité pendant ces 7 minutes d’effort pour venir à bout de nos premiers poursuivants. Les consignes et la stratégie de course avaient été définies au ponton d’embarquement avec notre entraineur Alexis Besançon : partir fort, faire le ménage au train. Nous voilà dans la zone d’échauffement, le plan d’eau bouge énormément. Juste le temps de faire une série, un départ, avant d’être appelé dans la zone de départ. Bizarrement je ne me sens pas très stressé, Fred a l’air serin, c’est bon signe. L’arbitre annonce 2 minutes, le vent vient de tribord et m’oblige à réaligner le bateau dans le balisage. Les bateaux viennent d’être appelés, le feu passe du rouge au vert. GO !!! Les Cubains sont sur notre droite, les Polonais sur notre  gauche. Les premiers coups du départ sont loin de ce que l’on fait de mieux avec Fred ; nous sortons néanmoins les premiers des starting blocks. Je me concentre uniquement sur ce que fait Fred, c’est un métronome, il a l’expérience. Je suis attentif à chaque coup de pelle que je donne afin de ne pas commettre de fautes techniques. Pas question de tourner la tête, il faut absolument que je me calque sur Fred, il faut que je sois un vrai caméléon.  Il impose le rythme, je suis du mieux que je peux. Nous arrivons au 1000m, la course commence à se décanter, les Cubains ne sont pas très loin. Nous affichons le 35 de cadence et réussissons à tenir les Cubain à bonne distance. On arrive dans les bouées rouges, l’écart avec nos premiers poursuivants semble se stabiliser, puis on entend  le « BIP ». Tout s’est bien passé. On fait une partie de la notre récupération sur l’eau et l’autre sur le vélo. On fait un bilan avec l’entraineur. Fin de la journée. Prochain rendez-vous vendredi pour les demi-finales.

                Le 2-SHPL composé de Jean-christophe Bette et Fabien Tilliet gagne leur série d’une main de maitre. Le 4XTC réalise une excellente performance en terminant deuxième de sa série à 17 centièmes du bateau polonais triple champion du monde et champion olympique sortant.

                Je viens de mettre un lien du blog d’Adrien Hardy. N’hésitez pas à le consulter pour avoir ses impressions sur sa course.

                Bonne soirée.


Dernier B2 à Aiguebelette

18/08/2009
crédit photo : Igor Meijer

crédit photo : Igor Meijer

 

                Ce matin c’était B2 pour le groupe des coupleux poids léger entrainé par Alexis Besançon. Ce travail foncier enchainé juste après un parcours handicap et une semaine de vitesse change un peu nos repères. Notre stage à Aigubelette touche à sa fin, nous partons demain pour Paris (7h de Bus) et jeudi à Poznan. Mercredi soir nous dormons à l’Holiday Inn. Hôtel placé juste à coté de l’aéroport Charles de Gaulles. La restauration y est excellente pour sa qualité, sa quantité. Les chambres, elles, sont à l’image de la restauration.

                 Ces longs trajets ne sont pas idéals quant à la gestion du poids : pas d’activité physique de la journée, pas de « vrai » repas, déshydratation étant donné que les liquides sont interdit dans l’avion.

                En double poids léger nous sommes pour le moment 22 bateaux engagés. Les plus grosses embarcations rencontrées à Lucerne sont là : Nouvelle-Zélande, Canada, Italie, Grande-Bretagne. Il faudra néanmoins se méfier de tout le monde.

                J’ai rajouté un article dans la rubrique « Mon avis sur …. ». Le thème : le matériel, sont importance sur la performance.  Si vous avez d’autres idées de thèmes, laissez-moi un commentaire.

 

                A demain.