De retour en Savoie !

16/02/2017
Crédit Photo : Béatrice Michel

Crédit Photo : Béatrice Michel

Je l’attendais, c’est arrivé ! Nous avons démarré le stage à Aiguebelette lundi après-midi. Pas d’entraînement prévu le jour même, juste le déchargement du matériel, le montage et le réglage des bateaux. Suite aux résultats du dernier test ergo nous ne sommes que quatre coupleux poids légers convoqués : François, Pierre, Stany et moi. Assez malgré tout pour faire deux doubles et mixer les compositions. En plus des séances sur l’eau et en musculation nous avons quatre sorties sur les skis au programme. L’hébergement a exceptionnellement changé pour ce regroupement. Il a été choisi pour optimiser la logistique malgré tous ces déplacements.

Pour le moment les conditions sont parfaites. A part quelques pêcheurs, nous sommes seuls utilisateurs du Lac. La cohabitation se passe bien pour l’instant, chacun respecte son périmètre. Pour notre première sortie sur les pistes de la Féclaz, la neige était suffisante mais pas franchement agréable. Avec ou sans farte, difficile de glisser et de se faire plaisir pour cette reprise. Nous avions pourtant le soleil et la douceur des températures pour donner à cet entraînement un goût de vacances.

Le premier cycle s’est fini avec Pierre ce matin par un B2 bord à bord. De quoi se décrasser et replacer la propulsion au cœur de nos exigences. Demain changement de coéquipier. Pierre montera avec François et je retrouverai Stany. Cela fait presque un an que nous n’avons pas ramé ensemble. Des retrouvailles qui vont forcément rappeler de bons souvenirs.

Bien que le rythme soit soutenu, je profite de ce séjour savoyard pour récupérer les heures de sommeil qui me manquent depuis plusieurs semaines.

Dans le cadre du projet « Rame avec Alexandra », je fais appel à votre solidarité. L’idée est de tourner une mini vidéo (10 secondes maximum) avec votre téléphone pour la soutenir et l’encourager dans son défi. Voici l’adresse à qui envoyer vos productions (cercleavironpolynesien@gmail.com). Je compte sur vous, elle le mérite !


Third time under the 6′

04/12/2016

img_0866

Cela faisait longtemps que je n’avais pas fini une semaine sur un repos dominical. Un vrai jour « off ». Bien mérité en tout cas après la semaine écoulée et la journée de tests d’hier. Mais reprenons l’histoire du début. Je vous avais quittés en vous expliquant l’intérêt du test incrémental. Pas de record à la clef pour moi cette année, mais un résultat laissant espérer une bonne performance sur le test ergomètre.

Après avoir clôturé le stage par cette évaluation, je suis rentré sur Avignon pour assister à l’Assemblée Générale du club. Le bilan fut bon pour cette 69ème édition. La soirée s’est même terminée sur une ambiance Latine pour fêter le titre de Rio. La routine a ensuite repris ses droits pour quelques jours. Le programme d’entraînement s’est lui allégé pour respecter le principe de surcompensation. Les scores des différentes séances confirmèrent d’ailleurs mes possibilités physiques du moment. Il fallut par contre gérer le poids, car après deux semaines à Tahiti et une semaine à l’Hôtel la balance s’était envolée.

Puis arriva ce Jeudi 1er Décembre, et cette convocation à l’Élysée pour une récompense en tant que citoyen français. De manière traditionnelle, les médaillés olympiques sont reçus dans ce lieu de prestige pour être décoré par le président de la république. A ce privilège se rajoutait l’ambiance, celle de sportifs réunis pour célébrer leurs performances de l’été. Pour la première fois, athlètes olympiques et paralympiques étaient convoqués ensemble. Nous étions presque cent au total. Les distinctions n’étaient pas exactement les mêmes selon la couleur de la médaille. Ce fut la Légion d’Honneur pour Pierre et moi. Quelle fierté de porter un insigne aussi prestigieux et symbolique ! Mais le retour à la réalité fut assez rapide. Une dernière grosse journée m’attendait le lendemain. Une ultime avant le test ergomètre… A mon retour de Tahiti je redoutais cet instant. Je me savais moins entraîné, et face à la machine on ne peut jamais tricher. Elle vous rappelle chaque kilomètre manqué, chaque séance de musculation ratée ! Mais la confiance était bien revenue ces derniers jours, notamment grâce aux scores des derniers entraînements. J’en étais même arrivé à pronostiquer sous les six minutes.

En me levant hier, la forme semblait correcte. J’étais dans la dernière manche, celle de midi. Un horaire peu habituel. Mais cela n’allait rien changer au résultat final. Le premier chiffre, celui de la balance, était rassurant. La journée pouvait donc commencer sans stress. Après un bon échauffement j’ai échangé avec l’entraîneur pour connaître sa vision et la marche à suivre. La stratégie était simple : être régulier du début à la fin, quitte à accélérer dans les derniers mètres si l’énergie me le permettait. J’aime ce genre d’épreuve, parce qu’il n’existe aucun suspense. Vous vous battez contre vous-même. Pas de place au doute ou à l’incertitude si vous connaissez vos capacités du moment. C’est donc avec sérénité que j’ai lancé la roue et suis rapidement passé à mon rythme de croisière. Une course d’attente, une de plus…mais qui finit aussi par payer. Pourtant, à 300m de l’arrivée il fallut finir sur des chapeaux pour passer sous les six minutes. Tout juste en 5’59’’9 ! J’ai bien cru que ça ne passerait pas. Tout s’est probablement joué sur le dernier coup. Il n’était donc pas question de s’arrêter avant. Au final… pas de record, mais beaucoup de fierté de passer une troisième fois sous la barre mythique des six minutes. La récupération fut nécessaire, surtout qu’un autre test, à pied cette fois, nous attendait l’après-midi. Je peux vous assurer que la nuit fut bonne.

La semaine qui arrive va être musclée. Il est prévu que je monte sur Lille dès jeudi. L’activité au cabinet va donc se densifier si je veux voir tout le monde. Sans parler du programme d’entraînement qui s’annonce également intense…


Premier stage de l’année

24/11/2016
LM4x

LM4x

Plus d’une semaine déjà que j’ai troqué les cocotiers de Tahiti contre la grisaille métropolitaine. Le choc thermique n’a pas été trop dur, ni le décalage horaire. Probablement parce que l’enchaînement a été suffisamment rapide pour que mon corps ne s’aperçoive de rien.

A mon retour sur Lyon trois grosses journées m’attendaient. Les entraînements allaient s’enchaîner et l’activité au cabinet allait battre son plein puisque je ne disposais que de 72h pour voir tous mes patients avant de partir en stage. Ce fut dense, très dense, et pas très reposant.

Le stage avec l’Équipe de France sur Aiguebelette débutait jeudi soir mais Pierre et moi n’étions attendus que le lendemain. Car dans le cadre du salon de l’éducation organisé à Paris, la MAIF tenait un stand, et notre présence était souhaitée pour animer l’atelier découverte dédié à notre sport. Une fois libéré de nos obligations, métro, TGV et taxi furent nécessaire pour rejoindre le reste du collectif en Savoie.

Nous sommes six rameurs à avoir été convoqués sur ce premier regroupement de l’année. De quoi faire un 4x et un 2x. Malgré les caprices de la météo aucune séance n’a été supprimée ou aménagée. Et à moins de 24h de la fin du stage aucune blessure n’est à déplorer. Pour ma part je ne rame qu’en 4x. Dommage que ce bateau roi ne figure pas au programme des JO pour les poids légers, car c’est probablement mon préféré.

Ce matin l’AFLD (Agence Française de Lutte contre le Dopage) est venue nous rendre visite. Je n’ai pas fait partie des tirés au sort, une grande première !

Avant de prendre la route du retour demain midi, nous irons sur Chambéry pour passer le traditionnel test incrémental. Au-delà des données physiologiques qu’il apporte il permet de faire un bon pronostic du prochain test ergomètre. Je descendrai ensuite sur Avignon pour l’Assemblée Générale du club. La semaine n’est pas finie et la prochaine s’annonce encore bien remplie ! A suivre…

It’s already more than a week now that I have moved from the coconut palms of Tahiti for the grey metropolitan skies. Neither the heat shock nor the time difference were too hard. Probably because the changes went fast enough for my body to notice anything.

Three heavy days awaited me on my return in Lyon. The training sessions were going to follow each other quickly and the activity in the workplace would be in full swing as I only had 72 hours to see all my patients before leaving for a training camp. It was dense, very dense, and not very relaxing.

The training camp with the French team on Aiguebelette started Thursday night but Pierre and I were only expected the next day because MAIF held a stand at the education fair in Paris and we were to animate the discovery workshop dedicated to our sport. Once freed from our obligations, metro, TGV and taxi were necessary to join the rest of the collective in Savoy.

We are six rowers to have been called on this first group training of the year. Enough for a 4x and a 2x. Despite the caprices of the weather, no session has been suppressed or adapted. And within 24 hours of the end of the camp,  no injuries are to be deplored. For my part I only rowed in 4x. Too bad this « king » boat is not included in the Olympic program for lightweights, as it probably is my favorite.

This morning the AFLD (French Anti-Doping Agency) came to visit us. I was not part of the draw, a first time!

Before heading back tomorrow at noon, we will go to Chambéry to pass the traditional incremental test. Beyond the physiological data it brings it allows a good prognosis of the next ergometer test. I will then go to Avignon for the General Assembly of the club. The week is not over yet and the next looks promising! To be continued…


Poznan 2016 !

16/06/2016

LM2x

Après Lucerne, Poznan ! Dernier volet du circuit Coupe du Monde. Une répétition générale avant que chacun ne rentre chez soi pour préparer Rio. Les Sud-africains l’ont déjà fait, et ce sont les gros absents de ce week-end. Mais il semblerait que d’autres surprises se soient données rendez-vous aujourd’hui.

Le tirage des séries vient de tomber. Nous étions initialement 15 engagés, et nous retombons à 12 finalement. Il est rare d’avoir aussi peu d’inscrits sur un évènement de cette importance. Nous venons d’apprendre que les polonais, croisés ce matin au bassin, courent en TC. Une gestion de poids probablement mal négociée. De leur côté, les transalpins ont fait mieux : après une absence déjà remarquée de toutes compétitions internationales sur le début de saison, ils décident de changer la composition de leur bateau. Leur meilleur rameur (Pietro Ruta) est sorti du double et remplacé par Marcello Miani. Un choix sportif juste hallucinant. C’est à n’y rien comprendre !

Voici la startlist de demain :

HONG-KONG / ANGLETERRE / FRANCE / HONGRIE / ALLEMAGNE / ITALIE

Le tirage est plutôt musclé. Car même sans connaitre la valeur de cette association italienne, nous retrouvons les anglais et allemand en plus, respectivement 5ème, 2ème et 6ème du dernier mondial. Le premier se qualifiera directement pour la finale de dimanche. Les autres devront passer par le repêchage de samedi.

Notre course est prévue demain à 12h15. Mais des changements et des modifications sont encore envisageables. La météo prévoit des orages et beaucoup de vent. Le comité d’organisation est sur le qui-vive. Car il se pourrait, si le bassin est impraticable, que les courses soient reportées au samedi matin. Il est donc impératif pour nous de faire la meilleure entame possible dans cette compétition pour parer tout imprévu. Heureusement la forme est bonne, la préparation sur Aiguebelette s’est bien passée, nous sommes au poids et l’envie ne manque pas.

Voici le lien pour suivre l’Éliminatoire en direct.

J’espère vous écrire demain soir avec de bonnes nouvelles.

Bonne soirée.


Luzern 2016

26/05/2016
Crédit Photo : Jade Besse

Crédit Photo : Jade Besse / Row’IN

Bonjour, juste avant de partager l’actualité de cette dernière quinzaine, je souhaitais revenir sur la très belle performance du 4- TC français. Il fallait le faire et ils l’ont fait. Jusqu’au dernier coup de pelles ils n’ont pas tremblé. Chapeau Messieurs ! Grâce à vous le cercle s’agrandit et l’Equipe compte désormais sept bateaux qualifiés pour Rio.

Séquence émotion également avec cette illustration qui me tient à cœur. Ce cliché photo aura su capter l’intensité d’un moment très particulier. Adversaire, coéquipier, partenaire et enfin ami. L’aviron les aura faits voyager : au plus haut, au plus bas, aux quatre coins du monde, seul, à plusieurs, ou à deux… Et ces quelques timides larmes peuvent en témoigner. Mais je crois que la singularité de leur amitié reste leur plus bel héritage. Et je suis sûr que dans 30 ans, messieurs, cette belle chose ne se sera toujours pas oxydée. J’imagine aussi qu’il sera de plus en plus plaisant, avec le temps, de raconter comment, avec qui et où tout a commencé !

De mon côté, les quelques jours entre Bellecin et Aiguebelette sont vite passés. J’ai néanmoins pu régler tous mes impératifs et partir en stage l’esprit libre. Avec une si petite coupure entre les deux regroupements la reprise du double n’a pas été trop difficile. Les repères et les automatismes sont rapidement revenus et seuls quelques kilomètres ont suffi à nous remettre sur les rails. Malgré le froid, la grêle et le vent nous avons bien négocié notre préparation en Savoie. Tout le travail de vitesse s’est fait en confrontation avec nos homologues poids lourds. Il nous semblait intéressant, pour continuer de progresser, de se mettre en difficulté par ce biais.

Notre arrivée hier sur Lucerne s’est bien passée. Quelques gouttes nous attendaient mais depuis ce matin l’anticyclone a chassé les rares cumulus encore accrochés au mont Pilatus. Une fois les bagages déposés à l’hôtel nous avons immédiatement repris le Bus pour nous rendre sur les berges du Rotsee. Nous voulions monter et régler les bateaux dans la foulée pour que la sortie de ce matin ne soit pas parasitée par ce type d’activité. La sortie d’aujourd’hui s’est bien passée. 12km et du travail de vitesse étaient programmés pour cet ultime entrainement. Leurs infrastructures ont complètement été refaites. Le nouveau bâtiment est vraiment imposant. J’ai aussi été surpris de voir aussi peu de monde sur l’eau. Mais l’explication est toute trouvée : la dernière régate de qualification pour Rio est passée. Nous ne sommes plus qu’entre bateaux  qualifiés.

Le tirage des Séries vient de nous être communiqué. Nous sommes treize engagés. Les italiens et les allemands sont absents. Je reste assez étonné que nos amis transalpins ne soient pas là. Ils n’ont encore fait aucune régate. Et il ne reste que Poznan après s’ils souhaitent se montrer. Bizarre ! Mais avec les anglais, les norvégiens et les sud-africains nous aurons largement de quoi nous étalonner. Nous tombons demain dans la deuxième Série. Celle de 11h30.

FRANCE / BRÉSIL / CHILI / POLOGNE

Les trois premiers gagneront leur ticket pour les demi-finales de samedi. Le petit dernier devra passer par les repêchages pour tenter de se qualifier. Pas de piège en perspective, juste l’occasion de faire une grosse course et bien lancer le week-end. Voici le Lien pour suivre la course en Direct.

Pour conclure, je vous glisse aussi le Lien d’une pétition créée en soutien à nos amis Belges victimes d’une règle toujours pas abrogée par la FISA ; et venant pénaliser leurs rameurs ayant pourtant gagnés et mérités leurs billets pour cet été.

Bonne soirée.


Six jours à Aiguebelette !

17/04/2016
Crédit Photo : Bzac Prod

Crédit Photo : Bzac Prod

Bonsoir, les évènements s’enchainent plus vite que prévu. N’ayant pas eu le temps de faire de récupération après la finale à Cazaubon, je suis allé tourner les jambes sur le vélo, lundi matin, juste avant de filer au cabinet. Il s’agissait de mes derniers jours d’activité. Une ultime semaine de travail avant de ne me concentrer sur un objectif, Rio 2016 ! Mes collègues ne semblaient pas très inquiets à l’idée de ne plus me revoir avant Septembre. Ils paraissaient même amusés par la nouvelle, notamment ceux pour qui c’était déjà le cas. Il faut reconnaitre que les stages et mes absences à répétition pouvaient donner cette impression. Après avoir réglé mes derniers impératifs administratifs, je suis parti la tête légère vendredi après-midi. Je serais surement amené à repasser pour traiter quelques papiers, mais de manière très ponctuelle.

Le contrecoup du championnat n’est pas arrivé de suite, mais quelques jours après la finale. Vers le milieu de semaine. Heureusement, le programme d’entrainement ne prévoyait pas grand-chose. Comme une mini parenthèse, ou une mini-trêve avant de repartir. Tout semblait décidément bien s’accorder. Surtout que la météo n’était pas au rendez-vous ! Cette planification allégée tombait donc à pic. La reprise de la musculation fut probablement la seule grosse contrainte. Et je ne fais pas état des traditionnelles courbatures qui l’accompagnent. Au final, je n’ai presque pas remis un pied dans mon skiff. Sur mes trois sorties hebdomadaire j’ai ramé en 2x, 4x et 1x. C’était l’occasion de changer les repères et de préparer indirectement l’entrée en stage. Car dès le dimanche soir, nous nous sommes rejoints sur Aiguebelette pour un premier regroupement de travail. Le matériel a été déchargé, monté et réglé le lundi matin avant la sortie. L’hébergement n’a pas changé. Mise à part quelques embarcations locales, le bassin nous était dédié. Nous n’avons fait que du double avec Pierre. Stany était en skiff. Suite à sa dernière infiltration il n’a repris que progressivement les kilomètres. J’ai encore été désigné pour un contrôle anti-dopage. C’était mardi matin, juste avant de partir de l’Hôtel. Un contretemps qui a légèrement bousculé l’organisation de la journée. Mais heureusement les conditions sont restées bonnes pour la sortie, comme si le bassin nous attendait. C’est le quatrième contrôle en quatre mois, la moyenne reste bonne. Le travail en double a été très productif. Les sensations d’Afrique du Sud sont vite revenues. Chaque kilomètre nous faisant un peu plus progresser.

Nous sommes rentrés chez nous hier. Une petite semaine à domicile nous attend avant de repartir pour le Jura et sa base nautique de Bellecin. Déjà pressé d’y être !

Pour ceux qui n’étaient pas là, voici le Lien vidéo de la finale de Cazaubon !

Bonne soirée.


Savoie Mont Blanc !

21/03/2016
Crédit Photo : Média Aviron

Crédit Photo : Média Aviron

Bonjour, nous étions sur Aiguebelette ce week-end pour le championnat de Zone Sud-Est. Premier gros rendez-vous de la saison en skiff, qui laissait la possibilité aux meilleurs de se qualifier pour le Championnat de France dans deux semaines à Cazaubon. D’après les retours que nous avons et comparé aux autres Zones, il semblerait que nous ayons bénéficié des plus belles conditions de navigation. Je ne sais pas si on peut parler de chance, mais les statistiques étaient aussi en notre faveur, ici, sur le lac savoyard, réputé pour sa régularité et son calme.

L’enchainement après Marignane a été très bon. Les repères de vitesse et de glisse à l’entrainement étaient excellents et rien ne semblait m’arrêter physiquement. Il fallut attendre jeudi matin pour que la situation se corse. Alors que tout se passait bien, je finis par succomber l’épidémie de grippe. Les courbatures et la fièvre arrivèrent sans crier garde. Cerise sur le gâteau, pour le seul matin de l’année où je ne vais pas ramer, je me retrouve convoqué au Pôle pour un contrôle anti-dopage. En me levant vendredi, l’orage semblait être passé. La forme n’était pas olympique mais j’étais moins fébrile, et le virus semblait en mauvaise posture. Après deux séances d’entrainement dans la même journée je me pensais sorti d’affaire. Hélas non ! Le retour de flamme arriva peu après. Le week-end fut ponctué par de nombreuses montées de fièvre. Il fallut attendre lundi pour me sentir définitivement mieux. A tout cela, vint se rajouter des conditions de navigation difficile. La semaine de surcompensation allait prendre tout son sens. Je n’ai pas hésité à me coucher à 21h plusieurs soirs de suite pour rattraper du sommeil et retrouver la forme. A partir de mercredi les voyants sont clairement revenus au vert. Mais par précaution, il fut décidé de m’engager en poids léger et non en toute catégorie comme c’était prévu initialement.

Avec le club d’Avignon nous étions hébergés sur Dullin. Les Gîtes où nous étions me rappellent de bons souvenirs. Notamment certains stages faits avec l’Equipe de France pendant mes jeunes années séniors. Sur ce week-end nous étions une petite dizaine d’engagés sous les couleurs de la SNA. L’ambiance et le mélange Juniors-Séniors ont vraiment été agréables. Le poids n’a pas été un problème sur ces deux jours, au contraire. Je me suis retrouvé avec plus de marge que prévu. Un confort inestimable, surtout le samedi où la première course était programmée à 12h30, et que l’attente allait être longue.

L’intensité est montée crescendo au fil des courses. Avec le tiers de finale le matin et la finale l’après-midi la journée de dimanche allait laisser quelques traces. Au moment de prendre le dernier départ, le calme semblait dominer le lac. Le silence des six finalistes en disait long sur les intentions sportives de chacun. Juste avant que le drapeau ne s’abaisse, l’amitié fut temporairement mise de côté. Le fair-play allait guider nos actes mais l’objectif restait unique : celui de dépasser ses limites et de réaliser la meilleure place possible. Et à ce jeu-là, la finale ne comptait pas moins de cinq champions du monde 2015. A la fois jeunes et déjà pleins d’expériences, j’avais presque l’impression d’être un dinosaure au milieu de jeunes loups, aux dents longues et acérées. Grâce à un bon départ je me suis rapidement mis aux avant-postes, sans pour autant mener la course. Thibault, après un départ canon, pointait en tête avec une bonne demi-longueur d’avance. Coup après coup je finis par revenir à son niveau à la mi-parcours. Les écarts s’étaient déjà creusés avec certains. Je fournis alors mon effort, ma traditionnelle accélération dans le troisième 500m. Tout se déroula comme je l’espérais. En rentrant dans les bouées rouge la victoire semblait assurée. Mais derrière la bagarre faisait encore rage. Damien semblait s’être emparé de la seconde place quand Maxime fondait sur Thibault. La ligne d’arrivée livra finalement son verdict, et figea les places : je devance Damien et Thibault, respectivement deuxième et troisième. Quelques coups de pelles nous dirigèrent vers le ponton d’honneur pour que l’on nous remette la médaille et qu’une petite photo souvenir soit également prise. Une fois rentré et débarqué, c’est sans trainer que j’ai démonté et chargé mon bateau sur la remorque. Le retour sur Lyon s’est fait juste après.

Nous sommes maintenant à dix jours du plus gros évènement individuel de la saison. Plus question de tomber malade ou de se blesser. Météo France n’annonce rien de bon mais il faudra s’en accommoder. Le compte à rebours a commencé. Déjà pressé d’y être.

Voici le Lien vidéo du reportage fait par France3 PACA pendant Coubertin.

Voici également le lien du nouveau site internet de Stany Delayre.

Bonne visite et bonne soirée.

Hello. Last weekend, we were in Aiguebelette to race at the South East regional championship. This first test in single scull over 2k was an opportunity for the best ones to qualify for the Short Boat Nationals in 2 weeks in Cazaubon. Looking at how things went in the three other regions, it seems like we had the best conditions with Aiguebelette Lake, well known for its calm and quiet water.

After Marignane’s 6k-time-trial, everything went well. Speed and sensations were great. Nothing was to stop me except the flu! I got struck pretty hard with fever and sore muscles on Thursday. The antidoping control the very same morning while I was lying in bed was the icing on top of the cake. It was the only morning this year that I was not at the training center. I had to drive there to pee in the bottle. When I woke up on Friday morning, I felt better. Not a 100% but I felt like I was winning over the virus. I trained twice that day and thought I was going to be fine. Unfortunately, I was not! The virus’ backfire was strong. I spent the whole weekend with fever at home. It was not until Monday that I finally felt better. On top of it, weather conditions were pretty rough so tapering was going to play a key role in the following days. I went to bed at 9pm a couple times to catch up on my sleep. On Wednesday, everything was fine again. I was supposed to enter the heavyweight single but to make it a bit easier on my tired body, it was decided that I would race as a lightweight.

With my rowing club (SN Avignon), we stayed at Dullin, a place where I have my habits with the French Team. A lot of good memories and great moments were shared in Dullin when I was younger. Ten of us, representing the SNA, were racing over the weekend. Sharing those moments between junior and senior rowers are important. Weight was not an issue for this regatta. I even had a margin when I jumped on the scale. It was a luxury especially as I was to race late in the morning on Saturday (12:30). It is long to wait with an empty stomach otherwise. 

Every race was more and more intense over the weekend. Semi final and final were on Sunday. With two races on that day, it was not going to be a piece of cake. The lake was dead calm when we lined up at the start of the final. The six rowers were silent before the flag went down. It showed how much everyone was focused on performing at the highest level. We were five 2015 Lighweight world champions to take part in this final. Young but already experienced rowers. I felt like a dinosaur surrounded by young and hungry wolves. I had a decent start with the rest of the pack but Thibault was leading after a supersonic start. Stroke after stroke, I managed to close the gap at the halfway mark. We had already widened the gap with some of our opponents. In the third 500, I made the effort and took a clear lead, as I like to do it in this part of the race. In the last 250, the win looked like mine. But behind, the battle was fierce. Damien was in 2nd place with Thibault and Maxime fighting for 3rd place. On the finish line, Damien got the better over Thibault. A few strokes later, we were on the dock to receive our medals and take a photo. Back in the boating area, I didn’t hang around. I quickly derigged, loaded my single on the trailer and drove back to Lyon.

We are now 10 days away from the most important individual test of the season. Injury or illness are no more options! The weather forecast is not very good but we will have to deal with it. Clock is ticking. I am looking forward to it.

Here is a link to watch a news report on Coubertin Indoor Championship and another one to have a look at Stany Delayre’s new website.

Enjoy and have a good evening.

Traduction : Julien Bahain