Mantes-la-Jolie !

Crédit Photo : FFSA

Crédit Photo : FFSA

Bonsoir, depuis notre retour de Poznan le temps s’accélère. Quelques heures après notre atterrissage j’eus le plaisir de passer en direct sur le plateau télé de L’Equipe 21. J’ai également eu la chance de me voir offrir le dernier ouvrage dédié à notre sport et intitulé « Les grandes heures de l’aviron français ». Je vais définitivement pouvoir mettre un nom sur tous les champions qui ont façonné un siècle de rame et de galère. J’ai quitté la capitale le soir même pour rejoindre la Lorraine et sa Moselle. Pendant le trajet j’ai débuté la lecture de ma nouvelle Bible, mais la fatigue accumulée sur la journée ma finalement envoyée dans les bras de Morphée jusqu’à mon arrivée à Thionville. Au cours des 72h passées là-bas j’ai jonglé entre entrainement et formation. Les interventions se faisaient au sein du site nucléaire de Cattenom mais concernaient les employés de l’entreprise Prezioso. Tout s’est bien déroulé : nos interlocuteurs ont bien saisi le sens de notre démarche et l’ambiance générale a rendu l’accueil et l’échange encore plus humain. Je tiens à remercier le club d’aviron de Basse-Ham pour leur gentillesse. Sans eux j’aurais difficilement pu m’entrainer dans de bonnes conditions. La performance se construit au quotidien et c’est grâce à vous que nous y arrivons.

Une fois terminé, je suis directement remonté en Ile-de-France pour rejoindre mon club et mes coéquipiers à Mantes-la-Jolie. Dès le jeudi soir nous avons pris les rames pour donner nos premiers coups ensemble. Avec deux sorties au compteur nous pointions finalement dans la moyenne des équipages inscrits. C’est aussi ce qui fait le « charme » de ce championnat : il manque souvent des kilomètres mais l’envie de gagner reste intacte et l’enjeu est pris au sérieux. La SNA présentait deux 4x séniors hommes et un 2x séniores femmes poids légères. Malgré un bel orage le vendredi la météo nous a apporté suffisamment d’UV pour profiter de notre sport dans de bonnes conditions. Il nous aura fallu quatre courses pour atteindre la finale dans cette compétition. Au départ de cet ultime parcours trois bateaux pouvaient prétendre au titre : Nantes, Lyon et nous. Malgré un bon départ et des attaques à répétition, nos efforts ne nous ont jamais permis de rattraper la machine Lyonnaise victorieuse. Nous finissons sur une superbe deuxième place. L’aviron est une belle famille et c’est probablement sur les podiums qu’on le devine : les sourires et les poignées de mains n’arrêtent pas et viennent illustrer les plus belles valeurs de notre sport.

Un grand merci à tous mes coéquipiers du week-end, aux séniors du club et à mon entraineur pour ces bons moments et pour l’ambiance.

Le retour sur Lyon s’est bien passé. J’ai repris les soins au cabinet après 7 semaines d’absences. Heureusement les patients se souviennent encore de moi. Malheureusement pour eux je repars dès jeudi sur Aiguebelette pour retrouver l’Equipe de France et préparer la deuxième étape de Coupe du Monde de Varèse.

Bonne soirée !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :