Le régime et la gestion du poids

 

 

Voici ma manière pendant une saison de gérer mon poids.

            Petit rappel : chez les Hommes poids léger le maximum est à 72,5kg que ce soit pour une compétition en skiff ou en bateau long (=2-8 rameurs).  En ce qui concerne les embarcations à plus d’un rameur il faut que le poids moyen des rameurs ne dépasse pas 70kg. Voici une des solutions que peut adopter, à titre d’exemple, un quatre de couple poids léger : rameur 1=68kg, rameur2=71kg, rameur3=72kg et rameur4=69kg ; si nous faisons la moyenne nous obtenons nos 70kg réglementaires, le compte est bon. Dans ce cas particulier mais fréquent chaque rameur fait un régime. Le plus difficile reste donc, vous l’avez compris, de définir qui compensera qui ? C’est toujours une étape délicate étant donné que chacun veut faire le plus petit régime possible. Faire un régime reste, même avec un objectif sportif,  quelque chose de très dur moralement. Je suis sûr que les personnes ayant déjà fait un régime, quel qu’il soit, valideront mes dires. Le poids auquel chacun devra passer la pesée est défini en fonction des facilitées de chacun à perdre du poids, mais aussi de son IMG (=Indice de Masse Grasse). Ce dernier est établi par le médecin au début du stage préparant une compétition. La limite basse à ne pas dépasser est 5% de Masse Graisseuse chez les hommes ; en dessous l’athlète est plus facilement sujet à des blessures, à une fonte musculaire. L’objectif restant d’être le plus performant  possible, la limite de 5% sert de repère quant à l’état  de forme du rameur.

            La règle d’or pour faire un bon régime, selon moi, est de restreindre les quantités mais continuer à manger de tout. J’ai la sensation de moins me priver quand je mange de tout en petites portions, le régime devient moins draconien. Je ne perds jamais plus d’un kilo par semaine afin de ne pas rajouter une fatigue supplémentaire à mon organisme en plus des entrainements biquotidiens. Je m’hydrate énormément pour les mêmes raisons que celles de ne pas perdre plus d’un kilo par semaine. Quand je suis en stage, je fais en sorte d’avoir stabilisé un poids légèrement plus bas que celui de la pesée la semaine avant la compétition. Cela me permet de mieux appréhender la journée de voyage (lieu de stage-lieu de compétition) pendant laquelle nous ne faisons pas de sport mais où l’organisme fait de la rétention d’eau. Nous prenons généralement du poids sur ce genre de déplacement.

            Le poids fluctue, de mon coté, de manière asymptotique : cela se traduit par une perte/reprise de poids seulement 24-48h après le début/fin du régime. Je m’assure donc d’avoir un peu de marge question poids la semaine de la compétition afin de bénéficier de meilleurs rations de nourriture l’avant veille de la finale. Je trouve que c’est un atout psychologique important pour aborder une course.

            Dernière chose, j’essaie d’arriver en stage en étant déjà au poids, cela me permet de mieux l’encaisser physiquement. La charge d’entrainement dans ces périodes est très conséquente, elle est proportionnelle à notre volume horaire annuel d’entrainement. En étant déjà au poids en début de stage je n’ai plus qu’à le stabiliser. Cela me permet de mieux réguler les éventuels écarts de poids s’il y a un repas où je ressens le besoin de prendre de plus grosses rations. Dernier avantage, selon moi, d’arriver en stage déjà au poids est que la privation est moins forte pour stabiliser que pour perdre du poids. Cela permet ainsi de sortir des repas avec un meilleur niveau de satiété.

            Dans mon choix de perdre du poids avant mon arrivée en stage j’anticipe ainsi les éventuels coups de fringale à l’entrainement, les sauts d’humeurs (moins de tolérance, plus facilement irritable, moins patient), la fatigue générale, les baisses de concentration sur un travail. Tous ces parasites sont à éliminer lors d’une préparation à un championnat important car ils peuvent nuire à la performance, porter préjudice au rameur, au bon acheminement de l’athlète vers l’excellence mondiale.

            Pendant la période hivernale je m’assure d’avoir une bonne hygiène de vie pour limiter la prise de poids. Cela ne m’empêche pas d’aller au restaurant de temps en temps ou de me faire plaisir quand l’occasion se présente. « User de tout mais ne n’abuser de rien ! », c’est la règle !

            Mes remerciements à Hugues pour m’avoir encouragé à écrire cet article.

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :