Qualification pour les Jeux Olympiques !

Crédit Photo : FFSA

           Bonjour, quel week-end ! Je ne sais pas par quoi commencer. L’article risque d’être long si je vous raconte tout mais je prends ce risque !

            Revenons donc à la tête de rivière du vendredi matin, où nous avions d’excellentes conditions météo. Je partais en premier. J’avais un excellent repère visuel sur cette première course : Frédéric Dufour partait second, 30 secondes derrière moi. La journée du vendredi était conséquente avec deux courses (tête de rivière le matin et Série le soir). J’ai donc essayé de m’économiser sur le premier parcours. Je termine 3ème du contre-la-montre, à 3 secondes de Frédéric et de Stany (respectivement 1er et 2ème). Puis nous nous sommes tous donnés rendez-vous le soir même pour courir les Séries. Dans ma manche je retrouvais notamment Alexandre Pilat, Fabien Dufour, Brice Menet et Barthélémy Agostini. Tous ces rameurs avaient déjà atteint, au moins une fois dans leur carrière, la finale des championnats de France. Le bassin s’était nettement dégradé depuis. Dans ces conditions difficiles j’ai longtemps été inquiété par Alexandre Pilat. Je suis arrivé à prendre l’ascendant un peu après la mi-parcours. Je franchis la ligne le premier et signe le meilleur temps de ces ¼ de finale.

            Sur la journée du samedi les organisateurs ont été obligés de repousser les horaires des courses à cause du brouillard. Bien heureusement la pesée, elle, n’a pas été décalée. C’est donc en début d’après-midi que nous avons pris le départ des demi-finales. J’étais aligné contre Stany Delayre et Damien Piqueras qui étaient mes plus sérieux adversaires. Encore une fois le vent levait un léger clapot et rendait les conditions « rugueuses ». Le Bergeracois (Stany) est parti très vite comme à son habitude. Il a mené la course un bon moment. J’étais en embuscade à moins d’une longueur. Passé la mi-parcours il dominait encore les débats, j’ai alors appuyé chacun de mes coups pour passer. La première tentative n’a pas suffit, j’ai alors fait le « forcing » pour prendre les devants. Cette demi-finale fut intense. Techniquement, c’était surement la moins bonne course du week-end. Ces sensations m’ont été confirmées par mon entraineur national.

            Puis arriva la Finale. Une finale qui allait sonner comme une délivrance pour les uns, et comme une sentence pour les autres. Quatre années de préparation intensive, de sacrifices, d’acharnement et d’abnégation ; et seulement deux places pour notre catégorie ! La tension, le stress, la peur de l’échec ne s’étaient pas fait sentir sur le début de la compétition mais là, nous étions tous dos au mur ! C’est pendant mon échauffement, alors que je courrais et commençais à méditer sur ma stratégie de course que j’entendis au loin les commentaires du speaker : d’abord le 2- PL où les Nantais (vainqueurs des deux précédentes éditions) terminaient 4ème, puis le 2- TC composé de Julien Déprés et Jean-Baptiste Macquet finissait 6ème. Ces résultats eurent l’effet d’un coup de massue. En quelques secondes le stress m’envahit, je me rendis vraiment compte des enjeux de cette course. La finale pouvait être un couperet. Je pris alors le temps de respirer profondément pour essayer d’évacuer toutes ces tensions et ces crispations. J’arrivais peu à peu à faire abstraction des résultats, à me remobiliser et me focaliser uniquement sur ma finale, mon objectif. Une fois l’échauffement au sol terminé je me dirigeai vers mon skiff et mon entraineur de club Marc Boudoux. Commença alors le speech d’avant course. Des phrases courtes, des mots simples mais chargés de  sens, une force dans son discours : autant d’ingrédients que mon coach a utilisés pour  faire de moi une bête féroce, prête à se sacrifier pour aller chercher le Graal, cette qualification pour les Jeux Olympiques de Londres. Il avait déjà établi une stratégie de course : « fais attention, ça va partir extrêmement vite, sur les 800-1000 premiers mètres ne t’affoles surtout pas, reste dans la longueur, mais à la mi-parcours c’est TA course, aller Jérém, fais toi plaisir, fais nous plaisir ! ». Juste après l’embarquement j’ai pris le temps de visualiser mentalement ma course. Le vent était favorable, dans l’axe. Il y avait un léger clapot mais peu de vagues. Bref, des conditions que j’affectionnais particulièrement et qui se rapprochaient de celles d’Amsterdam. Tous ces éléments m’ont redonnés confiance pour aborder cette finale en favori. Une fois aligné, chacun se regarda une dernière fois avant le départ. ATTENTION………PARTEZ ! ! ! Tout le monde affiche des cadences démentielles. C’est parti très fort avec Stany et Maxime. Je les talonne accompagné d’Alexandre. Frédéric n’est pas loin derrière. Les écarts ne se creusent pas de suite et le scénario imaginé par mon entraineur prend tout son sens. La physionomie de la course est exactement comme il l’avait prévue. Je pense à contrôler ma respiration, à me relâcher, ne pas être crispé. Je commence à fournir mon effort après 800m de course. J’arrive progressivement à passer en tête. Puis arrivent les bouées du 1000m. C’est le repère visuel que j’attendais, je monte encore la cadence et affiche maintenant le 39,5. Je maintiens ce rythme tout au long de ce troisième 500m. J’entends au loin des voies qui m’encouragent. Je ne peux pas les décevoir, je redouble mes efforts. Les écarts se creusent, je suis maintenant installé en tête avec plus d’une longue d’avance sur Stany toujours deuxième. Nous arrivons rapidement à la hauteur des bouées jaunes. C’est sous un brouhaha que nous lançons le sprint final. Mes précédentes attaques ont payé. Je ne me concentre plus que sur ma technique pour éviter la faute qui pourrait me couter cher. Je tourne la tête pour chercher la ligne d’arrivée. Elle n’arrivera que quelques coups après. BIPPP ! ! ! ! A ce moment je ne réalise pas que je participerai dans quelques mois à un évènement planétaire. Je savoure cette victoire comme si c’était la première de ma carrière. Beaucoup d’émotions avant, pendant et après la cérémonie de remise des médailles. Un succès que j’ai partagé avec les gens de mon club, ma famille et mes amis.

            Je suis sur Avignon pour une semaine. L’occasion moi de recharger les batteries et de profiter de mes proches. Voici le lien vidéo des quelques images prises lors de la finale.

            Encore merci pour vos encouragements !

5 commentaires pour Qualification pour les Jeux Olympiques !

  1. Matthieu dit :

    Encore un excellent anniversaire Jérémie!🙂 Toi, tu nous fais le plus beau des cadeaux qu’il soit avec ce magnifique article! Mille Mercis.🙂

  2. Emma dit :

    Merci de nous avoir fait vivre ta course!
    Super article, on est très content pour toi!!! Quelle victoire! C’est génial!!!
    A très vite,
    La famille Albar.

  3. Gervaise B. dit :

    Un très bon anniversaire! Génial ton article, autant que ton Blog ! Et merci pour ces belles courses ! Voilà un super cadeau d’anniversaire ! =)

  4. Oliv' dit :

    Salut jerem,
    Je viens de lire ton résumé, ça fait plaisir, un très grand bravo pour cette superbe performance. J’ai demandé des news de toi ce week-end à ton tonton Mino et il m’avait dit que tout se jouait ce week-end pour toi. C’est cool, tu as assuré comme une bête, tu es le meilleur mon Jerem. Profite de tes quelques jours en famille et fait des gros bisous à tout le monde. Oliv’ qui suivra tes perfs durant les jeux.

  5. JEREMY BROSSEAU dit :

    Toutes mes félicitations james!!! ta course a été impressionante,
    je te souhaite une bonne préparation pour les J.O et attention je te surveillerai de près derrière ma tv!
    Bise

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :