Bonne Année !

01/01/2015

LM2x Fra

Avant de vous souhaiter la bonne année et faire le bilan de 2014 voici l’actualité de ces fêtes.

La semaine dernière j’ai travaillé jusqu’au mercredi après-midi sur Lyon. Je suis finalement redescendu en covoiturage sur Avignon. Mon colocataire et coéquipier de club Julien devait aussi prendre la route vers le Sud. Nous avons donc mutualisé les frais en ne prenant qu’un véhicule. J’ai fait la Noël en famille. Malgré les impératifs de chacun cette période reste la meilleure pour se réunir. Ce fut une soirée sans excès mais bien agréable. Je suis allé rouler vendredi matin en compagnie de vétérans du club. Malgré le Mistral et la chute des températures nous avons cumulé 85km. Le froid et les 3h20 de sortie ont suffi à éliminer les quelques abus de la veille. Je suis allé sur Montpellier samedi. La ville est super, je ne connaissais pas jusqu’alors. Mais il semble bon y vivre à l’année : tout le centre se fait à pied et les transports en commun desservent bien. A mon retour le soir même j’ai retrouvé d’anciennes connaissances : des nageurs du club de Villeneuve avec qui je comptais les carreaux de la piscine avant mes débuts à l’aviron. Plus de dix ans que je n’avais pas revu certains. Un super moment ! Dimanche matin je suis d’ailleurs revenu à mes premiers amours en faisant quelques longueurs pour retrouver des sensations. Le retour sur Lyon s’est fait dans la soirée avec Julien, lui aussi sur la route du retour. Ce début de semaine s’est bien passé, indépendamment du lundi où j’ai eu un coup de fatigue. Hier j’ai réveillonné chez un ami d’enfance. Je retrouve à chaque fois de vieilles connaissances, un vrai régal de se voir, même si ce n’est qu’une fois par an.

Voici l’heure du BILAN de cette saison 2014 :

A commencer par un cinquième titre consécutif en skiff au championnat de France à Cazaubon. Suivit d’un titre Européen et d’un nouveau record en 6’11’’80. Vint s’intercaler le championnat de France bateaux longs à Bourges avec un fanion fièrement remporté en 2x TC avec mon coéquipier de club Maxime Goisset. Séquence émotion à cette occasion avec ma nomination officielle de « Rameur de l’année 2013 ». Puis, retour sur les bassins internationaux avec Stany avec une belle victoire à domicile à Aiguebelette pour la deuxième manche de Coupe du Monde. Notons une petite escale en terre britannique et un succès à Henley, probablement l’une de nos plus belles courses. Certains démons ont enfin pu être enterrés après ces 550 yards de bord à bord contre l’embarcation anglo-saxonne. Les eaux du Rotsee nous ont ensuite accueillis pour réaliser la passe de trois. Enfin…..une belle médaille d’argent au mondial d’Amsterdam. 2014, c’est aussi sept contrôles anti-dopage, plusieurs mois de régimes, quelques kilos pris et perdus. Le tout parachevé par un nouveau record personnel à l’ergo début Décembre prometteur (5’57’’5).

Je profite de ce papier pour tous vous remercier de votre soutien et de votre fidélité. Au plaisir de vous croiser sur les Open, bassins, compétitions, stages, réseaux sociaux……

En attendant, nous vous promettons de garder la pêche et de mettre un peu de folie dans notre préparation pour gagner ce petit dixième qui transformera l’essai à Aiguebelette.

Bien à vous !


5’57″5 !

06/12/2014
Crédit Photo : Lionel Piquard

Crédit Photo : Lionel Piquard

Bonsoir, je profite souvent du repos dominical pour vous donner des nouvelles mais voici quelques lignes sur le test ergomètre de ce matin.

Comme mentionné dans mon précédant article la préparation fut excellente. Avant même d’entamer la semaine de surcompensation les repères et les chronos réalisés à l’entrainement sur la machine étaient vraiment prometteurs. Mais il reste toujours délicat de pronostiquer un score aussi longtemps à l’avance, ça reste la course d’un jour. L’an dernier il m’était arrivé un peu la même chose : la préparation avait été bonne mais le test décevant et le résultat loin de mon record. En me levant ce matin les jambes répondaient bien. Il fallut néanmoins attendre l’échauffement pour confirmer….et le test pour valider. Tout s’est fait au Pôle France de Lyon. Plusieurs Séries étaient prévues, espacées de trente minutes chacune : juste assez pour laisser sa place au suivant et s’échauffer. Avec les années je sens qu’il me faut mes trente minutes pour me sentir chaud et prêt physiquement. Une fois installé sur la machine j’ai pris le temps de régler le facteur de résistance. Sur toute la préparation j’étais à 150. Pour le test j’ai mis 154. Ça peut sembler beaucoup mais je sens bien la reprise de la roue ainsi. Je voulais vraiment faire un travail au coup par coup, ce Drag Factor allait donc m’aider dans ce sens. Après quinze bonnes minutes les premières gouttes de sueur ont fait leur apparition. Une première accélération puis une deuxième. Tout ça entrecoupé de rapides gorgées d’eau. Puis vint le moment de programmer l’écran et les 2000m. Tout le monde se mit sur l’avant et le départ fut donné. Quelques coups à fond pour lancer la roue avant de se poser à la moyenne que je m’étais fixé (1’31). Je voulais faire une course d’attente en partant sur des bases « sures » et accélérer sur la fin en fonction des réserves. C’est à 32-33 de cadence que j’ai passé le premier 1000m. A ce moment je savais que je passerai sous la barre des six minutes. Les jambes répondaient bien, la cadence était encore basse, le souffle était encore régulier et je n’avais pas encore le goût de sang dans la gorge. La cadence est progressivement montée et le score est descendu d’une petite seconde. Je ne me suis pas trop emballé pour autant, j’ai vraiment contrôlé jusqu’à l’entrée des derniers 300m. A cet instant le coach m’a donné le signal. Le sprint final était lancé. Le changement d’allure fut immédiat. Plus de 40 de cadence sur le dernier quart de la course avec une moyenne à 1’23 sur les 150 derniers mètres. Une fois terminé la douleur ne semblait même pas faire effet tellement l’euphorie venait accaparer mon attention. Je me suis lever rapidement de l’ergo, ai titubé sur quelques pas avant de m’assoir pour éviter la chute. Un retour à la réalité après 5’57’’5 d’efforts. Voici un découpage plus précis de mon test : par ordre d’apparition 1’30’’1, 1’30’’7, 1’30’’2, 1’26’’6. Pour une cadence moyenne de 34. Un résultat au-dessus de mes espérances bien évidemment. Le test n’a pas été réalisé sur un Open, le chrono ne sera pas homologué par conséquent. Il faudra réitérer la performance en Février à Coubertin pour officialisé le record. Déjà pressé d’y être.

Dans l’ensemble beaucoup de records personnels sont tombés chez les poids léger. La relève est déjà assurée.

Nous allons finir le week-end avec un stage Pôle. La sortie de ce soir a été annulée à cause du vent.

Voici le Lien pour visionner le reportage réalisé par l’Equipe 21 (vers la 17ème minute).

Excellente soirée !


Petit Chelem !

31/08/2014
Crédit Photo : FFSA

Crédit Photo : FFSA

Bonjour, c’est dans ces moments qu’il est difficile de prendre la plume et de mettre des mots sur les émotions. Même si le poison commence doucement à se distiller il m’est impossible de cacher ma déception. Nous réalisons aujourd’hui une course sans faille mais le s(p)ort en avait décidé autrement. La victoire de nos amis Sud-africains nous ote le titre et le record du monde, la double peine ! Mais une fois de plus, cette douloureuse expérience nous apprend qu’une médaille ne se mérite pas, elle se prend. Message reçu ! Cette seconde place met fin à une série de 22 victoires consécutives depuis le retour de Londres avec Stany. Mais nous sommes déjà prêts à repartir pour une nouvelle série. Cette saison reste la plus belle saison de ma carrière. Un petit Chelem qui nous aura offert une Marseillaise à Belgrade, un maillot de Leader de la Coupe du Monde, une victoire à domicile sur le lac d’Aiguebelette, une finale d’anthologie à Henley, la passe de trois à Lucerne, un record du monde fugace et une belle médaille d’argent à Amsterdam. C’est surtout et avant tout une aventure humaine hors du commun.

