De retour en Savoie !

16/02/2017
Crédit Photo : Béatrice Michel

Crédit Photo : Béatrice Michel

Je l’attendais, c’est arrivé ! Nous avons démarré le stage à Aiguebelette lundi après-midi. Pas d’entraînement prévu le jour même, juste le déchargement du matériel, le montage et le réglage des bateaux. Suite aux résultats du dernier test ergo nous ne sommes que quatre coupleux poids légers convoqués : François, Pierre, Stany et moi. Assez malgré tout pour faire deux doubles et mixer les compositions. En plus des séances sur l’eau et en musculation nous avons quatre sorties sur les skis au programme. L’hébergement a exceptionnellement changé pour ce regroupement. Il a été choisi pour optimiser la logistique malgré tous ces déplacements.

Pour le moment les conditions sont parfaites. A part quelques pêcheurs, nous sommes seuls utilisateurs du Lac. La cohabitation se passe bien pour l’instant, chacun respecte son périmètre. Pour notre première sortie sur les pistes de la Féclaz, la neige était suffisante mais pas franchement agréable. Avec ou sans farte, difficile de glisser et de se faire plaisir pour cette reprise. Nous avions pourtant le soleil et la douceur des températures pour donner à cet entraînement un goût de vacances.

Le premier cycle s’est fini avec Pierre ce matin par un B2 bord à bord. De quoi se décrasser et replacer la propulsion au cœur de nos exigences. Demain changement de coéquipier. Pierre montera avec François et je retrouverai Stany. Cela fait presque un an que nous n’avons pas ramé ensemble. Des retrouvailles qui vont forcément rappeler de bons souvenirs.

Bien que le rythme soit soutenu, je profite de ce séjour savoyard pour récupérer les heures de sommeil qui me manquent depuis plusieurs semaines.

Dans le cadre du projet « Rame avec Alexandra », je fais appel à votre solidarité. L’idée est de tourner une mini vidéo (10 secondes maximum) avec votre téléphone pour la soutenir et l’encourager dans son défi. Voici l’adresse à qui envoyer vos productions (cercleavironpolynesien@gmail.com). Je compte sur vous, elle le mérite !


Fin de stage à Prémanon !

16/01/2017

Stage Jura

Enfin rentré sur Lyon. Le stage s’est terminé hier midi sous la neige. Pas moins de 40cm sont tombés la veille au soir. Ces fortes chutes ont bien failli nous retenir là-haut et compromettre notre retour. Heureusement notre véhicule était équipé de pneus adaptés, et les services locaux avaient l’habitude de gérer ce genre d’impondérables. Mais la vigilance et la prudence n’eurent de cesse de nous accompagner tout au long du trajet.

Malgré la bonne humeur générale, certains organismes commençaient à ressentir la fatigue et l’usure. Le froid, l’altitude et la charge d’entraînement font en effet de ce stage l’un des plus durs de la saison. Il n’y a pas eu de grosses blessures, heureusement, mais beaucoup de petits « bobos » sont venus perturber la préparation de certains.

Il reste encore deux semaines à tenir avant de surcompenser pour le test ergomètre de Charléty. Je suis pressé d’y être car la forme semble déjà bien revenue. J’ai l’impression d’avoir retrouvé mon meilleur niveau. J’espère que cette année sera la bonne pour valider officiellement un chrono sous les six minutes ! Mais pour l’heure, retour à l’entraînement dès demain matin. Les températures annoncées dans les prochains jours ne présagent rien de bon. Presque que du négatif, même en pleine journée. Je me vois difficilement tenir moralement et faire exclusivement de la salle si le lac gèle. Croisons les doigts pour que cela n’arrive pas !


Back to the mountains !

09/01/2017
Crédit Photo : Bzac Prod

Crédit Photo : Bzac Prod

Pas de pause programmée en ce début d’année 2017 ! Nous étions convoqués en stage lundi 2 Janvier pour arpenter les pistes de ski du Jura. C’est du moins l’idée que je m’en étais fait avant de partir. Car malheureusement, sur la route, plus les kilomètres défilaient, plus mes espoirs se transformaient en illusions, en chimères. En arrivant au Centre National de Ski Nordique la terre était à nu, sans manteau blanc. Peu habituel pour cette endroit surnommé « la petite Sibérie » ! C’est la première fois que je vois ça depuis que je viens ici en tout cas. Quelques pauvres flocons sont malgré tout tombés depuis, mais pas suffisamment pour que le domaine skiable soit ouvert. Ces quelques centimètres sont justes venus habiller le paysage et lui redonner son air de carte postale.

Des bonnes surprises nous attendaient aussi. A commencer par de nouveaux hébergements. Leur agencement ressemble beaucoup à ceux de la base nautique de Bellecin. Il s’agit de plusieurs appartements divisés en chambres. Chaque espace est équipé d’une pièce de vie commune et d’une kitchenette. S’y rajoute une bonne literie et une bonne connexion internet. De quoi combler le confort et les attentes d’un athlète. Le tableau n’est donc pas si noir. Surtout que nous pouvons skier sur la piste des biathlètes. L’anneau ne fait que deux kilomètres mais la neige et bonne. Cela suffit à diluer notre frustration pour l’instant.

Cette année la programmation du stage nous exempte de musculation type C2 ! Les tests de lundi dernier en squat et tirade sont venus clôturer le cycle. Les deux semaines ici sont donc utilisées pour effectuer un rappel de force : des séries plus courtes, des charges plus lourdes ! A cela se greffe des séances de sport collectif (basket ou  volley), ainsi que des entraînements sur ergomètre en préparation du test à Charlety.

Nous étions six coupleux poids léger convoqués, nous ne sommes plus que quatre. L’hécatombe ! Un n’a pas pu venir pour des raisons professionnelles, et deux sont rentrés chez eux pour maladie… Mais heureusement Maxime est revenu ce matin.

Comme certains ont pu le lire, mon actualité va changer dans quelques mois maintenant. Après dix ans passés sur Lyon, des milliers de kilomètres accumulés sur le lac de Miribel, je vais quitter la capitale des Gaules pour rejoindre le Nord. Direction Valenciennes et les « Hauts de France ». Ce sera un changement de vie, mais c’est ce qui rend l’aventure encore plus excitante. J’aurais l’occasion de vous en reparler très prochainement…


Third time under the 6′

04/12/2016

img_0866

Cela faisait longtemps que je n’avais pas fini une semaine sur un repos dominical. Un vrai jour « off ». Bien mérité en tout cas après la semaine écoulée et la journée de tests d’hier. Mais reprenons l’histoire du début. Je vous avais quittés en vous expliquant l’intérêt du test incrémental. Pas de record à la clef pour moi cette année, mais un résultat laissant espérer une bonne performance sur le test ergomètre.

Après avoir clôturé le stage par cette évaluation, je suis rentré sur Avignon pour assister à l’Assemblée Générale du club. Le bilan fut bon pour cette 69ème édition. La soirée s’est même terminée sur une ambiance Latine pour fêter le titre de Rio. La routine a ensuite repris ses droits pour quelques jours. Le programme d’entraînement s’est lui allégé pour respecter le principe de surcompensation. Les scores des différentes séances confirmèrent d’ailleurs mes possibilités physiques du moment. Il fallut par contre gérer le poids, car après deux semaines à Tahiti et une semaine à l’Hôtel la balance s’était envolée.

Puis arriva ce Jeudi 1er Décembre, et cette convocation à l’Élysée pour une récompense en tant que citoyen français. De manière traditionnelle, les médaillés olympiques sont reçus dans ce lieu de prestige pour être décoré par le président de la république. A ce privilège se rajoutait l’ambiance, celle de sportifs réunis pour célébrer leurs performances de l’été. Pour la première fois, athlètes olympiques et paralympiques étaient convoqués ensemble. Nous étions presque cent au total. Les distinctions n’étaient pas exactement les mêmes selon la couleur de la médaille. Ce fut la Légion d’Honneur pour Pierre et moi. Quelle fierté de porter un insigne aussi prestigieux et symbolique ! Mais le retour à la réalité fut assez rapide. Une dernière grosse journée m’attendait le lendemain. Une ultime avant le test ergomètre… A mon retour de Tahiti je redoutais cet instant. Je me savais moins entraîné, et face à la machine on ne peut jamais tricher. Elle vous rappelle chaque kilomètre manqué, chaque séance de musculation ratée ! Mais la confiance était bien revenue ces derniers jours, notamment grâce aux scores des derniers entraînements. J’en étais même arrivé à pronostiquer sous les six minutes.

En me levant hier, la forme semblait correcte. J’étais dans la dernière manche, celle de midi. Un horaire peu habituel. Mais cela n’allait rien changer au résultat final. Le premier chiffre, celui de la balance, était rassurant. La journée pouvait donc commencer sans stress. Après un bon échauffement j’ai échangé avec l’entraîneur pour connaître sa vision et la marche à suivre. La stratégie était simple : être régulier du début à la fin, quitte à accélérer dans les derniers mètres si l’énergie me le permettait. J’aime ce genre d’épreuve, parce qu’il n’existe aucun suspense. Vous vous battez contre vous-même. Pas de place au doute ou à l’incertitude si vous connaissez vos capacités du moment. C’est donc avec sérénité que j’ai lancé la roue et suis rapidement passé à mon rythme de croisière. Une course d’attente, une de plus…mais qui finit aussi par payer. Pourtant, à 300m de l’arrivée il fallut finir sur des chapeaux pour passer sous les six minutes. Tout juste en 5’59’’9 ! J’ai bien cru que ça ne passerait pas. Tout s’est probablement joué sur le dernier coup. Il n’était donc pas question de s’arrêter avant. Au final… pas de record, mais beaucoup de fierté de passer une troisième fois sous la barre mythique des six minutes. La récupération fut nécessaire, surtout qu’un autre test, à pied cette fois, nous attendait l’après-midi. Je peux vous assurer que la nuit fut bonne.

La semaine qui arrive va être musclée. Il est prévu que je monte sur Lille dès jeudi. L’activité au cabinet va donc se densifier si je veux voir tout le monde. Sans parler du programme d’entraînement qui s’annonce également intense…


Premier stage de l’année

24/11/2016
LM4x

LM4x

Plus d’une semaine déjà que j’ai troqué les cocotiers de Tahiti contre la grisaille métropolitaine. Le choc thermique n’a pas été trop dur, ni le décalage horaire. Probablement parce que l’enchaînement a été suffisamment rapide pour que mon corps ne s’aperçoive de rien.

A mon retour sur Lyon trois grosses journées m’attendaient. Les entraînements allaient s’enchaîner et l’activité au cabinet allait battre son plein puisque je ne disposais que de 72h pour voir tous mes patients avant de partir en stage. Ce fut dense, très dense, et pas très reposant.

Le stage avec l’Équipe de France sur Aiguebelette débutait jeudi soir mais Pierre et moi n’étions attendus que le lendemain. Car dans le cadre du salon de l’éducation organisé à Paris, la MAIF tenait un stand, et notre présence était souhaitée pour animer l’atelier découverte dédié à notre sport. Une fois libéré de nos obligations, métro, TGV et taxi furent nécessaire pour rejoindre le reste du collectif en Savoie.

Nous sommes six rameurs à avoir été convoqués sur ce premier regroupement de l’année. De quoi faire un 4x et un 2x. Malgré les caprices de la météo aucune séance n’a été supprimée ou aménagée. Et à moins de 24h de la fin du stage aucune blessure n’est à déplorer. Pour ma part je ne rame qu’en 4x. Dommage que ce bateau roi ne figure pas au programme des JO pour les poids légers, car c’est probablement mon préféré.

Ce matin l’AFLD (Agence Française de Lutte contre le Dopage) est venue nous rendre visite. Je n’ai pas fait partie des tirés au sort, une grande première !

Avant de prendre la route du retour demain midi, nous irons sur Chambéry pour passer le traditionnel test incrémental. Au-delà des données physiologiques qu’il apporte il permet de faire un bon pronostic du prochain test ergomètre. Je descendrai ensuite sur Avignon pour l’Assemblée Générale du club. La semaine n’est pas finie et la prochaine s’annonce encore bien remplie ! A suivre…

It’s already more than a week now that I have moved from the coconut palms of Tahiti for the grey metropolitan skies. Neither the heat shock nor the time difference were too hard. Probably because the changes went fast enough for my body to notice anything.

Three heavy days awaited me on my return in Lyon. The training sessions were going to follow each other quickly and the activity in the workplace would be in full swing as I only had 72 hours to see all my patients before leaving for a training camp. It was dense, very dense, and not very relaxing.

The training camp with the French team on Aiguebelette started Thursday night but Pierre and I were only expected the next day because MAIF held a stand at the education fair in Paris and we were to animate the discovery workshop dedicated to our sport. Once freed from our obligations, metro, TGV and taxi were necessary to join the rest of the collective in Savoy.

We are six rowers to have been called on this first group training of the year. Enough for a 4x and a 2x. Despite the caprices of the weather, no session has been suppressed or adapted. And within 24 hours of the end of the camp,  no injuries are to be deplored. For my part I only rowed in 4x. Too bad this « king » boat is not included in the Olympic program for lightweights, as it probably is my favorite.

This morning the AFLD (French Anti-Doping Agency) came to visit us. I was not part of the draw, a first time!

Before heading back tomorrow at noon, we will go to Chambéry to pass the traditional incremental test. Beyond the physiological data it brings it allows a good prognosis of the next ergometer test. I will then go to Avignon for the General Assembly of the club. The week is not over yet and the next looks promising! To be continued…


Dernières retrouvailles de la saison

24/07/2016

LXMEN

Fin de l’acte I scène 1 dans quelques jours. Après un mois complet de stage, notre séjour dans le Jura touche à sa fin. Le départ pour Rio est maintenant imminent. Nous montons mardi sur Paris avant de nous envoler mercredi pour l’Amérique latine.

Les semaines sont vite passées mais le départ se fera sans aucune nostalgie, aucun pincement au cœur. Même si la forme n’est pas encore olympique, l’envie d’en découdre prend déjà le dessus. Et c’est le sentiment qui domine au sein du collectif. Nous sommes tous impatients de démarrer !

Aujourd’hui avait lieu le traditionnel parcours « Handicap ». Une confrontation franco-française permettant à chacun d’évaluer ses progrès. Selon la différence de vitesse entre les embarcations, un handicap de temps est laissé au départ. Il assure la meilleure bagarre possible. Ces 2000m de course sont une vraie répétition générale avant notre arrivée sur le site des Jeux. Ce matin, sur l’eau, les conditions étaient presque parfaites. Nous sommes partis en même temps que nos homologues poids lourds. Malgré nos efforts et nos relances dans la deuxième 1000m, nous leur concédons une petite seconde à l’arrivée. Un résultat fidèle aux travaux de vitesse faits ensemble cette semaine. De notre côté le bilan est très positif : nous avons réussi à nous employer comme nous l’entendions, et les consignes techniques de l’entraineur ont bien été respectées. Il nous manque un peu de « peps » encore mais le plaisir était au rendez-vous. Le prochain parcours sera sur le Lagoa, contre de vrais adversaires. Pressé d’y être !

Nous avons eu de la visite jeudi. Le reste des LXMEN est passé nous voir. Encore un super moment pour nos ultimes retrouvailles de la saison. Ils débuteront leur préparation terminale ici dans une semaine. L’échéance est encore loin pour eux mais les stages s’enchainent…un titre est en jeu !

Une épreuve devient difficile depuis peu, le régime ! C’est le seul décompte que je fais. Chaque jour qui passe me rapproche un peu plus de la dernière pesée. La frustration va continuer à gagner du terrain. L’habitude n’y change rien, l’expérience non plus. Il s’agit d’une longue traversée du dessert. Heureusement la « faim » est proche !

Bonne soirée.


Retour en 2x

18/07/2016

Crédit photo : Bzac Prod

Retour en deux de couple. Déjà trois semaines que nous avons repris du service avec Pierre. Le compte à rebours est maintenant lancé. Nous avons la partition, l’interprétation fera la différence. Mais pour l’heure, nous répétons nos gammes inlassablement. Tous les matins nous enchainons les coups de rame pour s’assurer qu’aucune fausse note ne vienne perturber les six minutes d’efforts qui nous attendent le jour J ! Quelques kilomètres ont suffi à nous remettre sur les rails. Nous sentons que le travail en skiff de début de stage paie. Les sensations sont bonnes et les progrès notables. La vitesse du bateau s’en ressent. Notre niveau d’exigence a donc pris un cran.

Après la chute des températures et les précipitations de la semaine dernière le beau temps est revenu. Espérons qu’il n’y ait pas d’autres impondérables et que l’anticyclone accompagne nos derniers jours ici.

Notre programme d’entrainement commence à changer. Le travail de vitesse remplace progressivement le travail d’endurance. Les sorties se raccourcissent. Les séances de musculation ont disparu. Désormais, plus l’échéance va se rapprocher et moins nous allons passer de temps sur l’eau. C’est ainsi que nous agissons pour bénéficier des effets de la surcompensation.

Nous avons reçu depuis quelques jours l’équipement de Rio. Après Adidas en 2012, Lacoste a été désigné pour habiller les athlètes qualifiés aux JO. Même s’il s’agit de ma deuxième participation, ce moment reste particulier. L’excitation reste intacte : nous déballons les cartons avec autant de plaisir que le soir du réveillon. Cette dotation est moins fournie que l’autre mais les tailles et le design sont meilleurs. Je la trouve plus réussie, et surtout réutilisable après…

Nous avons eu la visite inopinée de l’Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD). Un médecin a été missionné par l’organisme pour venir prélever des échantillons urinaires et sanguins. C’est mon huitième cette année. Un chiffre fidèle aux dernières saisons. Le prochain probablement outre-Atlantique, à suivre…

Nos féminines nous rejoignent ce soir à Bellecin. Par choix de l’entraineur, elles avaient démarré leur préparation sur Aiguebelette. L’Equipe sera donc au complet dans quelques heures.

Bonne soirée.