Nous rentrons ce soir en France. Je file directement sur Avignon pour une petite semaine de vacances avant de repartir pour une nouvelle saison.

Je vous remercie tous, autant que vous soyez, même si je n’ai pas toujours eu le temps de répondre. Merci de votre soutien. Il est encore plus crucial dans ces moments. L’égratignure d’hier ne suffira pas à ébranler la motivation qui nous anime. Au plaisir de vous voir sur les bassins.

Bien à vous !

PS : voici le Lien pour revivre la finale en image !


Enfin ! ! !

29/08/2014
Crédit Photo : FFSA

Crédit Photo : FFSA

Dernier arrêt, tout le monde descend ! Nous allons enfin disputer notre première finale mondiale en double. Deux ans que nous attendons ce moment. Deux ans d’attente et de travail qui ont rythmé notre quotidien ! Il en reste une, la plus belle, la plus dure ! La route a été longue et semée d’embuches. La demi-finale d’hier le montre bien, tout le monde veut la peau des français. Des tentatives, des attaques, des coups de bluff, chacun tente sa chance et cherche à déstabiliser à sa manière ! Les norvégiens font une superbe course hier. Ils sont auteurs d’un exceptionnel premier 1000m contrairement à leurs habitudes. Ils n’ont cédé qu’au dernier passage intermédiaire. Ils nous ont permis de faire une grosse course, une bonne course. En navigant de concert nous avons rapidement fait la différence sur le reste de la flotte. Heureusement d’ailleurs parce que le sprint final fut tellement relevé qu’il priva les Suisses d’une place en finale (coiffés sur le fil par les Sud-Africains et les Américains). La communication entre nous reste le point fort de cette demi-finale. Stany m’a régulièrement donné des informations sur la course. Il a aussi placé une relance au moment le plus opportun. Cet échange est toujours rassurant pour moi qui ne vois pas tout. Je peux ainsi me poser et impulser le rythme sans me soucier du reste. Le bilan de la course est bon même si certains points techniques restent à améliorer pour demain.

Voici la startlist :

AFRIQUE-DU-SUD / NORVEGE / ITALIE / FRANCE / ALLEMAGNE / PAYS-BAS

La FISA a décidé de réattribuer les lignes d’eau pour les courses de cet après-midi (les conditions météos favorisants certains couloirs). Ils ont opté pour un tirage en ligne et non en flèche. Il est possible qu’une même décision soit prise demain. Quoi qu’il en soit notre victoire en demi-finale nous assurera la meilleure position possible. Je vous donne rendez-vous demain à 14h03 pour l’ultime course de cette saison 2014 !

Voici le Lien pour suivre la Finale en image !

Voici deux autres liens : un pour revivre notre demi-finale et l’autre pour une interview faite par la FISA suite à notre record du monde en double ! Enjoy !

Bonne journée.


6’08 »64 New WBT !

24/08/2014

New World Best Time !

Bonsoir, une première journée qui s’achève et des résultats qui sont pleins de promesses pour la suite de la compétition. L’attente avant la pesée n’a pas été aussi longue que ce que je craignais. Nous bénéficions d’assez de marge pour placer un petit-déjeuner et une collation vers 11h30. L’hydratation n’a pas été négligée même si nous avons limité les liquides. Juste après le passage sur la balance nous sommes allés en salle de repos. L’espace était équipé d’écrans rediffusant les courses. Nous avons pu suivre les éliminatoires des skiffeurs poids légers. C’est d’ailleurs allé très vite dès la première manche. L’Italien vainqueur de sa Série se place à moins de deux secondes de mon record de 2011, sauvé ! Mais le message n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Nous savions désormais que le bassin était rapide et qu’un super chrono pouvait être fait. Avant d’embarquer l’entraineur nous livra son point de vue. Les conditions étaient idéales mais la priorité devait être la technique. Afin de poursuivre et finaliser le processus de surcompensation il était important que l’éliminatoire soit aussi une course dure physiquement : se donner à fond, même si la concurrence allait peut être manquer sur ce premier 2000m. L’échauffement et la montée au départ se firent dans de bonnes conditions. Une fois installé dans les starting-blocks nous échangeâmes quelques mots : « pas d’affolement, on ne cherche pas à partir à fond sur le premier 1000m, on cherche à faire ramer l’autre dans un premier temps ! Attention à la direction juste après le départ…. ». Nous étions bien décidés à faire notre course, concentrés sur les moyens et non pas sur l’objectif final. Nous avons donc mis l’accent sur la gestuelle et le rythme tout au long du parcours. A chaque passage intermédiaire je contrôlais d’un œil le chrono. Nous étions dans le bon tempo. Les jambes répondaient bien et nous arrivions à poser notre geste et notre longueur. A l’entrée des derniers 500m ce fut plusieurs sifflements qui attirèrent mon attention. Il avait été convenu avant notre embarquement qu’un signal de ce type confirmerait nos chances de battre le record du monde si nous maintenions nos efforts ! Le son résonna dans ma tête. La cadence continua de monter encore et encore ! Au passage de la ligne d’arrivée je savais, d’après mon stroke, que nous l’avions ! Je ne savais pas de combien mais je savais que nous l’avions amélioré. La joie n’explosa pas de suite. Nous étions les premiers à passer. Quatre autres manches allaient courir avec les mêmes chances d’améliorer ce nouveau temps de référence. Pendant toute la récupération sur l’eau puis au sol le stresse coulait dans nos veines. Nous étions impatients de connaitre le verdict : allions-nous le conserver……OUI ! ! ! Les Sud-Africains prirent le deuxième meilleur temps au général à plus de six secondes ! Ce fut aussi un nouveau record de cadence pour nous avec une moyenne de 37,5 coups par minute. La joie s’éclipsa au moment du débriefing : c’est une superbe entame de championnat, nous ne pouvions pas imaginer mieux. La pression est désormais dans le camp adverse. Mais le challenge de cette année reste la finale mondiale. Nous mettons donc le champagne au frais en espérant que cette belle performance en appellera une autre samedi prochain en finale.

Nous voilà donc qualifiés directement pour les quarts de finale de mercredi. Nous devrons attendre la fin des repêchages de mardi pour connaitre notre tirage. En attendant nous allons reprendre un entrainement par jour. Nous profiterons de la journée de demain pour (re)visiter la ville. Ce petit épisode culturel nous changera les idées.

Encore merci de votre soutien.

A mardi !


H-24 !

23/08/2014

LM2x FRA Amsterdam 2014

Bonjour, nous y sommes presque ! Plus que 24h d’attente avant notre entrée en lice. Le voyage s’est bien déroulé malgré un retard d’une heure et demi de notre avion sur notre correspondance à Roissy. Quelques parties de cartes auront suffi à passer le temps. L’hôtel où nous sommes est surement l’un des plus grands et des plus luxueux que j’ai connu sur une compétition. Il permet presque d’héberger toutes les nations tellement sa capacité d’accueil est importante. La restauration est excellente. Les buffets proposés sur les repas offrent assez de choix pour satisfaire toutes les attentes. Depuis notre arrivée les orages et la pluie accompagnent nos déplacements. Les conditions météo ressemblent étrangement à celles eu lors de ma dernière visite en 2011. Je m’aperçois d’ailleurs qu’Amsterdam restera l’unique bassin où j’aurais couru en Junior (2006), en U23 (2011) et en Sénior (2014) ! Sacrée coïncidence !

Vingt minutes suffisent au bus pour faire la navette jusqu’au bassin. Nous avons rejoint le Bosbaan hier matin pour une première sortie. Après une bonne vérification des réglages nous avons donné quelques coups de rames pour éponger le trajet de la veille et prendre des repères. Nous repartons cette après-midi pour une ultime sortie. Le tirage des Eliminatoires est déjà disponible. Nous courrons demain à 14h45 dans la première manche. Un horaire peu commode pour la pesée même si nous disposons d’une petite marge et de quelques grammes d’avance. Voici la liste de nos adversaires :

CHILI / UKRAINE / JAPON / GRECE / ARMENIE

Les quatre premiers se qualifieront directement pour les quarts de finale de mercredi. Les autres passeront par les repêchages mardi. Nous ne connaissons pas encore les consignes de l’entraineur ni la stratégie prévue mais l’envie est déjà débordante.

Voici le Lien pour suivre les courses en direct depuis le site de la Fédération Internationale.

A demain.